Par Francine Clément  | f.clement@cursus.edu

Aller dans les musées universitaires... sur la Toile

Créé le mardi 22 septembre 2015  |  Mise à jour le lundi 5 octobre 2015

Aller dans les musées universitaires... sur la Toile Collection de géologie, Université de Rennes

Herbiers, jardins botaniques, collections d’instruments scientifiques, d'œuvres d’art, observatoires astronomiques, collections de paléontologie, d'ethnologie, de moulages... Qu’ont elles de particulier, ces collections que les universités ont décidé de mettre à la disposition du grand public, alors que leur objectif premier est de servir la recherche et l’enseignement ?

Les musées et collections universitaires ont la diversité en commun et pour les académiques, il s’agit d’abord d’étendre la tâche d’enseignement en diffusant les connaissances sur les objets collectionnés mais aussi sur la recherche faite à l’université. C’est ce qui ressort notamment d’un texte de Michèle Antoine publié en 2010 dans La lettre de l’OCIM (Office de coopération et d’informations muséales) où on indique par ailleurs que, pour les directions administratives de ces maisons d’enseignement qui souffrent trop souvent de sous-financement, un musée peut représenter une vitrine institutionnelle et un outil de marketing pour capter l’attention des partenaires financiers, alors que pour les professionnels qui s’occupent de ces collections dans les universités, le musée ou projet de musée intégrateur, c’est une question de sauvegarde et un moyen, grâce aux ressources mises à leur disposition, de mieux prendre soin et de mieux documenter les objets ou les œuvres dont ils ont la responsabilité.

Manque de ressources et vulnérabilité

Avant de présenter quelques exemples de collections universitaires accessibles de différentes manières sur le web, soulignons que la diversité et qu'une certaine disparité font aussi la particularité de ces collections anciennes ou nouvelles, méconnues ou célèbres. Le défi pour présenter ces collections au public non universitaire, explique Michèle Antoine, est de trouver un sujet cohérent aux collections disparates qui composent l’ensemble patrimonial d’une université.  Une inégalité dans la qualité des différentes collections au sein d’un même établissement et le manque de ressources constituent également un défi pour la valorisation auprès du grand public. Dans un autre texte de la même Lettre, publié par un collectif d’auteurs, on lit que la diminution de l’utilisation des collections universitaires pour l’enseignement et la recherche a aussi entraîné, depuis la Deuxième Guerre mondiale, un manque de ressources qui ne facilite pas l’accès aux collections, souvent méconnues et confinées à des espaces limités, et dont l’accès est restreint, durant les cours ou les sessions académiques, aux professeurs, aux chercheurs et aux étudiants. Les auteurs de ce texte parlent, pour certaines de ces collections, de dispersions, de déménagements, de négligence et d’abandon, voire de pertes.

Ce sont des collections variées, nombreuses, aux statuts administratifs divers, dont on reconnaît la vulnérabilité et auxquelles on veut donner une nouvelle vie. Des groupes de travail et des comités ont d’ailleurs été mis sur pied depuis une quinzaine d’années, pour aider à les préserver et à les mettre en valeur : à l’UNIVERSEUM, le réseau européen du patrimoine universitaire et à l’UMAC, le comité international pour les musées et collections universitaires au sein de l’ICOM, qui a un intéressant et actif compte Facebook.

Les visiter et apprendre en ligne

Sur le beau site des collections de l'Université de Rennes, réalisé pour Le Mensuel de Rennes par Adrien Duquesnel, on peut faire des visites virtuelles des salles d’exposition ou des réserves, photographiées en panoramiques 360, et cliquer sur quelques objets pour en savoir davantage sur ceux-ci, qui font partie des collections de zoologie, herbiers, livres anciens, lichens, instruments scientifiques et minéraux. On peut également consulter une description illustrée de chacune des collections.

Sur le site des collections de l'Université de Pau, on a accès à des vitrines virtuelles et à une quarantaine de très belles et instructives vues tridimensionnelles de pièces des collections de minéraux, d'appareils scientifiques, de fossiles, etc. On peut aussi consulter la présentation illustrée des principales actions sur les collections : préservation, inventaire, restauration et valorisation.

Sur le site des collections de l'Université de Strasbourg, de très courtes (écourtées ?) et intéressantes minutes vidéos présentent les conservateurs qui expliquent très brièvement l’historique, l’importance ou la provenance des collections, dont celles de la gypsothèque, de paléontologie, d’ethnologie, d’anatomie, l’herbier, etc. Un lien (Voir la collection) permet de découvrir une sélection d’objets de ces collections, en photographies et en textes, et on peut en lire l’historique plus détaillé. On y trouve également les biographies de certains scientifiques et professeurs  à l’origine des collections des musées universitaires de Strasbourg et un texte détaillé sur l’origine de ces collections

Sources [consultées le 21 septembre 2015]

Les universités doivent-elles vraiment exposer leurs collections au grand public ? par Michèle Antoine, Lettre de l'OCIM, mai-juin 2010, http://ocim.revues.org

Initiatives européennes et patrimoine universitaire, par Sébastien Soubiran, Marta C. Lourenço, Roland Wittje, Sofia Talas et Thomas Bremer, La Lettre de l'OCIM, mai-juin 2009, http://ocim.revues.org

Collections de l'Université de Strasbourg : http://collections.u-strasbg.fr/

Collections de l'Université de Rennes : http://360degres.info/collections-scientifiques-universite-rennes-1/ et https://www.univ-rennes1.fr/les-collections-universitaires

Collections de l'Université de Pau http://cst.univ-pau.fr/live/Patrimoine, http://cst.univ-pau.fr/live/Patrimoine/valorisation/vitrine-virtuelle

UNIVERSEUM : http://universeum.it

UMAC sur Facebook : https://www.facebook.com/UniversityMuseumsAndCollections

Images : Captures d'écran des sites des collections des universités de Rennes (entête), de Strasbourg et de Pau.

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Clovis Darrigan
  • 23 septembre 2015 à 03 h 03

Lien

Merci Francine Clément pour cet article et la mention aux collections de l'UPPA. En complément, je donne un lien vers mon blog personnel avec quelques détails sur la réalisation des vues à 360° d'objets et possibilités : http://darrigan.net/blog/vues-interactives-360/

Répondre