Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Distance et présence : des notions en évolution en formation à distance

Créé le dimanche 17 janvier 2016  |  Mise à jour le mercredi 17 février 2016

Distance et présence : des notions en évolution en formation à distance

Le cyberapprentissage et la formation à distance ont forcément changé les façons d'apprendre. Soudainement, l'acte d'apprendre n'en est plus un d'un regroupement dans un endroit désigné. Il devient individuel tout en restant en contact avec d'autres (tuteurs, autres apprenants, etc.). Une notion qui continue de fasciner et d'intéresser les chercheurs. Depuis des années, ils notent que les concepts de distance et de présence changent considérablement.

La formation à distances

Dans le terme formation à distance, il y a une notion évidente de la distance : celle géographique. En effet, une personne étudie de chez elle ou d'un bâtiment qui ne se trouve pas dans l'établissement de formation même. Or, comme le montre Daniel Peraya, les chercheurs ont noté, en réalité, un nombre important d'éléments de distance.

Il y a celle temporelle puisque les disponibilités ne sont pas les mêmes pour les apprenants et les tuteurs. Il y a aussi celle socio-économique lié aux contraintes financières et aussi socio-culturelle, étant les différentes représentations de l'apprentissage et de la formation par les individus.

Par exemple, Peraya souligne que les MOOC, ces fameux cours ouverts et gratuits, ont été créés avec l'idée de donner un accès à des cours de qualité universitaires à des gens n'ayant pas la possibilité de se le permettre. Or, quand les chercheurs analysent qui fréquente et utilise ces cours massifs, la plupart (entre 50 et 83% selon les études) possèdent déjà un diplôme universitaire ou, au moins, post-secondaire. Il n'y a donc pas eu les résultats escomptés de diminution des distances socio-économiques ou socio-culturelles.

Une distance plus technique est celle technologique, la difficulté à plus ou moins grand degré pour un individu de se servir des outils nécessaires au cours, que ce soit les méthodes de communication ou l'usage de logiciels vidéo ou audio d'accès à la matière du cours.

Enfin, il reste la distance pédagogique que des chercheurs comme Didier Paquelin divisent en deux : distance cognitive et pragmatique. La première étant la compréhension des contenus pédagogiques et la seconde étant la mise en application des théories apprises par les apprenants.

Forcément, toutes ces possibles distances semblent négatives parce que les spécialistes se demandent encore comme qualifier et quantifier un niveau correct ou pas de distance.

En effet, la distance n'est pas en soi un mal. Après tout, il y a distance même dans l'enseignement traditionnel. Le professeur sait, dès le départ, des choses que ses élèves ignorent. Celle-ci est non seulement saine, mais aussi l'endroit où se construit le lien maître-apprenant. Pour Paquelin, elle n'est pas un écart, mais un espace de partage et de co-construction sociale. Genevière Jacquinot affirmait, il y a déjà vingt ans, qu'il fallait que les acteurs pédagogiques apprivoisent la distance.

Malgré la distance, la présence

Et puis, malgré les distances, il y a des présences en formation en ligne. En fait, il y en aurait pratiquement autant que des distances (institutionnelle, de l'apprenant, cognitive ou sociale). En effet, il y a des communications dans de nombreuses formation où les apprenants partagent avec les professeurs. Il y a un dialogue pédagogique fort intéressant.

Annie Jézégou traite, entre autres, de collaboration « contradictoire ». Ainsi, dans une situation de formation où des individus doivent résoudre en groupe un problème, chacun apporte sa vision d'un savoir. Les points de vue se confrontent et créent chez les autres un effet qui peut permettre de modifier ou raffiner ce qu'il ou elle croyait savoir.

Conséquemment, cela crée une présence socio-cognitive qui se retrouvera tout au long de la formation avec les autres qui, bien qu'éloignés géographiquement, travaillent sur le même problème. Il y a aussi une présence socio-affective puisque la confrontation des différentes personnalités oblige les personnes à maîtriser le respect afin de développer une cohésion saine. Enfin, la présence pédagogique, prise en charge par le tuteur, est là afin que les apprenants forment une communauté d'apprentissage en ligne en animant le groupe, en l'accompagnant et en modérant les échanges.

La formation à distance comprend donc différents éléments qui éloignent les individus et institutions. Or, cet espace de séparation est le terrain de jeu dans lequel les concepteurs de formation créent des occasions de présences et de rapprochement entre les apprenants et les tuteurs. Un défi important qui offre toutefois de nombreuses possibilités d'enseignements qui toucheront directement les étudiants.

Illustration : Ollyy, shutterstock

Références

"Distances Et Présence En Formation." Prodageo. Dernière mise à jour : 18 novembre 2015. https://prodageo.wordpress.com/2015/11/18/distances-et-presence-en-formation/.

Jézégou, Annie. "La Présence En E-learning : Modèle Théorique Et Perspectives Pour La Recherche." International Journal of E-Learning & Distance Education. Dernière mise à jour en 2012. http://www.ijede.ca/index.php/jde/article/view/777/1409.

Peraya, Daniel. "Distances, absence, proximités et présences : des concepts en déplacement." Distance et Médiation des Savoirs. Dernière mise à jour en 2014. https://dms.revues.org/865.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire