Articles

Publié le 09 décembre 2020 Mis à jour le 09 décembre 2020

Pourquoi YouTube semble plus populaire que les cours en ligne?

Les Moocs doivent-ils imiter les tutoriels vidéo?

Studio

Si en 2010-2011, le Mooc avait la fraîcheur d’une nouvelle approche d’enseignement révolutionnaire, sa réputation a décliné avec le temps. Les espoirs mis en ces cours massifs ont été frappés durement par la réalité du peu d’apprenants allant jusqu’au bout.

Étant donné les sommes investies dans ces formations, ces succès en demi-teinte ont refroidi des établissements. Pourtant, l’outil n’est pas vétuste, loin de là. Avec le confinement lié à la pandémie de la covid-19, le printemps 2020 a vu un regain dans les recherches pour des Moocs. Après tout, avec autant de temps à passer, il semblait intéressant pour certains d’aller chercher des compétences nouvelles ou d’en rafraîchir avec ces cours en ligne.

Néanmoins, ce pic de popularité est depuis redescendu. Pendant ce temps, les tutoriels sur YouTube n’ont jamais été aussi populaires. Comment se fait-il que les capsules en ligne paraissent davantage piquer l’intérêt des internautes?

Satisfaction immédiate

Un des grands attraits des tutos repose sur le fait qu’ils répondent à des besoins immédiats, particulièrement chez les jeunes. Dans la bataille de l’apprentissage 2.0, cela est fort important. En effet, en cliquant sur le titre d’une vidéo, ils peuvent savoir tout de suite ce qu’ils vont apprendre : que ce soit la conjugaison de verbes au futur en anglais, le théorème de Pythagore, monter un meuble en kit ou tricoter des chaussettes. Or, dans une formation Mooc, impossible d’avoir directement accès aux savoirs qui intéressent l’étudiant. Il lui faut passer par divers modules et dès qu’il a atteint le point d’intérêt, il s’en va sans regret.

De plus, la production vidéo ayant franchement grimpé uniquement avec les appareils mobiles d’aujourd’hui offrant des qualités vidéo proches de caméras en cinéma, les capsules sont intéressantes à regarder. Elles sont aussi souvent animées par l’intervenant qui y ajoute sa passion dans le sujet. Pour certains, l’avenir des Moocs repose dans une copie de ce modèle. Proposer plus directement les contenus vidéos et interactifs pour y avoir accès. Le concept des micro-Moocs peut être fort attrayant parce qu’il s’appuie sur quelques courts modules. Il va ainsi direct dans le thème et évite le superflu qui peut ennuyer en ligne.

Un autre modèle

Une des grosses critiques des Moocs est sa logique synchrone souvent liée au fait que les établissements offrant ses formations sont habitués à proposer un soutien dans le temps. Ainsi, il s’avère parfois impossible pour les tuteurs universitaires de répondre aux questions et communications des étudiants alors que celles-ci peuvent se dérouler à tout moment. Par contre, certains Moocs pourraient se présenter sous une forme hybride. C’est-à-dire une partie de contenus en ligne pour les étudiants qui s’autoforment et évaluent et ensuite un contenu supplémentaire en présentiel.

Exemple : le LabFab étendu de Rennes métropole offre désormais une formation en partie en Mooc et en présentiel puisqu’il concerne l’impression 3D et la programmation. Ainsi, les apprenants acquièrent chez eux en partie le langage Arduino et ils l’expérimentent sur place en ateliers. Ils ressortiront donc les compétences pour devenir des « makers » qui pourront alors amorcer une entreprise.

Ce modèle hybride de la formation Mooc intéresse de plus en plus d’universités comme, par exemple, celle de Louvain qui réfléchit dans ce billet à l’usage des Moocs dans un cadre universitaire. L’idée n’est pas de tout arrêter les cours en ligne massifs, au contraire, mais plutôt de le voir comme un soutien technologique qui peut servir à des classes inversées, entre autres.

Miser sur l’interactivité et l’apprenant

Enfin, le Mooc a une possibilité que ne possède pas YouTube : il peut être interactif. En effet, la plupart des cours offerts vont disséminer des questionnaires ou des sondages. Or, cette approche peut vite devenir ennuyante. Il ne s’agit pas d’activité qui oblige l’apprenant à s’engager. Le chercheur du Centre pour l’investissement social Gorgi Krlev de l’université Heidelberg en Allemagne a écrit dans le Times Higher Education qu’il était nécessaire d’en faire plus.

Pour sauver les Moocs et les rendre encore plus pertinents, ils doivent chercher à attirer des interactions plus complexes. Pour lui, il faudrait des exercices de réflexion où les participants partagent sur des questions leur point de vue personnel. Cela peut mener à des discussions avec les tuteurs qui ne se basent plus seulement sur si une réponse est bonne ou mauvaise mais plutôt sur l’idée de pousser plus loin la pensée d’un individu. Les professeurs offrant ainsi des ressources supplémentaires pour continuer l’échange. Évidemment, le risque est grand que peu d’interactions aient lieu mais en proposant aux étudiants de détailler leur expérience, Krlev croit que les chances d’engagement sont meilleures.

Comme n’importe quelle formation, le Mooc doit changer en partie. Il doit s’adapter à des apprenants qui cherchent directement des savoirs plutôt que des « modules de formation ». Il lui est nécessaire aussi de se démarquer en offrant différentes approches interactives qui lui donneront une valeur plus importante que les tutoriels vidéo. Enfin, il semble avoir un avenir brillant dans des contextes de pédagogie hybride.

Illustration : Gianandrea Villa sur Unsplash

Références :

Chemkhi, Mahdi, Julien Gardan, et Arthur Gontier. « Deux Pistes Pour Réinventer Les MOOC. » The Conversation. Dernière mise à jour : 9 septembre 2020.
https://theconversation.com/deux-pistes-pour-reinventer-les-mooc-141715

Chermann, Élodie. « La Bataille De L’apprentissage 2.0 : Les Tutos Font La Nique Aux MOOC. » Le Monde.fr. Dernière mise à jour : 2 mars 2020.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/01/la-bataille-de-l-apprentissage-2-0-les-tutos-font-la-nique-aux-mooc_6031428_3234.html

Docq, Françoise. « Quels Usages Des MOOCs Pour Quelles Innovations Pédagogiques ? » Louvain Learning Lab. Dernière mise à jour : 9 décembre 2019.
https://www.louvainlearninglab.blog/quels-usages-des-moocs-pour-quelles-innovations-pedagogiques/

Krlev, Gorgi. « How Can We Save the Mooc? » Times Higher Education (THE). Dernière mise à jour : 8 juin 2020.
https://www.timeshighereducation.com/opinion/how-can-we-save-mooc

« Mooc Hybride. » LabFab. Dernière mise à jour : 12 février 2020.
https://www.labfab.fr/mooc-hybride/

« Se Former Pendant Le Confinement : Quel MOOC Ou Tuto Choisir ? » Bien Vivre Le Digital. Dernière mise à jour : 31 mars 2020.
https://bienvivreledigital.orange.fr/vie-perso/confinement-se-former-pendant-isolement-mooc-tuto/


Mots-clés: Formation Hybride Apprentissage Hybride Intérêt Engagement Mooc Désengagement Tutoriels YouTube Impression 3D Motivations Confinement

Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Bien Mooché


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !