Par Élodie Lestonat  | e.lestonat@cursus.edu

Les réseaux sociaux, outils de valorisation des savoirs-faire pédagogiques

Créé le mardi 10 novembre 2015  |  Mise à jour le jeudi 10 décembre 2015

Les réseaux sociaux, outils de valorisation des savoirs-faire pédagogiques

Certains enseignants désirent valoriser leurs ressources et leur savoir-faire sans rechercher pour autant une activité lucrative complémentaire. Les réseaux sociaux constituent un bon moyen de mettre en avant des idées pédagogiques innovantes ou plus traditionnelles mais éprouvées et d'en discuter. Leur utilisation est simple.

Il faut seulement choisir selon ses envies, ses objectifs et le temps que l’on désire passer à la gestion de ses communautés sur le Net.

Produire, partager, participer : les 3 P, base des réseaux sociaux.

Avant de participer à un réseau, il est intéressant de questionner les motivations profondes qui nous poussent en tant qu’enseignant à intégrer les réseaux sociaux et à les faire vivre. Réfléchissons ...

Curiosité ? Oui dans un sens positif. Les enseignants sont heureux de découvrir ce qui se fait ailleurs, prendre la mesure et l’air du temps. Certains observent, consultent les publications et innovations de leurs pairs pour mieux s’interroger sur leurs pratiques et s’en inspirer. Ils ne recherchent pas pour autant une participation active. C’est comme dans une classe : il y a les élèves qui participent tout le temps et d’autres qui sont plus réservés.

Besoin de reconnaissance ? Certainement mais ce besoin sera rarement satisfait car le Net contient tout autant la promesse d’une plus grande visibilité que le risque de se perdre dans le flot incessant d’informations et de diffusion. Les enseignants le savent et ce n’est donc pas ce paramètre qui est à retenir. D’autant que les réseaux sociaux ne permettent au mieux que de récolter des « j’aime » et quelques mots d’encouragements mais plus rarement la reconnaissance véritable de ses pairs. Vous ne serez pas considéré comme un expert si vous vous limitez à jouer sur ce terrain.

Besoin de produire ? C’est déjà plus stimulant notamment pour ceux qui assurent la gestion et la maintenance de leur site Internet ou de leur blog, et qui utilisent les réseaux sociaux pour favoriser les échanges sur le contenu. De la conception de la structure interne du site à la réalisation des supports proposés, il y a un réel investissement visant à matérialiser connaissances et savoirs-faire. A travers le numérique, on assiste effectivement à des réalisations qui sont observables par tous et non plus cantonnée au public restreint d’une classe. Les réseaux sociaux valorisent cette production de qualité.

Allier réseaux sociaux et vidéo c’est l’immense intérêt d’une chaine comme Youtube. Avec la vidéo, vous attirez l’attention et avec les réseaux sociaux vous la partagez. Un bon moyen de créer et de diffuser des capsules de qualité et de vous faire plaisir.

Besoin de partager ? C’est surement la motivation principale de nombreux enseignants. Le métier est vécu comme exercé de façon solitaire. Sans éluder l’existence d’une réelle dynamique dans les équipes enseignantes qui se réunissent pour réaliser des projets et partager sur leurs pratiques dans certains établissements, il est aussi vrai que ce métier est … solitaire (quand bien même on s’adresse à un public de 35 élèves voire de 200 étudiants).

Mais au-delà de la production et le partage de ressources, on peut aussi préférer la curation et assurer la transmission d’informations qui vous paraissent utiles. Twitter est un excellent moyen de partager des pratiques pédagogiques innovantes à mon sens.

Quels réseaux sociaux pour quels usages ?

Les réseaux sociaux sont nombreux. Pourquoi ne pas commencer par les plus connus ?

Les réseaux professionnels

LinkedIn a l’avantage d’être généraliste et d’accepter tous les domaines et métiers. Cette diversité des profils et des parcours est enrichissante, d’autant qu’il est possible d’intégrer des groupes spécialisés dans un domaine parfois éloigné de sa discipline initiale.

