Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Un réseau social pour nouvellistes et blogueurs

Créé le samedi 26 octobre 2013  |  Mise à jour le mercredi 27 novembre 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Un réseau social pour nouvellistes et blogueurs

Internet a grandement favorisé l'activité des auteurs. Il existe des centaines de ressources pour les aider à écrire, s'éditer et se diffuser. Sans même parler de la blogosphère qui a permis à tous de se mettre à l'écriture de billets plus ou moins réguliers. Bref, la communication écrite vit ses belles heures à l'ère du Web 2.0. Et ce n'est pas près de s'arrêter, puisque désormais, les auteurs se rencontrent, se réunissent et partagent leur activité en réseau.

En effet, il y a à peine un an est apparu sur la Toile un nouveau réseau social dédié aux auteurs de nouvelles : ReadWave. Les internautes aimant écrire y sont conviés à déposer des nouvelles ou des billets d'humeur qui peuvent se lire en quelques minutes. Les webmestres ont estimé qu'un texte de 800 mots équivaut à un temps de lecture de moins de cinq minutes. Une idée qui a du sens quand on constate la volatilité de l'attention des Internautes.

Pour devenir membre de ce réseau, il suffit de s'inscrire grautitement sur le site ou à partir de son compte Facebook ou Twitter. Une fois le profil complété, chaque auteur clique sur la section indiquée en rouge « Publish your story ». Il sélectionne une illustration pour la « couverture » (ou la téléversent) et un titre, compose un résumé en 140 caractères et copie-colle un texte de 800 mots au plus et enfin, choisit des mots-clés (tags) pour étiqueter le récit. Le site s'occupe de la mise en page. Les auteurs n'ont qu'à se soucier du contenu de leurs écrits. Il leur est d'ailleurs possible de les modifier ou de les supprimer à tout moment après leur publication.

Si l'on a écrit un texte plus long, on peut le publier en "chapitres" de 800 mots. 

L'auteur choisit également la licence associée à son texte. Normalement, il possède les droits complets sur son œuvre (copyright), mais il peut décider de le mettre sous licence CC-BY-NC-ND, c'est-à-dire que les internautes peuvent copier et diffuser le document en citant l'auteur et sans le modifier. Ceux qui acceptent les modifications du texte initial opteront pour la licence CC-BY-NC-SA qui permet la modification par des tiers.

Évidemment, comme sur les réseaux sociaux classiques, les membres sont invités à lire les histoires des autres, les commenter, les évaluer et les partager. Il est même possible de suivre et de correspondre avec les autres abonnés.

Pour les auteurs en panne d'inspiration, le site offre des « défis » d'écriture. Ils doivent alors soumettre un court texte en lien avec le sujet sélectionné. Il n'y a rien à gagner, mais il peut s'agir d'un exercice fort stimulant intellectuellement et d'une façon de se faire connaître par les gens présents sur ReadWave.

En fait, le seul bémol de ce site est que les textes sont majoritairement en anglais. Non pas qu'il soit interdit d'écrire dans une autre langue, mais les textes écrits en français par exemple auront clairement une moindre visibilité que ceux qui sont écrits en anglais. Une excellente idée serait de créer, sur le site, une communauté d'auteurs francophones, ou s'exprimant dans toute autre langue que l'anglais, d'ailleurs. 

Les auteurs de nouvelles et les blogueurs qui veulent tester une nouvelle plateforme seront ravis d'essayer ReadWave. Encore plus, s'ils maîtrisent bien la langue anglaise. À moins qu'une entreprise similaire apparaisse pour les auteurs francophones ? 

Références :

Navamuel, Fidel. "ReadWave. Ecrire et partager des nouvelles courtes." Allweb2 - Les Outils du Web. Dernière mise à jour : 17 octobre 2013. http://allweb2.com/2013/10/readwave-ecrire-et-partager-des-nouvelles-courtes/.

ReadWave. Consulté le 22 octobre 2013. http://www.readwave.com/.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire