Articles

Publié le 12 janvier 2021 Mis à jour le 12 janvier 2021

Le webdocumentaire, un outil de change-management

La puissance des récits partagés

Film

La saga discrète

Les organisations peinent à faire ressortir le cœur de leurs savoir-faire cachés, de leurs architectures invisibles, des processus relationnels implicites qui font naître la confiance, des symbioses et synergies subtiles qui en font la spécificité.

Bien souvent elles restent accrochées à des visions comptables et quantitatives ou s’efforcent, par des référentiels, à désigner et reconnaître des phénomènes difficilement mesurables. Elles poursuivent une visée patrimoniale d’accumulation de biens, d’actifs incorporels et peinent souvent à capter « l’essentiel invisible pour les yeux » car « on ne voit bien qu’avec le cœur ». La réalité sensible de l’organisation, ses réactions émotionnelles à ce qui l’affecte disparait trop souvent dans des tableaux de bord et des indicateurs sous forme de jauges quantifiées qui montent et qui descendent.

Ce faisant l’organisation est vue comme une description statique alors même que le quotidien nous fait vivre dans des réalités organiques, changeantes, systémiques et imprévisibles. Les tableaux de bord et les statistiques fuient de tous les côtés. Les contenants ne savent maintenir des cadres organisationnels étanches avec le vivant qui sans cesse déborde et s’ingénie à chercher son chemin dans la description rigide.

Le seul récit bien ordonné du dirigeant ou de la direction de la communication achoppe aux milles histoires individuelles qui s’éprouvent. Le grand et unique récit de l’entreprise détenu par une autorité exclusive est écouté avec retenue par des collaborateurs qui en ont vu d’autres. Est-ce la fin du « grand récit » annoncée par Lyotard dans « La condition post-moderne » ? Les récits du quotidien créent une autre dynamique :

« On y narre la formation de héros positifs ou négatifs qui doivent accomplir des performances dans le cadre de compétences sociales. Ensuite, ces récits admettent une pluralité de jeux de langage et de formes de savoir. Enfin, ces histoires se racontent avec des règles bien précises qui signent le caractère quasi sacré de leur transmission.
Dès les premiers mots, il s’agit d’affirmer des règles pragmatiques : les histoires débutent avec des phrases comme “
Voici l’histoire de… telle que je l’ai toujours entendue. Je vais vous la raconter à mon tour, écoutez-la”. (Vulbeau 2006)

« La nécessité du changement », « l’impact de la crise », « le changement c’est maintenant », « avant c’était le changement, maintenant c’est la transition » sont autant d’injonctions qui glissent de plus en plus sur les plumes de collaborateurs imperméables aux discours. Et si une idée neuve était de capter l’énergie de petits récits.

Exploration d’une approche de co-construction d’un récit acceptable

Si la méfiance a grandi où si les mots de quelques-uns, aussi légitimes et charismatiques soient-ils, embarquent plus difficilement les équipes, il s’agit de fabriquer le récit à plusieurs. Une approche de change-management  vise l'association  des acteurs concernés  à la construction de leur propre réalité. Il s’agit de coller un peu plus à l’idée selon laquelle « les individus adorent changer mais pas qu’on les change de force ».

Leur proposer de coconstruire le cadre de leur action, de choisir leurs outils, leurs méthodes, d’être des auteurs de leur travail comme ils sont les auteurs de leur vie, est une approche puissante qui mise sur la motivation intrinsèque plutôt que seulement sur la contrainte ou les paroles sirupeuses des grands cabinets de conseil.

Une approche possible, modeste et parmi d’autres, est de participer à la création de l’histoire en train de se vivre et pas seulement d’en être un figurant. L’idée de réaliser un « webdocumentaire », donnant la parole et le point de vue des acteurs, participe de cette habilitation (empowerment pour nos amis anglophiles) des équipes ou des projets. La participation à un documentaire permet d’agir sur de nombreux leviers qui aident à percevoir les solutions plutôt que de miser sur le seul dépassement des obstacles et des résistances :

  • Expression de visions singulières du réel ;
  • Valorisation des pionniers des transformations ;
  • Mise en visibilité des pratiques, des fiertés;
  • Exemplarité des nouvelles valeurs ajoutée;
  • Création d’un outil pédagogique pour diffuser;
  • Création de traces qui vont circuler dans et hors de l’organisation;
  • Création d’un objet organisationnel : sujet de dialogues voire de disputes professionnelle.

Ces enjeux se dessinent ensemble au fur et à mesure de la conception du webdocumentaire.

Les qualités d’un webdocumentaire outil de change management

Un tel webdocumentaire se situe aux confins de la recherche et de l’expérimentation, du change management, de la mobilisation des équipes et de l’explicitation de ce que chacun est en train de vivre. Plusieurs étayages théoriques justifient une telle démarche.

La théorie ancrée : La création d’un webdocumentaire à visée d’accompagnement de mouvements organisationnels (transformation, changement, transition, métamorphose etc.) s’appuie sur les dire d’acteurs, leurs subjectivités, leur ressentis; c’est en mâchant progressivement le réel en élaborant un synopsis, une histoire qui fait sens, c’est dans les allers et retours entre professionnels engagés et auteurs du webdocumentaire que s’élabore progressivement un « modèle d’action » et la façon de l’implémenter.

Il se construit chemin faisant sans plan préalable et étapes à franchir. En cela, il est proche du vivant qui aspire à réaliser son meilleur potentiel. C’est l’image de la forêt qui pousse sans architecte et dont le système se régule progressivement pour la meilleure coexistence des espèces végétales.

La dimension socioconstructiviste : la réalité est une construction sociale, elle n’est pas le paysage bien organisé d’un seul, mais le partage des cadres de références de chacun. Le webdocumentaire qui se construit par itération entre auteur et participants acteurs opère par friction, régulation entre désir esthétique, volonté de faire passer son message, d’exprimer une singularité. C’est un carrefour où se négocie les sens et le récit commun. Un temps de cristallisation de pratiques et d’élaboration de traces.

La qualité esthétique d’une œuvre : en tant qu’être humain, nous sommes touchés par des esthétiques, des partis pris de beauté qui renvoient et s’ancrent à notre culture, nous lient ainsi avec des collectifs plus grands que nous. La perspective esthétique construit des liens avec la société ou en tout qu’à une partie, à laquelle on a envie de s’attacher ou de ressembler. L’esthétique du documentaire est bien l’affaire de son auteur et sa force est de ressentir ce qui lui est offert dans les paroles, les gestes, les ambiances, les personnages.

La narration et l’expression des récits de vie : cette dimension va chercher dans les tripes des personnages, leur fragilité, leur cohérence intérieure, leur envie d’exister, leur essence profonde.

Quand l’auteur parvient à faire sortir le protagoniste du jeu de rôle de l’armure historico narrative, quand il parvient à percer la carapace, il touche un moment de vérité qui fait bondir le récit visuel de la commande de communication institutionnelle pour tendre vers l’intime. Il exacerbe la puissance des récits de vie (Pineau, Dominicé 2003), pour fédérer un récit collectif. Les émotions sont alors exacerbées la tendresse, les doutes, les peurs sont augmentées. Le récit commun a probablement une fonction thérapeutique.

Les conditions de succès de cet outil de change management

Le portage institutionnel d’un webdocumentaire est un point clé, une grande liberté est concédée à l’auteur, pour qu’il ait le temps d’établir la confiance et la qualité relationnelle indispensable à la  réalisation d’une vision qui s’enracine et qui porte les sens.

Le choix du documentariste : celui-ci/celle-ci n’est pas seulement un preneur d’images, mais surtout un sociologue, une ethnologue, un amoureux de l’humain capable de se mettre à son service pour le comprendre et le sublimer. Il est un chercheur des sens.

Le budget : la question économique est bien sûr présente. Il est possible de créer d’excellent webdocumentaire avec un téléphone portable mais la qualité sans faille de l’image et du son demande un réel investissement dans du matériel de qualité. Les grandes entreprises sont à même de financer, de plus petites organisations ou associations peuvent jouer avec une logique de financement participatif.

Le temps long d’installer une narration : construire des relations de qualité pour que les partenaires du webdocumentaire forment un écosystème d’interactions dont vont émerger de nouvelles réalités, de nouveaux potentiels d’interprétation communs du monde

Le décor : il mobilise le geni loci, c’est-à-dire l’intelligence des lieux et exacerbe la puissance des sentiments et des implicites.

Une aventure, une transformation

Le webdocumentaire participe d’une « métamorphose des organisations de  l’intérieur par le vivant » pour reprendre l’expression du sociologue Alain de Vulpian. Dans cette perspective, il participe d’une recherche action, d’une recherche humaine, d’un outil d’approfondissement au croisement des récits individuels et collectifs. C’est en cela que l’aventure permet d’apprendre ensemble et dans l’action de se dire.

2 exemples  :

- Défi police population - un webdocumentaire pour explorer de nouvelles relations

DEFI POLICE-POPULATION : message in a bottle de Agence Catalpa sur Vimeo.


- Recherche-action Sol France - un webdocumentaire qui aide à établir un chercheur collectif 
https://www.solfrance.org/recherche-action  


Sources

Dominicé, P. (2003). L'histoire de vie comme processus de formation. Editions L'Harmattan.

Dominicé, P. &  Pineau, G. (2017). Chapitre 17. Les histoires de vie en formation. Dans : , P.  Carré & P.  Caspar (Dir), Traité des sciences et des techniques de la Formation: 4ème édition (pp. 347-363). Paris: Dunod. https://www.cairn.info/traite-des-sciences-et-des-techniques-de-la-format--9782100765430-page-347.htm

Jacques Pain – La théorie ancrée
http://www.jacques-pain.fr/jacques-pain/Rech_Methodo_La_theorie_ancree.html

UQAC – socioconstructivisme -  http://www.uqac.ca/pminier/act1/socioco.htm

L’essentiel est invisible pour les yeux
https://nospensees.fr/on-ne-voit-bien-quavec-coeur-lessentiel-invisible-yeux/

Vulbeau, A. (2006). ... en contrepoint - Grands récits et petites histoires. Informations sociales, 135(7), 65-66. 
https://doi.org/10.3917/inso.135.0065

Overblog - Cristol Denis – La métamorphose des organisations de l’intérieur par le vivant
http://4cristol.over-blog.com/article-la-metamorphose-des-organisations-de-l-interieur-par-le-vivant-107310707.html

Caillé, P. (2001). De l’intérêt de pouvoir bien se raconter–L’histoire et le récit de l’histoire dans la relation thérapeutique. Générations24, 56-60.
http://www.spip.systemique.eu/IMG/article_PDF/article_a224.pdf


Mots-clés: Dynamique Du Changement Récits Transformation socioconstructivisme sensible théorie ancrée

Voir plus d'articles de cet auteur

Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !