Par Alexandre Roberge  | a.roberge@cursus.edu

Les outils du web pour traduire et prononcer l'anglais

Créé le dimanche 11 septembre 2011  |  Mise à jour le vendredi 18 janvier 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Les outils du web pour traduire et prononcer l'anglais

L'anglais domine Internet, même si les autres langues disposent de ressources de plus en plus nombreuses. Mais tout internaute, quelle que soit sa langue maternelle, croise un jour ou l'autre un site en anglais. parfois, c'est même la langue qu'il rencontre le plus souvent, selon ses centres d'intérêt sur la toile.

Martine Dubreucq a présenté dans un article le blogue de Thierry Roget, dans lequel ce dernier décrit la manière dont il utilise la « magie » d’Internet pour apprendre les langues. Sur son site dédié aux outils du Web (Cocktail Web), il donne des idées pour traduire et comprendre l’anglais (et autres langues) sans mettre le pied dans une classe de langue seconde réelle ou virtuelle.

Écouter la prononciation des mots


Et les outils ne manquent pas. Savez-vous par exemple que si vous entrez dans la fenêtre de recherche du moteur Google original (google.com) le terme « define » suivi d’un mot anglais, vous en obtiendrez immlédiatement la traduction et la rononciation ?

Il existe aussi une extension fort pratique pour le navigateur Chrome, le dictionnaire Google. Dès que vous l'aurez installé, il vous suffira d'un double clic sur n'importe quel mot en anglais pour en obtenir une définition et, là encore, la prononciation. 

Si vous n'utilisez pas Google Chrome, d’autres options s’offrent à vous. Citons par exemple RoboVoice, un site de « text-to-speech » très intéressant. Dès que vous avez copié un fragment de texte dans l'espace dédié, l'application reconnaît la langue utilisée et une voix métallique vous lit le texte. Certes, c’est forcément mécanique, un peu rapide dans le débit et les subtilités d’une véritable lecture n’y sont pas. Malgré tout, la prononciation est assez bonne pour que ça vaille la peine d'essayer.

Forvo offre également de la vocalisation, mais à la manière d'un réseau social. En effet, tous les utilisateurs ont la possibilité d'enregistrer des mots dans leur langue. Ce qui permet d'accéder à la prononciation de millions de mots, dans des centaines de langues, et même de saisir les subtilités de prononciation dans une langue donnée, selon les régions du monde.Le mot anglais « father » (père) par exemple n'est pas prononcé de la même façon par une Américaine ou par un Australien. Sur Forvo, on peut également voir les listes de mots en attente. Ce qui permet de contribuer facilement à l'enrichissement du site en enregistrant ces derniers, s'ils sont demandés dans une langue que l'on connaît. Il arrive que certains enregistrements soient inexploitables car de piètre qualité, mais les cas sont rares. 

Traduire le contenu du Web

De la prononciation à la traduction, il n'y a qu'un pas. Qui n’a jamais, même en cachette, utilisé Google Translator? On en a tous honte et l'on sait que le résultat est souvent moyen, en dépit des efforts réalisés par les membres de l'équipe Google qui sont chargés d'améliorer cette application. Mais parfois, cela nous sauve la vie...

Néanmoins, nous aurions sans doute des résultats plus satisfaisants en utilisant certaines des extensions de Chrome qui utilisent à des fins particulières le traducteur automatique. Par exemple, Translator permet de traduire des fragments de texte copiés dans l’espace approprié. Il est même possible d'obtenir la traduction simultanée du texte en plusieurs langues, ce qui s'avère très pratique pour préparer des consignes sur un site multiplangues, par exemple. L'application Translator de loba propose un service similaire. Il suffit de sélectionner une phrase dans une langue étrangère et de cliquer sur l’icône de l’application pour obtenir sur-le-champ sa traduction en français.

Si vous n'utilisez pas Chrome, vous vous tournerez vers Translet.co, une application que vous permettra de bénéficier des bons soins de la traduction Google d’une page ou d’un extrait de celle-ci. Curieusement, en dépit de ce qui est annoncé par les créateurs de l'application, il nous a été impossible d'utiliser le dictionnaire Google avec Translet. PLus globalement, il ne faut pas hésirter à essayer les nobreuses extensions de traduction proposées pour les différents navigateurs, qui profitent pour la plupart de la fonctionnalité de Google. 

Comme le signale Thierry Roget mentionné au début de cet article, ces outils ne donnent pas accès à une traduction parfaite et ne se substituent pas à un apprentissage méthodique des langues. Mais en utilisant conjointement par exemple le dictionnaire Google et un service de traduction, ils donnent des résultats intéressants. Ils encouragent surtout à poursuivre la navigation dans des sites dont on maîtrise peu et mal la langue, facilitant en cela la communication globale. 

Illustration : Martin Pettitt, Flickr, Licence CC BY 2.0

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire