Science des parasites 


Dans un monde parfait, chacun est dévoué, vise le bien commun et collabore aux objectifs de son groupe. Mais voilà, s’il n’a pas voix au chapitre, rien ne lui prouve que les objectifs du groupe le concernent ou lui sont favorables. Combien d’élèves maudissent l’école ?  Combien de travailleurs maudissent l’entreprise qui les emploie ? Le monde n’est pas parfait, loin de là.

Parfois la source du parasitisme n’est pas où l’on croît. L’organisme lui-même n’est pas exempt de responsabilités : d’abord celle de communiquer, de développer et de partager ses objectifs, puis celle de demeurer vigilant et enfin celle d’obtenir des résultats de réelle valeur pour ses membres.

Cette édition nous amène dans le monde des parasites et aussi des moyens de les identifier et de s’en défendre. Quand un parasite s'installe, c'est qu'il y a quelque chose à améliorer.

Illustration : vince42 via foter.com / CC BY-ND

Précurseurs 

 
Parmi les caractéristiques des précurseurs, l’entêtement figure en bonne place. Pas un n’a été épargné par l’opposition active, l’inertie passive, la marginalisation, le scepticisme. 

Le plaisir d’apprendre a surtout été considéré comme suspect, pour ne pas dire immoral. Il formerait des êtres indolents, jouisseurs et paresseux.  C’est oublier qu’apprendre n’est pas un processus passif et qu’il exige mobilisation et implication, à des années-lumières de l’apprentissage imposé, déconnecté et forcément peu plaisant. La plupart des idées concernant l’école répondent à celles aux fondements de la société elle-même; le plaisir n'a pas souvent été considéré comme une valeur «productive» et pourtant il n'est pas incompatible !

Parfois les idées prennent des générations avant de s’imposer. Plusieurs sont en bonne voie d’y parvenir. Des gens nous invitent à remettre en question nos idées, même les meilleures.  Notre environnement change, nous le transformons.  Nous avons aussi le pouvoir de transformer nos idées.

Vidéophagie 


Plus des 2/3 du traffic internet est composé de vidéos. YouTube est maintenant le second moteur de recherche le plus utilisé.

On commence tout juste à mesurer l’importance actuelle et future de la vidéo. En éducation, chez les jeunes, la vidéo est un outil de sensibilisation et d‘apprentissage de première classe.  Dans les entreprises, le «support-à-la-performance» est superbement servi par la vidéo mobile. Presque tous les domaines sont enrichis par la vidéo.

La machine «vidéo» s’auto-alimente et son mouvement s’amplifie à mesure que les outils de production et de diffusion se répandent. Nous avons maintenant presque tous dans notre poche à la fois une caméra vidéo et un écran pour les regarder. On a pas fini de dévorer de la vidéo. Le monde est vaste et les points de vues intéressants ne manquent pas. 

Bonnes découvertes

Illustration : Camil Tulcan - Study Human Movement - Flickr

Dynamiques statistiques 

 
Si des statistiques vous concernant indiquent une stabilité, vous n'agirez pas de la même façon que si elles indiquent une progression ou une chute rapide.  Pas besoin de grandes formules compliquées pour lire un graphique et en comprendre les implications.

En enseignement, avec les données générées automatiquement par nos interactions, il devient possible de s'en servir autant pour individualiser l’enseignement que pour optimiser un cours ou une approche pédagogique.

Mais quand on parle statistiques, la plupart des gens s’en détournent ou se méfient. Pourtant les statistiques bien faites et bien comprises sont des instruments utiles. Cette édition en fait découvrir différents aspects, autant dans leur interprétation que dans la collecte et le traitement des données.

Illustration : kentoh - ShutterStock

Recherche-action 


Face à une problème dont on ignore presque tout, nous décidons de nous y attaquer, sans même savoir si on s’y prend de la bonne façon. Bienvenue dans le monde de la recherche-action.

Toutes les approches de recherche-action partagent le même effet sur les participants : ils y affirment leurs savoirs et leurs méthodes. La recherche-action constitue en elle-même leur premier apprentissage, celui de l’autonomie.

On peut bien connaître beaucoup de choses mais seule la pratique permettre de savoir si on les sait vraiment. Il y a une différence entre connaître l’alphabet et la grammaire et savoir écrire. Face aux défis qui se présentent et au rythme des transformations, il apparaît évident que notre capacité de recherche-action sera très sollicitée : ce qu’il y a à apprendre est à découvrir et on ne le découvrira pas tout seul.

Illustration : balabolka - ShutterStock

Ceux qui paient 


… sont ceux qui décident. Mais quand c’est gratuit, qui est celui qui décide ?  Les étudiants en savent quelque chose : tant qu’ils ne paient pas, ils ne décident pas grand chose.   Cette logique s’étend aussi à l’administration de l’éducation.

Dans le quotidien des étudiants les services gratuits pullulent et, en contrepartie, ce qu’ils font et sont devient connu des entreprises qui leur proposent leurs services.  Notre valeur est estimée en fonction de notre potentiel de consommation. Cet écosystème semble plutôt positif tant qu’il est transparent.

Dans la nature, ce qui est gratuit remplit généralement une simple fonction : nous attirer. Mais quand ceux qui offrent dissimulent leurs intentions, on a des raisons de douter.  C’est pourquoi le «libre» prend une importance politique. Il faut bien financer l’éducation mais ce n’est pas une raison pour brader notre valeur au premier venu. Pour ce qui est abondant, comme le savoir, on est beaucoup mieux économiquement et socialement de s’occuper de nos propres affaires. 

Illustration : alice-photo - ShutterStock

Formule chimique 


Une formule chimique prédit les résultats attendus :  2 H2 + O2  = 2 H2O. Mais pour y arriver, il faut bien isoler, mesurer et doser les éléments du mélange, autrement il y aura des restes ou des sous-produits indésirables.

Le parallèle entre les formules de la chimie et les recettes de la cuisine est presque naturel; il l’est un peu moins entre la chimie et la pédagogie, les langues ou le marketing mais, si on respecte les conditions de base, isolement des paramètres, mesure et dosage, on trouvera les formules qui livreront les produits attendus.

Du coté de l’environnement, la chimie peut être un allié; la compréhension des phénomènes en jeu permet de mobiliser des populations ou encore d’initier des changements de comportements à grande échelle. Ce dossier ne couvre évidemment qu’une infime partie de l’étude des réactions entre les éléments. La chimie est partout, dans les classes aussi. Le sujet est quasi inépuisable…

Bonnes découvertes

Illustration : Eugene Sergeev - ShutterStock

Mouvement social 


Avec l’arrivée des robots, de l’intelligence artificielle, des possibilités de communication et d’échange, les questions du partage des bénéfices de ces innovations se posent avec acuité.  D’où l’évidente recrudescence des débats sociaux. Les professions liées à la politique et à l’animation ont de beaux jours devant elles.

« L’histoire sociale enseigne qu’il n’y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l’imposer. » Pierre Bourdieu

Si nous voulons un monde qui satisfasse la majorité d’entre nous, il faudra s’en occuper.  L’éducation est à la source de plusieurs mouvements sociaux. Depuis Socrate, enseigner à penser agace systématiquement ceux qui préfèrent que justement on ne réfléchisse pas trop.  En assumant pleinement ce rôle, l’éducation libère, protège et renforce chaque citoyen et chaque société.

Bonne animation

Illustration : Adisa - ShutterStock

Évaluation continue 


La pédagogie différenciée soulève habituellement beaucoup d’intérêt : chaque individu est différent et il semble tout à fait pertinent que l’enseignement soit adapté à chacun. La mise en pratique de la pédagogie différenciée vient avec une question : comment différencier les étudiants ?

On le fait normalement à partir de leurs résultats. Si on obtient leurs premiers résultats uniquement à la mi-session, la différentiation sera plutôt grossière et tardive. On en arrive rapidement à la conclusion que «Pas de pédagogie différenciée sans évaluation continue.»

On évalue par les connaissances, mais aussi par les données d’activité des étudiants et leur mise en relation avec leurs résultats, pratique ouvrant de nouvelles perspectives pédagogiques car on peut savoir quand et sur quoi intervenir systématiquement.

On en vient même à évaluer en continue la qualité de son environnement, mais quand nous devenons nous-mêmes des objets de mesure, peut-être devrions-nous nous demander «dans l’intérêt de qui ?».  Avec ce critère, on évalue aussi l’évaluation continue.

Illiustration : diuno - ShutterStock

Experts disponibles 


Propulsés par Internet, reconnus par leurs pairs et pour leur implication, les nouveaux experts débarquent.

Certains domaines sont plus propices que d’autres au développement de l’expertise et tous les sujets ne demandent pas le même investissement, mais toujours l'expertise apparaît au contact d’une réalité concrète.

Dans notre société ultra-médiatisée vers le spectaculaire et l’insignifiant, des experts n’attendent pas les invitations des médias : ils passent directement sur YouTube ou se servent des réseaux scientifiques dédiés. Ils sont reconnus là où ça compte réellement.

Synthétiser le savoir dans des systèmes-experts qui peuvent ensuite servir de référence dans les formations et les opérations, ne serait-ce pas la formule idéale pour gérer l’accroissement continue des connaissances.  N’y a t’il pas une experte nommée «Siri» qui se promène sur les réseaux ?

L’explosion des connaissances implique nécessairement la spécialisation. La mise en commun des expertises devient par conséquent normale et nécessaire.  L’éducation se dirige vers plus de spécialisation mais aussi plus de collaboration. Nous avons besoin d’être habiles à collaborer pour pouvoir profiter des expertises de chacun.

Illustration : Rawpixel.com - ShutterStock