Par Jacques Dubois  | jacques.dubois1@laposte.net

Accompagner des apprenants dans un MOOC : pourquoi et comment ?

Créé le jeudi 30 novembre 2017  |  Mise à jour le lundi 11 décembre 2017

Accompagner des apprenants dans un MOOC : pourquoi et comment ?

Les MOOC sont des méga-ressources riches et intéressantes et il n’est pas étonnant que des institutions d’enseignement supérieur les exploitent dans leur cursus de formation.

Très vite, se pose la question de mettre en place un accompagnement autour de ces MOOC car bien que le contenu présenté soit intéressant, le nombre de personnes qui valident le MOOC demeure relativement faible.

Mais alors, que veut dire réussir un MOOC ? Quelle organisation mettre en place pour engager et soutenir les étudiants pour les aider à réussir ? Et qu’en est-il de l’accompagnement de salariés en entreprise ?

Réussir un MOOC : qu’est-ce que cela peut vouloir dire ?

Dans son article «Les MOOC se cassent-ils la figure ?» Philippe Silberzahn explique que les MOOC sont une innovation de rupture dans le monde de la formation et qu’il faut donc changer de critère pour les évaluer : Tout comme AirBnB bouscule le monde de l’hébergement de loisir, les MOOC bousculent le monde de la formation. Ainsi, on peut venir picorer dans un MOOC, en consommateur, sans souci de certificat, diplôme ou autre, juste pour apprendre ce dont on a besoin.

"Ils avaient choisi certains modules et ignoré les autres. Ils se moquaient de terminer le MOOC et encore plus d’avoir un certificat à la fin. Avec les outils de mesure de l’ancien monde, ils sont considérés comme ayant échoué."

Ainsi présentés, il ne faut pas juger les MOOC par le taux de réussite mais plutôt par la satisfaction des participants lié à l’apprentissage réalisé, qui peut se concrétiser par de nouvelles connaissances, de nouvelles pratiques, mais aussi de nouvelles relations.

On peut voir les MOOC selon deux facettes : d’une part, une formation qui présente un contenu riche et d’autre part, une expérience d’apprentissage exigeante et formatrice.

Des participants du MOOC ITyPA1 avaient cartographié les compétences requises, développées et visées par un MOOC connectiviste. Même si tous les MOOC ne sont pas dans cette logique de co-construction de connaissances, de nombreuses compétences se retrouvent, à des degrés divers, dans les MOOC ‘transmissifs’.

Et ces compétences transversales d’apprentissage, de communication, de collaboration, sont peut-être aussi importantes que le contenu du cours …

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Comment intégrer un MOOC dans un cursus de formation ?

L’équipe de Mar Perez-Anagustin décrit dans l’article«Describing MOOC-based Hybrid initiatives : The H-MOOC framework» les différents modalités d’utilisation d’un MOOC dans un cursus de formation, allant de la référence bibliographique à l’intégration complète dans une logique de classe inversée en passant par la substitution pure et simple d’un cours par un MOOC.

Ils repèrent deux dimensions fondamentales pour caractériser cette intégration : l’effort réalisé pour accompagner les élèves dans le MOOC et le niveau d’intégration du MOOC dans le curriculum. Ils arrivent ainsi à une caractérisation selon le schéma ci-contre.

L’article «Hybridation d’un MOOC : quels moyens déployer ?» prolonge cette analyse et présente les leviers que peut activer une institution pour intégrer un MOOC dans un cursus. Les auteurs en relèvent 3 principaux :

  1. Les moyens et efforts institutionnels : support technique, matériel ou salles mises à disposition, plages horaires dédiées dans l’emploi du temps, …
  2. L’alignement pédagogique avec le cursus de la formation : tutorat pédagogique, degré d’intégration des MOOCs dans le programme ;
  3. La reconnaissance institutionnelle : caractère obligatoire ou optionnel du MOOC, prise en compte des résultats du MOOC dans l’évaluation, reconnaissance du travail enseignant.
     

En analysant différentes expérimentations d’intégration de MOOC dans des cursus à partir de cette grille, ils apportent des éléments sur les deux critères de réussite envisagés ci-dessus. Ainsi, la réussite académique d’étudiants à un MOOC semble liée à l’injonction de l’institution de formation.

"La cause la plus évidente serait l’obligation faite aux étudiants de valider le MOOC. Plus le niveau de contrainte est élevé (obligation de résultat), plus le taux de réussite et les notes moyennes sont élevés, même si l’étudiant est laissé en autonomie. Le suivi optionnel du MOOC avec une bonification de la note de l’Unité d’Enseignement correspondante, donne aussi de bons résultats"

Par contre, la qualité de l’expérience d’apprentissage dépend de l’accompagnement mis en place.

"Finalement, la question qui se pose n’est pas tant la quantité de moyens déployés mais la juste adaptation de ces moyens face aux besoins locaux. Si les taux de réussite et les moyennes des points obtenus restent élevés dans toutes les situations, notre hypothèse est que l’alignement pédagogique et l’effort institutionnel consentis par les établissements conditionnent la réussite de l’intégration du MOOC d’un point de vue plus qualitatif (satisfaction des étudiants, atteinte des objectifs d’apprentissage…)."

Cela peut paraître évident, mais il est essentiel que les enseignants qui utilisent ou proposent un MOOC l’aient déjà suivi eux-mêmes pour en maîtriser l’approche, la logique et le déroulement.

Comment cela se passe-t-il dans le cadre de la formation continue ?

Même si le contexte est différent, les mêmes questions se posent en entreprise.

Dans le cas particulier d’ITyPA, premier MOOC connectiviste francophone où un réseau de partenaires s’est constitué pour proposer des rencontres d’accompagnement local afin de répondre aux questions des participants, les aider à s’organiser et à s’orienter dans le MOOC, ces partenaires étaient majoritairement des organismes de formation qui profitaient de ce MOOC pour développer les compétences pédagogiques et numériques de leurs personnels.

De même, dans le monde de la formation, l’académie de Dijon propose actuellement une démarche comparable avec #AutourDuMOOC, un cycle de 5 rencontres autour du MOOC elearn². Ces démarches non commerciales ne visent pas un taux de complétion mais une acculturation du public cible qui se rapproche de la facilitation ou augmentation de l’expérience d’apprentissage.

Dans le contexte marchand, ce besoin d’accompagnement s’est traduit par le développement de tutorat que l’on retrouve par exemple dans l’offre premium plus d’OpenClassroom (https://openclassrooms.com/premium/premium-plus ) qui offre le statut d’étudiant et garantit un emploi dans les 6 mois. C’est aussi ce même constat qui a justifié le développement de SPOC, évolution des MOOC où le public n’est plus massif afin de pouvoir suivre chaque participant. La démarche est cohérente et est efficace : l’entreprise UNOW annonce avoir formé 400 000 personnes, issues de 300 entreprises avec un taux de complétion de 92 % et 82 % des salariés qui ont fini un tel parcours considèrent qu’ils ont développé des compétences utiles dans leur travail. Ces startup ont construit des parcours de formation de qualité, respectant les contraintes légales de la formation à distance, que les OPCA reconnaissent et financent de plus en plus :

"Cependant dans un nombre croissant de MOOC, on trouve désormais un dispositif payant d’accompagnement, de suivi et d’évaluation des participants. Et si ce dispositif correspond à la définition précise d’une action de formation professionnelle, alors il peut être financé par un OPCA"

En conclusion

Le format «participatif» et «en libre accès» des MOOC est tellement en rupture par rapport à l'approche traditionnelle 'transmissive' que les participants se perdent facilement. Un accompagnement est essentiel pour les aider à s'organiser, se repérer et ainsi persévérer. L'obtention d'un certificat de réussite à la fin d'un MOOC peut être une source de motivation pour certains mais l'essentiel est peut-être à chercher dans les compétences liées à l'apprendre à apprendre. En effet, les MOOC sont d'excellents tremplins pour entrer dans une démarche d'apprentissage tout au long de la vie et un accompagnement pertinent peut faciliter ce basculement vers l'apprenance.

Références

Silberzahn, Philippe. "Les MOOC se cassent-ils la figure ?
https://www.contrepoints.org/2017/11/07/302621-mooc-se-cassent-figure

Perez-Anagustin, Mar. "Describing MOOC-based Hybrid initiatives : The H-MOOC framework
https://mperezsanagustin.files.wordpress.com/2012/05/2016-frameworkhybrided-emoocs_preprint.pdf

Delpeyroux, Stephanie. "Hybridation d’un MOOC : quels moyens déployer ?
https://www.innovation-pedagogique.fr/article2275.html

Collectif. Le réseau des partenaires ITyPA
https://docs.google.com/document/d/1OUvHHY3W1Bd-lkz8a98EfLfJO_2RsAX6q8yNxTXFv5w/edit

Dubois, Jacques. "5 rencontres autour du MOOC elearn²
http://dane.ac-dijon.fr/2017/10/04/5-rencontre-autour-du-mooc-elearn%c2%b2/

OpenClassroom. Offre premium-plus
https://openclassrooms.com/premium/premium-plus

Monclos, Pierre. Un OPCA peut-il financer le suivi d’un MOOC ?
https://www.unow.fr/blog/digital-learning-et-formation/digital-learning-un-opca-peut-il-financer-le-suivi-dun-mooc/

Illustrations

"like" CC0 https://pixabay.com/fr/comme-bien-alors-oui-facebook-343456/

Macquart-Martin, Catherine, Friang, Brigitte, jackdub.  - cMOOC et compétences clés" CC-by-sa
https://cacoo.com/diagrams/eZoeLd4TtJaUaw6e

Perez-Anagustin, Mar. "Hybrid MOOC-based models
https://images.readcube-cdn.com/publishers/springer/figures/b89ab5326a97dc181696e8df32e2331ddf211fac09f178dd783de2e9811c1870/2.jpg

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire