Actualités

Publié le 14 décembre 2012 Mis à jour le 24 octobre 2020

Comment une découverte archéologique fait croire à la fin du monde

Un spécialiste de théologie et de sciences religieuses répond à quelques questions sur cette supposée fin du monde.

Date: 14 décembre 2012 au 01 janvier 2017

Il paraît que c’est la fin du monde dans quelques jours... Du moins d’après le calendrier Maya. L’Université Laval a posé ses questions à Robert Mager, professeur à la Faculté de théologie et des sciences religieuses, pour mieux comprendre ces croyances. Histoire de mourir moins bêtes...

Si un extra-terrestre découvrait un calendrier terrien ces jours-ci, il verrait qu’aucune date ne figure après le 31 décembre. Aux yeux de Robert Mager, professeur à la Faculté de théologie et des sciences religieuses, cette situation ressemble beaucoup à celle du calendrier maya qui se termine le 21 décembre 2012. Voici comment une découverte archéologique a canalisé la crainte ancestrale de la fin du monde.

L’Université Laval : Quels sont les éléments communs aux différents épisodes de fin du monde qui traversent l’histoire?

Robert Mager : Il s’agit d’un mélange de plusieurs choses. D’abord, une angoisse profonde par rapport à l’évolution du monde présent, mais aussi le désir de savoir ce qui va se passer, auquel s’ajoute un imaginaire de fin des temps très profondément ancré dans notre civilisation judéo-chrétienne. Cela s’amorce dans les derniers livres de l’Ancien Testament, ceux de Daniel et des Macchabées.

À cette époque, deux siècles avant Jésus-Christ environ, les Juifs subissent d’intenses persécutions. Dans ce monde qui va mal, ils nourrissent l’espoir qu’une intervention divine va renverser l’ordre du monde et rétablir la justice. Pendant environ trois siècles, la littérature apocalyptique foisonne et décrit de toutes sortes de façons ce que serait cette intervention divine. Cela prend parfois des tournures dramatiques, dont le plus bel exemple est le livre de l’Apocalypse. Le thème de la restauration de la justice domine dans la description de la fin du monde qui ouvre sur un monde nouveau.

Cet imaginaire se développe au fil de l’histoire pour être utilisé à de nombreuses fins, notamment pour essayer de prédire quand la dernière heure pourrait se produire. Le passage de l’an 1000, au Moyen-âge, a constitué un moment fort. Plus tard, la littérature ésotérique comme Nostradamus reprend ce thème, car elle est toujours à la recherche d’une vérité enfouie, secrète, détenue par des peuples anciens.

Pour lire la suite de l’entrevue


Crédit photo : archer10 (Dennis) via photopin cc

En savoir plus sur cette actualité

Visiter ulaval.ca


Mots-clés:

Voir plus de nouvelles de cette institution
Université Laval

2325, rue de l’Université
Québec, Qc - G1V 0A6
Canada

Tél.: 418 656-2764

1 877 606-5566

[email protected]

Contacter

Voir le profil

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !