«Stories Matter» pour collecter et mettre en valeur le patrimoine oral

Le Centre d’histoire orale et de récits numérisés (Centre for Oral History and Digital Storytelling) de l’Université Concordia propose un logiciel professionnel d'édition et de gestion de document

Sociétés

Recommander cette page à un(e) ami(e)

«Stories Matter» pour collecter et mettre en valeur le patrimoine oral

Le Centre d’histoire orale et de récits numérisés (Centre for Oral History and Digital Storytelling) de l’Université Concordia propose un logiciel professionnel d’édition, d’annotation, d’analyse, d’évaluation et de partage des collections de documents oraux : Stories Matter

Fonctionnant sous toutes les plates-formes, son installation est liée à celle d’Adobe Air et est sans tracas. La prise en main est rapide mais peu invitante, le manuel est nécessaire pour découvrir les nombreuses fonctionnalités qui apparaissent en contexte. En phase d'utilisation, il faut d’abord créer un projet, puis une interview, télécharger le document et à partir de là l’éditer, l’annoter et l’enrichir avec d’autres éléments.  Le manuel est accessible à partir du «?» du menu en haut à gauche.

Sans doute bien des logiciels permettent-ils de faire ceci, mais «Stories Matter» autorise le partage des collections dans un cadre normalisé et les rend disponibles aux autres chercheurs tout comme il est possible d’accéder aux autres collections que ce soit en français, anglais, espagnol ou néerlandais. Le travail en commun prend tout son sens, surtout lorsque les témoins sont dispersés aux quatre coins du monde.

Les utilisateurs peuvent accéder à des riches collections et de plus peuvent éditer et remonter les documents en clips ou compilations selon leurs intérêts et finalement les exporter sous différents formats.

Un intérêt pratique, social et international


Au delà des anecdotes colligées, Stories Matters permet :

  • aux historiens de puiser dans de la matière première de choix,
  • aux juristes de monter des dossiers cohérents et documentés, comme dans le cas de la Commission "Vérité et Réconciliation" du Canada dans ses relations avec les peuples autochtones, ou dans le cas de réfugiés cambodgiens ou rwandais, et pour sans doute bien d’autres cas de justice internationale;
  • aux journalistes, recherchistes et rédacteurs de reculer dans le temps et de retrouver des témoins ou des témoignages clés ou encore de monter un dossier d'actualité en équipe avec des collaborateurs sur le terrain;
  • aux enseignants et étudiants à la fois d’alimenter la base de données et d’accéder aux documents selon les thématiques qui les intéressent.

Mieux encore, le partage des intérêts permet d’atteindre un niveau de production et de collaboration concret qu’il serait autrement quasi impossible d’approcher.

Dans le cas d’une utilisation pédagogique, une supervision est nécessaire, à la fois pour la prise en main de l’outil et pour veiller au niveau de qualité nécessaire. Il s’agit d’une entreprise scientifique et professionnelle : il faut se lier à un serveur commun et obtenir un accès.  On peut en faire la requête à info@stories-matter.com.

L’initiative est impressionnante et bien financée pour les prochaines années. À voir sa cohérence et le dynamisme qu’elle insuffle dans le domaine des sciences sociales, il n’y a pas de doute que son succès est assuré.

Pour des vidéos de présentation   

Pour télécharger le logiciel : Stories Matter

Oral History - Université de Concordia

 

 

 

 

Sujets :
Applications - Bureautique ,
Journalisme - Reportage ,
Gestion de l’info - Biblio ,
Histoire - Muséo - Paléo - Archéo ,
Sciences sociales ,
Droit international / environnemental ,
Culture - Nation ,
Outils d'organisation ,
Travail collaboratif ,
Outils d'édition

Mots-clés :
Oralité,
Technologies,
Gestion De L'information,
Sciences Sociales