Diigo, mode d'emploi pour utilisateurs avancés

L'outil de social bookmarking permet un classement avancé des signets, et plusieurs modes de partage

Sociétés

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Diigo, mode d'emploi pour utilisateurs avancés

En navigant sur Internet, on collecte une foule d'informations intéressantes, que l'on ne prend pas toujours la peine d'approfondir sur le moment mais que l'on souhaite conserver pour un examen ultérieur. Si l'on prend effectivement cette peine, si de plus l'on fait du lien entre diverses informations ainsi collectées et entre celles-ci et ce que l'on sait déjà, nous voilà dans un magnifique processus d'apprentissage non formel, applicable en tous temps et en toutes circonstances.

Le web nous transforme en effet potentiellement en puits de savoirs, dès lors que l'on sait utiliser les informations qu'il met à notre disposition. Mais encore faut-il collecter, classer et réutiliser les informations que l'on estime pertinentes, et pas seulement les collectionner dans un coin de sa machine ou dans les nuages, où elles vont doucement mourir faute de n'être pas utilisées.

Voici quelques temps, nous vous avions présenté Diigo, un outil qui permet de collecter ses signets ou favoris dans les nuages, et de les partager avec des personnes ou des groupes. 

Nous avions à cette occasion abordé les fonctions de base de Diigo, qui en font un outil de social bookmarking très performant. Aujourd'hui, nous allons nous attarder sur deux fonctions plus avancées de Diigo, qui peuvent aisément être exploitées pour présenter un travail de recherche documentaire réalisée dans un cadre scolaire ou universitaire.

 

Les listes

Si votre bibliothèque Diigo comprend plusieurs centaines de signets plus ou moins bien indexés avec des mots-clés que vous définissez selon votre inspiration du moment, il y a fort à parier que vous ne retrouverez jamais les ressources que vous y avez stockées. 

Une solution s'offre à vous : classer vos signets dans des listes.

La création de listes est accessibles dans le menu gauche de votre bibliothèque (commande "create new list") ou depuis la boîte de dialogue qui s'ouvre quand vous voulez référencer une nouvelle ressource. Les listes possèdent un nom, une URL, éventuellement une description, des mots-clés d'identification et une catégorie. Vous pouvez créer autant de listes que vous le souhaitez, les rendre accessibles à tous ou les réserver à votre seul usage. 

Lorsque vous entrez une nouvelle référence dans votre bibliothèque, il vous suffit de l'ajouter à la liste voulue si nécessaire. Vous voyez les noms de toutes vos listes dans le menu gauche de votre bibliothèque. En cliquant sur un nom, la liste s'ouvre. 

Et c'est là que l'on se retrouve avec un autre problème : certaines listes, trop générales ou trop longues, ressemblent encore trop à des sacs fourre-tout. Pas de panique : il vous suffit de créer des sections dans vos listes. Pour cela, cliquez sur la commande "Add section" en haut de votre liste et, dans la boîte de dialogue qui s'ouvre, entrez le nom et éventuellement un bref descriptif de la section.

Les items de votre liste, tout comme les noms de sections, peuvent monter et descendre (commandes Top - Bottom - Up - Down qui apparaissent lorsque vous passez le curseur sur l'item voulu). Vous pouvez aussi glisser-déposer les signets en plaçant le curseur sur la bande bleue qui apparaît à gauche du titre du signet. De cette manière, vous pouvez ré-organiser vos signets et les placer dans la section souhaitée. L'exercice est un peu fastidieux, surtout si on le pratique à partir d'une liste déjà bien pleine, mais le résultat est très satisfaisant.

Notons enfin une dernière fonction essentielle : la révision des mots-clés dans les items d'une liste. Si vous souhaitez attribuer un même mot-clé (ou en supprimer un) à différents signets, plutôt que de les éditer un par un, vous pouvez les sélectionner en cochant dans la petite case placée à gauche du titre, puis cliquer sur la commande "revise tags" placée dans le menu "More actions" en haut de votre liste. 

Les listes sont partageables et imprimables, ce qui en fait d'excellents outils de référence. En tant qu'utilisateur de Diigo, vous pouvez aussi sauvegarder les listes d'autres personnes.

 

Les diaporamas

Le contenu des listes peut en outre être visionné sous forme de diaporama. Pour cela, il suffit de cliquer sur "Play as a Webslides" en haut à droite de la page de la liste.

Tous vos signets vont alors s'afficher, dans l'ordre et dans les sections que vous leur avez attribués ! Par défaut, chaque site s'affiche pendant 10 secondes, mais vous pouvez bien entendu modifier les réglages, et même ajouter de la musique. De plus, les pages sont visualisées avec leurs annotations : si vous avez surligné un passage ou ajouté une note, cela apparaîtra à l'écran. 

Un widget du diaporama ainsi créé peut ensuite être ajouté à une page web, permettant aux utilisateurs d'y accéder directement, sans passer par l'interface Diigo. Attention, selon la qualité de la connexion au réseau, le temps de chargement peut être long.

On comprend sur-le-champ l'intérêt d'utiliser ces deux fonctions de Diigo, listes et diaporama, avec des élèves ou des étudiants : organiser et valoriser une recherche documentaire n'a jamais été aussi facile. 

Diigo apparaît donc bien comme un puissant outil d'organisation de l'information en vue d'apprentissage, contribuant ainsi à la formation tout au long de la vie. 

Diigo

Voir aussi sur Thot Cursus : Diigo, mode d'emploi pour débutants

Sujets :
Applications - Bureautique ,
Gestion de l’info - Biblio ,
Autoformation ,
Technologies en éducation ,
Outils d'organisation ,
Travail collaboratif

Mots-clés :
informel ,
information ,
Signets Partagés,
Diigo,
fonctions avancées,
Abondance