Construire et programmer ordi et robots : VOUS pouvez le faire et vos étudiants aussi.

On conçoit aisément que même des cours de programmation du secondaire intègrent le travail sur ces outils dans leur syllabus.

Sociétés

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Construire et programmer ordi et robots : VOUS pouvez le faire et vos étudiants aussi.

Dans les premiers temps de l'informatique grand public il était courant d’aller fouiller dans les entrailles de sa machine pour ajouter une carte, de la mémoire ou brancher un câble.  Il était aussi fréquent de produire un logiciel ou de bidouiller dans le code pour faire faire des choses à sa machine que nul programme n'avait prévu, avec différents niveaux de bonheur ou de succès.

Cette ère est révolue mais une autre s’est ouverte, celle des périphériques, des petits ordinateurs et des cartes spécialisées. On peut les brancher via les ports USB de nos machines et les programmer comme on l’entend et leur faire faire ce que l’on veut.

Pas pour moi.  Mais si !

 
On peut aimer bricoler, coudre, tricoter, cuisiner ou faire de la mécanique et en retirer bien des satisfactions. Même si l’informatique et la robotique n’ont pas de grande tradition comme peuvent en avoir la cuisine ou la confection des vêtements, ces techniques s'enseignent et s’apprennnent comme les autres techniques : en faisant des projets. On ne coud pas tous ses vêtements ni prépare toute sa nourriture, mais on est capable de le faire. Pourquoi pas aussi avec la programmation des robots ?

Les entreprises qui vendent les produits et accessoires d’informatique populaire ont d’ailleurs une section «éducation» riche et supportée par des milliers de personnes.

Bien sur on commencera par faire allumer quelques Leds (diodes électroluminescentes), quelques tableaux à cristaux liquides, ajouter des capteurs de toutes sortes (UV, infrarouge, geiger, laser, radar. magnétiques, CO2, pression, température, lumière, son, humidité, moteurs, orientation, accélération)... puis on ira de plus en plus loin dans le développement, jusqu’aux robots ou aux produits industriels.

Les langages de programmation sont accessibles et certains contrôleurs acceptent à peu près tous les langages de programmation actuellement utilisés. Aussi on conçoit aisément que même des cours de programmation du secondaire intègrent le travail sur ces outils dans leur syllabus.

Des fournisseurs...

 
Quatre fournisseurs principaux se partagent le marché et se connaissent visiblement bien; une certaine collaboration/spécialisation s’en suit. Arduino ouvre la porte, Parallax développe des périphériques, BasixX et Phidgets proposent des microcontrôleurs à différents niveaux de sophistication. D’autres comme Handyboard (MIT) se spécialisent pour leurs besoins propres et nous en font profiter accessoirement. Enfin, LegoMindstorm est intégré à un système de construction mais a le défaut d’un langage  «propriétaire».

Arduino est le plus développé pédagogiquement, avec un langage ouvert et le seul à offrir de la documentation en français. Avec des millions de cartes Arduino dans le monde, on comprendra qu’il existe des dizaines milliers de programmes téléchargeables et que vous pouvez modifier à votre goût sans à avoir à tout refaire à la base. Relier Arduino à un GPS, un lampadaire, des panneaux solaires, un pot de fleur, un robot... les possibilités sont infinies.


et un de plus :

Sujets :
Programmation - Langages informatiques ,
Robotique - Électromécanique ,
Matériel informatique

Mots-clés :
Compétences Informatiques,
Enseignement De L'informatique,
développement informatique,
Programmation,
Programmation Informatique,
Robotique ,
Robots