HUE

HUE
12 Enterprise Way
SW18 1FZ London
Royaume-Uni


10 raisons pour lesquelles l’animation stop-motion est un formidable outil pédagogique

10 raisons pour lesquelles l’animation stop-motion est un formidable outil pédagogique

L’animation en stop-motion existe depuis de nombreuses années. Auparavant réservée aux professionnels du cinéma, elle est désormais accessible à tous. De nombreux logiciels faciles d’utilisation ont vu le jour, permettant de ce fait même aux plus jeunes de se frotter à l’image-par-image et d’avoir une idée de ce qu’il se passe dans les coulisses du monde du cinéma. Et avec une caméra USB, rien de plus simple : les images peuvent être prises instantanément et modifiées dans la foulée. Les enfants peuvent ainsi voir le fruit de leurs efforts en un rien de temps.

Quelques clics suffisent pour que les élèves donnent vie à leurs jouets, Lego, dessins en 2D et autres bonshommes en pâte à modeler. Ils peuvent ensuite apporter des modifications à leurs créations, insérer du son, du texte ou même des effets spéciaux où ils le souhaitent. S’ils ne sont pas satisfaits par une image, ils n’ont qu’à la supprimer ou corriger un élément.

Les intégrations pédagogiques de l’animation en stop-motion à l’enseignement sont infinies et permettent aux élèves de développer les compétences du XXIe siècle. En stimulant leur créativité, la collaboration en classe et l’esprit critique de chacun, ils apprennent aussi à prendre du recul sur leurs pratiques et à faire des choix.  De l’élaboration du scénario à la présentation des créations, en passant par la réalisation concrète de leurs idées (éléments en papier, pâte à modeler…), un projet d’animation image par image motive les élèves, qui s’impliquent et se prennent volontiers au jeu. Toutes les matières gagneront à inclure cet outil pédagogique qui s’adapte à tous les programmes scolaires.

L’animation permet de concilier les besoins de tous les apprenants, qu’ils soient visuels, auditifs ou kinesthésiques, et se révèle tout aussi utile et performante avec les élèves en situation de handicap.  Elle est très populaire dans les makerspaces installés dans les écoles, et de nombreux enseignants l’utilisent pour enseigner les matières scientifiques dans le cadre de l’EIST (Enseignement intégré de science et technologie).

Quelle que soit la matière, les élèves renforceront à la fois leur créativité et leur alphabétisation numérique.  Et l’enseignant pourra évaluer les acquis de ses élèves au fur et à mesure que ceux-ci en feront la démonstration.

L’animation est un outil fantastique que notre école utilise depuis plusieurs années. Elle a grandement contribué à l’amélioration des cours de différentes matières. Les élèves sont motivés, stimulés et prennent plaisir à réaliser leurs propres films d’animation. Nos enseignants utilise les cameras HUE au quotidien pour projeter les objectifs de la leçon ou le travail des élèves au tableau.

Mme P. Moran, directrice de la Lionel Primary School

  1. Narration numérique : demandez à vos élèves de recréer une scène tirée d’un livre.
  2. Maths : illustrez les fractions en les faisant mettre en scène par vos élèves.
  3. Géographie : enseignez le thème du lieu (où j’habite, où je vais à l’école, où je vais en vacances…) et les différentes échelles de visualisation, ou encore les dynamiques territoriales en France et en Europe. Regardez l’exemple de l’école Robert Lancelot dans notre rubrique D’enseignant à enseignant.
  4. Histoire : recréez une scène historique en modélisant les personnages, bâtiments et décors caractéristiques (couronnement de Louis XIV, débarquement de Normandie…).
  5. Art : prenez une photo régulièrement durant la création d’une œuvre d’art pour montrer comment ce tableau ou cette sculpture ont été réalisés et leurs différentes étapes.
  6. Chimie : suivez l’évolution des cristaux grâce au time-lapse.
  7. Langues vivantes : racontez une histoire et enregistrez les voix dans une langue étrangère.
  8. SVT : réalisez une expérience en utilisant la fonction time-lapse : observez un œuf éclore, ou le cycle de vie d’une grenouille ou d’un papillon, comme l’a fait Véronique Favre, alias Doigtdecole.com.

Notre école a organisé un projet intitulé “Œuf vivant”. 10 œufs ont éclos dès le 19e jour, sur 21 normalement. La caméra a suivi la scène, des premières fissures à l’apparition des poussins. (Un seul œuf n’a pas éclos, mais c’est la nature !)
Le visualiseur a suivi l’heureux évènement, et enregistré l’enthousiasme des élèves !
Après 2 semaines, il était temps pour les poussins de rejoindre leur nouvelle et plus grande maison. Ils nous manqueront mais nous en gardons pour toujours un merveilleux souvenir.

Mme Z. Myerso, de la Beis Yaakov Primary School

  1. Dyslexie

Donner vie à des histoires grâce à l’animation image par image a aidé les enfants fréquentant notre établissement à donner du sens au récit et à la narration. Les dyslexiques ont des difficultés à exprimer par écrit ce qu’ils ont dans la tête, mais cet outil leur permet d’écrire leurs propres histoires.

Mils & Leon Chaffrey, de l’entreprise Super Thinkers Ltd

  1. Autisme et difficultés d’apprentissage

J’utilise les caméras HUE et le logiciel HUE Animation avec ma classe d’élèves atteints d’autisme ou ayant des difficultés d’apprentissage. Les élèves ont pu créer leurs propres courts-métrages, avec une aide minime de ma part. L’activité les a encouragés à travailler en collaboration, ce qui leur est plutôt difficile. Ils étaient ravis du résultat, que nous avons mis dans l’environnement numérique de travail de la classe pour les partager avec leurs familles.

Sally Paveley, de la Bridge School

Nous utilisons le Studio d’animation avec des enfants ayant des difficultés d’apprentissage. Ils apprennent rapidement à se servir de la caméra, à déplacer soit le décor soit un personnage, et à vérifier le rendu de leur « film » sur l’écran de l’ordinateur.
Les élèves de cycle 3 et 4 travaillent de manière autonome et en coopération ; ils partagent leurs idées, répètent les histoires et illustrent ce qu’ils ont appris. Le matériel est très facile à utiliser et l’apprentissage n’est pas freiné par la technologie.

Tina Wright, professeur de technologie-informatique à la Slated Row School