Vous être professeur de management ? Vous pouvez tout autant rejoindre un groupe spécialisé dans les ressources humaines, mais aussi un autre composés de managers en entreprise ou encore une communauté qui s’intéresse aux formations en management. Loin de se limiter à un groupe d’enseignant, il permet une approche multifacettes d’une discipline. Professeur d'histoire-géographie ? Pourquoi pas ne pas intégrer un groupe de médiévistes ou celui de cartographes passionnés ?

L’autre intérêt est qu’il permet d’intégrer des profils d’enseignants dans tout le réseau social et d’en faire reconnaitre l’existence et les compétences à tous. C’est donc faire de ce métier un métier comme un autre et d’en valoriser les spécificités.

Si vous avez des compétences techniques ou technologiques, c’est formidable de pouvoir participer aux discussions car vous trouverez des passionnés et des personnes extrêmement compétences dans leur domaines qui ne sont pas avares de petites astuces techniques (un peu comme sur les forums des sites informatiques). A titre personnel, c’est sur LinkedIn que j’ai trouvé des réponses à des problématiques techniques posées par Moodle. Je suis moins favorable aux réseaux sociaux uniquement dédiés aux enseignants ou tout au moins pas à titre principal.

Twitter a l’avantage de la simplicité car le profil est réduit à quelques éléments de votre personnalité que vous jugez significatif. Twitter c’est facile et sans effort. Une image, un article vous a plu ? Vous souhaitez en informer vos collègues ou amis ? Vous le tweetez afin d’en signaler l’existence et ceux qui vous suivent peuvent le retrouver facilement. En effet votre Tweet peut contenir le lien. A mon avis, Twitter est le réseau social le plus facile à intégrer. Vous pouvez y être très actif ou complètement observateur tout en bénéficiant des informations grâce à vos abonnements.

Facebook : intéressant pour chatter donc intéressant pour discuter à bâtons rompus de certains sujets. Etant donné le nombre important d’élèves ayant un compte Facebook, vous risquez d’être rapidement « demandé comme ami » par vos propres élèves.

Certains professeurs préfèrent changer de nom mais si vous vérifiez les paramètres de confidentialité, vous pouvez limiter votre visibilité à un cercle restreint et éviter d’être, vous et vos amis, la proie de « stalking » (traque furtive) de la part de vos élèves et de leurs parents qui sont toujours friands de certaines informations concernant les professeurs. Le commérage a toujours beaucoup d’adeptes. Certains enseignants l’utilisent cependant de façon très active afin de partager le fruit de leur curation sur le Net. A titre personnel : Facebook c'est personnel !

Google +

Pour ceux qui souhaitent gérer des sous-groupes au sein de leur communauté. G+ à l’avantage de pouvoir cibler ses discussions et ses partages d’informations sans pour autant abreuver tout le groupe. Certains regrettent de devoir céder au tout Google.

 

Le réseau social permet à l’enseignant d’intégrer un groupe et d’en partager les centres d’intérêt mais aussi de trouver au sein d’une communauté des réponses à ses problématiques.

Illustration : Rawpixel.com, Shutterstock.com

Références

Clément, Lionel. "Améliorer La Visibilité De Votre Profil Public LinkedIn | Storytelling.fr." Storytelling.fr | Consultant Storytelling Formations Storytelling. Date de consultation 11 Novembre 2015. http://storytelling.fr/ameliorer-la-visibilite-de-votre-profil-public-linkedin/.

"Quel Réseau Social Utiliser Et Quand ? [Infographie]." La Chaine Web. Date de consultation 11 novembre 2015. http://www.lachaineweb.com/quel-reseau-social-utiliser-et-quand-infographie/.

Monsieur le Prof. Rue89. Last modified March 28, 2013. http://rue89.nouvelobs.com/blog/monsieur-le-prof/2013/03/28/facebook-twitter-manuel-de-survie-du-prof-sur-les-reseaux-sociaux-229980.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire