Doctorat 2.0, les outils numériques au service des chercheurs

Les outils numériques à disposition des chercheurs : des outils de veille aux outils d'optimisation du travail en équipe, en passant par les outils de gestion bibliographique et les plateformes de partage de contenus.

Sociétés

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Doctorat 2.0, les outils numériques au service des chercheurs

Au-delà de la maîtrise des outils informatiques traditionnels comme les logiciels de traitement de texte, les outils de présentation de type diaporama (PowerPoint ou Impress), les tableurs ou encore la messagerie électronique, les doctorants sont sensibilisés à travers des formations et des guides en ligne au rôle essentiel joué par les outils numériques dans le cadre de leurs pratiques de recherche.

Les outils de veille numérique

Sur le carnet ENthèSe dédié aux activités de l’association de doctorants de l’ENS Lyon, Mélodie Faury retrace son parcours personnel et souligne l'importance du numérique au quotidien en matière de veille : sources d'informations (blogs scientifiques, réseaux sociaux pour chercheurs, archives ouvertes, plateformes de revues en ligne), outils de gestion bibliographique comme Zotero, EndNote ou Mendeley, agrégateurs de flux RSS (Google Reader) et autres services de curation (Scoop.it, BagTheWeb), applications de microblogging (Twitter), sans oublier les activités liées à l'écriture collaborative. Au fil de cette synthèse l'auteure renvoie le lecteur du billet à plusieurs références en ligne : La Boîte à Outils des Historiens, une carte heuristique des Services et ressources web 2.0 pour les chercheurs et deux articles d'Adrien Barbaresi (Concepts et outils du travail collaboratif et Outils numériques, travail collaboratif et formation).

Laurence Bianchini dresse un constat similaire sur le blog scientifique My Science Work au sein d'un article consacré aux Nouveaux Outils Numériques pour la recherche scientifique : outre les applications de gestion bibliographique et de veille, l'auteure s'intéresse en particulier aux outils d'optimisation du travail en équipe comme Cowilz (gestion bibliographique associée à des agendas et à des calendriers), Google Agenda, Doodle (planification de réunions), Dropbox et Google Documents (stockage et  partage de contenus) ainsi qu'aux plateformes de partage de contenus et de données telles que Scivee (partage de podcasts et de vidéos scientifiques), MyExperiment ou encore Figshare (partage de contenus de la recherche sous licence CC).

Se former aux outils

Nous avons déjà chroniqué sur Thot l'excellent tutoriel Form@doct visant à répondre aux besoins informationnels des chercheurs. Dans une perspective similaire, Corinne Habarou (Urfist de Paris) publie via SlideShare un imposant panorama des Outils et services gratuits utiles en thèse :

Magali Le Gall, Responsable des services aux publics et de la formation des usagers à la BU des sciences de Versailles (SCD de l’UVSQ), s'inscrit dans une dynamique identique et propose sur la même plateforme un support de formation intitulé Chercher, organiser, partager, veiller et de nouveau destiné aux doctorants.

Comme tout un chacun, le chercheur est bien évidemment amené à faire un usage raisonné de ces différents outils dans le cadre d'une réflexion plus globale sur son identité numérique.

Sources

Mélodie Faury : http://enthese.hypotheses.org/453

Laurence Bianchini : http://blog.mysciencework.com/2012/03/26/nouveaux-outils-numeriques-pour-la-recherche-scientifique.html

Hans Dillaerts : http://blog.mysciencework.com/2011/09/05/linformation-scientifique-et-technique-en-libre-acces-recherche-et-veille.html

Julien Pierre : http://fr.slideshare.net/idnum/lidentit-numrique-du-chercheur

Source de l'illustration : Illustrations.fr

 

Sujets :
Applications - Bureautique ,
Outils d'organisation ,
Identité numérique ,
Techniques de veille ,
Travail collaboratif ,
Outils d'édition

Mots-clés :
Outils De Veille,
recherche scientifique,
Blogues De Recherche,
Partage D'information,
Gestion De Projet