Articles

Publié le 14 septembre 2021 Mis à jour le 14 septembre 2021

Quand le lieu fait lien

Biomimétisme et lieux pour apprendre

"Apprenez de la nature vous y trouverez votre futur" Léonard de Vinci

Ça communique !

Tout d'abord je voudrais rendre hommage à mon directeur de thèse Bernard Blandin, qui m'a guidé dans l'obtention d'un doctorat. Il était architecte et à ce titre sensible aux espaces, à leur sociologie et aux intrications entre le cerveau et son environnement.

Probablement, qu'inconsciemment, j'ai pris à mon compte une part des questions qu'il se posait sur les interactions humains/milieux. Cette façon dont notre milieu se compose et nous compose forme une énigme passionnante qui combine un ensemble de conditions physiques, psychologiques, symboliques, sociologiques, phénoménologiques, etc. L'humain et son milieu sont à la fois matrice et processus l'un de l'autre. Matrice, car il y a émergence mutuelle et processus car les trajectoires conjointes sont visibles par des états repérables, opérant constamment en miroir.

Dans le monde vivant, la coopération, par les gains d’efficacité qu’elle permet, est à l’origine de toutes les grandes transitions de l’histoire de la vie. Plusieurs principes du vivant sont à garder en tête pour créer les meilleurs lieux d'apprentissage possibles.

Tout d'abord, ce qui est vivant c'est ce qui bouge, l'inerte reste immobile, c'est le monde lent des roches. Le mouvement ne s’y voit qu'à l'échelle de millénaires. Le vivant est marqué par un cycle comprenant une naissance, un développement, une mort autorisant par sa venue la recomposition des matériaux organiques dans un nouveau cycle. Le vivant est aussi composé d'échanges organiques entre un corps et son milieu. Les formes du vivant sont marquées par leur relation à l'eau, l'un de ses constituants les plus fondamentaux.

La définition du vivant sur le plan biologique est basée sur 2 critères essentiels ; est vivant tout ce qui peut se constituer en construisant sa propre matière vivante et qui est capable de se reproduire; la vie se transmet. 

Une pédagogie vivifiante pourrait suivre ces 7 principes

  1. la facilité et l'économie d'énergie et de mouvement
  2. l'adaptation dans le temps par sélection naturelle
  3. le recyclage des matériaux organiques
  4. l'imbrication écosystémique, la vie est entourée de vie et crée la vie
  5. l'économie d'énergie pour l'atteinte d'un résultat
  6. la résilience du vivant est la capacité de reprise de cycle à partir d'épisodes bouleversant les équilibres
  7. la fécondité c'est quand deux êtres vivants donnent naissance à un être fécond

Observons la nature, que nous dit-elle des lieux pour apprendre ?

Les centres de formation et écoles actuelles commencent à peine à tirer profit de l'observation de la nature pour comprendre l'effet des lieux sur l'apprentissage. Sur l'idée que "Le lieu fait lien" (Giorgini, le crépuscule des lieux)  il est intéressant de voir comment chaque espèce crée ses liens à partir de ses lieux de vie et d'apprentissage. Il est probable que le milieu de vie détermine nos façons de penser de nous associer aux autres et de faire groupe, de ressentir le monde et de se mettre en alliance avec lui et enfin de construire du futur.

Chaque espèce apprend qui elle est selon son milieu

  • La toile d'araignée tissée en retrait des plus fortes agitations permet de sentir les vibrations. Ce sont les variations de pressions et de mouvements sur les fils qui indiquent ce qui se passe, feuille portée par le vent ou proie. 

  • La ruche renvoie à l'organisation fonctionnelle des espaces, à l'optimisation des alvéoles dont chaque abeille connaît la fonction.

  • La termitière est un édifice collectif. Si aucun termite n'a la vision d'ensemble du lieu, la construction collective opère par répétition côte à côte d'un même geste. L'émulation est portée à son comble.

  • Le nid des oiseaux est un habitat transitoire qui offre protection a la couvée et piste d’envol pour une prise de risque.

  • La barrière de corail est multifonction, pour une multitude d'espèces elle assure protection, habitat et nourriture.

  • Le lit de la rivière dans lequel frayent les poissons est circulation d'énergie. L'apprentissage est tout en flux. Aucun moment d'arrêt; chaque instant est une dérive potentielle contenu par la limite des berges et des trous d’eau.

  • La fourmilière est un immense carrefour où se croisent les chemins et les intentions d'une variété d’ouvrières.

Ces rencontres participent du processus de sérendipité ou de nouvelles intentions et possibilités naissent par renforcement mutuel. Les prés et pâturages et plus généralement les lieux ouverts sont de grands espaces au sein desquels les mouvements et explorations prédominent. S'ils sont clos, ils produisent l'esprit grégaire du mouton, s'ils sont ouverts ils apprennent le vagabondage du loup.

  • La paroi rocheuse est difficile d'accès, elle nécessite des qualités spécifiques de locomotion tout en permettant une vision lointaine, une ouverture sur des paysages à explorer.

  • Le terrier offre à un groupe proche confort et sentiment de protection. C'est un lieu cocon réservé aux intimes. La présence physique y est vécue au maximum.

L'architecture organique 

Imaginons désormais la manière dont les lieux d'apprentissages peuvent être vivants. L'art nouveau avait exploré les formes du vivant et les avait captés sous la forme de sculptures ou de motifs décoratifs (cf. les réalisations d'Antoni Gaudi ). Même si,  le vivant organique était sublimé dans un style, il restait figé dans des stucs ou des fers forgés. Imitation immobile du vivant.

L'architecture organique dépasse l'idée d'addition mécanique d'éléments pour s'intéresser au vivant. L'idée sous-jacente est que "la forme suit la fonction". Dans un premier temps il s'est agi de se fondre dans la nature, comme "La maison sur la cascade" de Wright et puis d'en épouser les matériaux et les textures pour s'y confondre. 

Aujourd’hui, les architectes végétalisent des façades pour laisser une place aux insectes et à la fraîcheur dans nos villes surchauffées. Ils créent des toits en verdure réagissant aux saisons. Ils proposent des constructions en tours pour optimiser les espaces et les circulations. Des ingénieurs imaginent même des serres en circuit fermé ou des réactions organiques pour nourrir l'habitat humain de nouvelles fonctions. Des projets encore plus décalés imaginent faire pousser une architecture vivante en utilisant les propriétés des végétaux. 

Mais si nous revenons à l'observation des lieux où les différentes espèces du vivant apprennent, il est possible de relever des indices d'augmentation du potentiel du vivant pour nous apprendre. La vibration, le flux, l'organisation, l'ouverture ou la fermeture, l'empan visuel, la rencontre, la multifonctionnalité et la protection, le lieu à partir duquel faire une prise de risque. Si nous enrichissions un peu les espaces d'apprentissage de perspectives organiques, nous développerions probablement plus de capacité pour apprendre.

Les dessins de ces enfants de 3eme sur l'idée de dessiner une école en croisant au moins deux coquillages est un bel exemple d'inventivité. D'ailleurs les promoteurs de projets prennent de plus en plus souvent la peine d'interroger les parties prenantes. Le résultat est le suivant :

  • De l'esthétique, de la couleur et une intégration architecturale en symbiose avec le site
  • Des salles immersives, intégrant des nouvelles technologies, des câbles des écrans intégrés et du wifi
  • Des espaces ouverts sur le monde et des lieux de passage ou se rencontrer
  • De la modularité (des mobiliers, des cloisons et des salles), des alcôves pour se retrouver en travail d’équipe
  • Des murs inscriptibles 

Tous cela pourrait bien ouvrir nos esprits et nous changer des boites à œufs dans lesquelles nous étions jusqu’alors entassés par groupe de 30 et plus.

Sources

France culture https://www.franceculture.fr/sciences/leonard-de-vinci-et-linvention-du-biomimetisme 

Thot cursus - Biomimétisme de l'architecture à la pédagogie  https://cursus.edu/11790/le-biomimetisme-de-larchitecture-a-la-pedagogie 

Tête à modeler. Définition du vivant https://www.teteamodeler.com/ecologie/biologie/vivant/definition-vivant.asp 

Architecturama Architecture vivante qui pousse  https://architecturama.ca/architecture-vivante-qui-pousse 

Détails d'architecture  https://www.detailsdarchitecture 

Supagro https://www.supagro.fr/ress-pepites/Opale/ProcessusEcologiques/co/Co_Impacts.html 

Collège Simone Lagrange. Architecture organique  https://college-simone-lagrange.etab.ac-lyon.fr/spip/spip.php?article241 

Architecture organique - https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_sur_la_cascade

La gazette des communes. Les pratiques pédagogiques évoluent, l'architecture scolaire aussi. https://www.lagazettedescommunes.com/626747/les-pratiques-pedagogiques-evoluent-larchitecture-scolaire-aussi/ 

Archibat. Des espaces éducatifs innovants pour le retour à l'école https://archibat.com/blog/des-espaces-educatifs-innovants-pour-le-retour-a-lecole/


Mots-clés: école Habitat biomimétisme Architecture vivant architecture organique

Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Organisation personnelle


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !