Annonces

Entretiens Yves Coppens Michel Serres - «Révolution sur la mémoire»

le 15 septembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 22 septembre 2009

Chacun a sa mémoire ; certains se vantent même d’en avoir plus que d’autres. Voilà une faculté individuelle, de son propre cerveau et de ses connaissances.

Culture, nation, village même… toute collectivité cultive la sienne. Alors, plus longue, elle porte le nom d’histoire.
Or, presque ensemble, les sciences exactes : astronomie, physique, chimie, biologie… découvrent soudain que les objets de l'univers et de la vie : galaxies, étoiles, planètes, continents, montagnes, océans, cristaux, espèces, tissus, cellules, molécules… peuvent être datés ; le monde, la Terre et les organismes gardent la trace de leur origine et des moments de leur évolution. Toutes les choses quelconques deviennent alors des « lieux de mémoire ».

Deux exemples parmi cent : la découverte du rayonnement cosmologique donne à l’univers quinze milliards d’années ; la datation des fossiles permet de raconter la grande geste d’homo sapiens.

Jusqu’à récemment, une femme ou un homme cultivés avaient un horizon de quelques millénaires ; ils l’élargissent aujourd’hui sur des millions d’années.

C’est ce bouleversement dans nos connaissances et notre culture – plus quelques autres, attachés aux nouvelles technologies - que la rencontre du mois de Novembre se propose de décrire, de rendre accessible et de méditer.

Michel Serres

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné