Annonces

Banque de tests de positionnement, pouvoir anticiper, avec Unisciel

Unisciel se mobilise pour aider à lutter contre l'échec à la transition lycée-université

le 23 octobre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 24 octobre 2012

Unisciel - Université des sciences en ligne

Contexte du projet :

Dans le cadre du plan « Réussite en Licence », de nombreux établissements ont mis en place des accompagnements pour les étudiants en difficulté, faisant appel pour certains à un soutien et du tutorat basés sur des ressources numériques.  Détecter les difficultés des apprenants avant leur échec au premier semestre constitue un enjeu majeur dans la réussite de ces étudiants.

Les enseignants et services concernés se doivent, pour proposer un appui adapté, de connaître le niveau des étudiants à leur arrivée à l’Université. Le projet de banque de test de positionnement en sciences, porté par Unisciel, s’inscrit dans cette démarche mais aussi dans une anticipation et une sensibilisation à la réforme des programmes du lycée. Il s’agit de proposer des questions sur les pré-requis pour suivre un cursus universitaire ce qui est l’équivalent de vérifier les acquis du lycée.

Chaque université étant en droit de décliner ses semestres en fonction de sa politique propre et même si les contenus restent assez similaires, il n’existe pas de référentiel commun. Le seul référentiel sur lequel peuvent se baser les tests de positionnement est celui du baccalauréat. Les primo-entrants des universités scientifiques étant généralement issus de la filière S (les autres filières donnant lieu à des remises à niveau dédiées), Unisciel a choisi d’intégrer un référentiel basé sur les programmes de la filière S  et plus précisément des nouveaux programmes du lycée, les étudiants ayant reçu un enseignement à partir de ces programmes entreront à l’université à la prochaine rentrée.

Mise en œuvre du projet 

Référentiel de classement des questions 

Un référentiel pour classer les questions a été fait à partir des nouveaux programmes du lycée. Les notions des programmes ont été regroupées par disciplines, cinq référentiels ont été constitués par discipline universitaire (physique, chimie, mathématiques, sciences de la vie et sciences de la terre et de l’univers). Ces classements ont été validés par des enseignants du secondaire connaissant les programmes en question, afin de s'assurer que le vocabulaire sera bien compris par les étudiants.

Voici les cartes heuristiques présentant les référentiels:

 

Implémentation technique

Les enquêtes menées auprès des établissements adhérents montrent que la chaîne éditoriale principalement employée au sein des cellules de médiatisation est Opale et que Moodle reste la plateforme la plus utilisée. Par conséquent Unisciel a décidé de privilégier ces deux modalités pour la soumission des questions et de proposer une plateforme Moodle dédiée à cette banque de tests ; ce qui offre aussi un autre avantage, qui est de bénéficier des retours des expériences menées localement dans divers établissements adhérents sur cette plateforme.

Typologie des questions

Afin de faciliter les échanges, la mise en place dès la rentrée prochaine mais aussi de prévoir la massification, il a été choisi dans un premier temps d’intégrer à la banque uniquement des QCM. Un export direct depuis Opale vers Moodle a été développé spécifiquement. Les autres typologies d’exercices qui sont souvent employées, ne sont pour l’instant pas concernées mais trouveront leur place dans les banques locales. Unisciel prévoit d’aider les équipes qui le souhaitent pour l’écriture des QCM en fonction de la didactique des disciplines scientifiques concernées. 

Les établissements partenaires et la mise en œuvre

Depuis 2009, Unisciel donne à son appel à projet une orientation forte vers la lutte contre l’échec en licence et notamment avec la constitution de tests de rentrée. Plusieurs projets de création de tests de positionnement soutenus par Unisciel ont été menés à terme en physique (Université Lille1, Université d' Angers, UTT, UTC), en biologie (Universités Lille1 et du Maine), en chimie (Université de Lille 1, Université de Nice, Université d' Angers, UTT, UTC) et en mathématique (UTT, UTC, Université de Strasbourg, Université d' Angers).  Afin de de s’assurer que le niveau et le vocabulaire des tests sont bien adaptés aux étudiants entrants à l'université, la plupart des équipes projets ont travaillé avec des enseignants de 1ère et terminale au minimum pour une relecture des questions. Un guide d’harmonisation de la rédaction des questions  a été envoyé aux auteurs ; son objectif étant de faciliter l‘appropriation des questions par des enseignants qui n’en sont pas les auteurs.

Une première version expérimentale des tests de positionnement a été menée à la rentrée 2012 pour peaufiner et valider le dispositif. Le véritable déploiement aura lieu en septembre 2013, date à laquelle les étudiants ayant suivi le nouveau programme de lycée entreront à l’université, ce qui demandera forcément des ajustements aux enseignants. Pour accompagner les établissements dans cette action, nous avons construit un inventaire des étapes à suivre (check-list) pédagogiques, organisationnelles et techniques ainsi qu’une liste de taches associées pour aider à la mise en place de test de rentrée. Ce travail a été mené en capitalisant les expériences des différents membres sur la logistique inhérente à l’organisation des tests. Une mise en relation des partenaires a été réalisée afin de partager les expériences.

A la rentrée 2012, sept établissements partenaires de ce projet ont élaboré des expérimentations diverses selon leur contexte.

A l'université de Lille1, des tests de rentrée ont lieu depuis plusieurs années en chimie. Cette année les tests se sont déroulés selon les mêmes modalités que les années précédentes (voir :http://www.unisciel.fr/qcm-chimie-entree-universite-lille1/ ). En physique, les tests ont été mis en place pour la première année, ils sont organisés de manière thématique en optique et mécanique. Il a été décidé pour alléger le dispositif de laisser les étudiants passer le tests en autonomie lors des premières semaines de la rentrée, pour le moment les résultats sont positifs pour les étudiants qui ont la possibilité de connaître leur points faibles. En sciences de la vie, le projet n'a pas pu avancer autant que dans les autres disciplines, il ne pourra être proposé aux étudiants pour tests qu'à la fin du semestre.

A l'UTT, les tests de rentrée ont été mis en place en maths, physique et chimie pour la seconde année. Selon les premiers éléments, tout s'est bien déroulé dans cette organisation qui a pu être améliorée grâce à l'expérience de l'année passée. Leur retour d'expérimentation est accessible et sera mis à jour d'ici la fin du semestre avec les données de 2012 : http://www.unisciel.fr/qcm-test-positionnement-entree-universite-utt/

A l'université de Strasbourg en licence de mathématique-informatique des tests de rentrée sont proposés depuis plusieurs années, une partie de ces tests a été médiatisée sous moodle dans le cadre du projet Unisciel. Actuellement, ils ne sont pas proposés sous forme numérique aux étudiants de licence mais sur papier en amphi et une « machine » est utilisée pour la correction.  Le but est de détecter les étudiants qui, par manque de pré-requis ou à cause d'un niveau insuffisant en mathématiques, auront de trop grandes difficultés à suivre le cursus normal du premier semestre de cette licence. A l'issu du questionnaire, les enseignants proposent aux étudiants ayant un résultat inférieur à 07/20 de suivre un semestre de remise à niveau en mathématiques à la place du premier semestre pour n'entamer celui-ci qu'en janvier (tous les semestres sont répétés à l'automne et au printemps). Seule la partie du programme de terminale qui paraît pertinente pour ce semestre est testée sans être ciblée sur les seules connaissances. Par exemple, il n'y a pas de questions sur les probabilités mais les étudiants sont interrogés sur des questions transversales: des questions de logique, des exercices de manipulation algébrique ou encore des questions de modélisation de problème.

A l'université d'Angers, les tests ont été mis en œuvre pour la première année en mathématiques, physique et chimie. Les questions déjà publiées dans le cadre du projet Unisciel ont été récupérées pour ce test en physique et chimie, et en mathématique des questions ont été créées. L'équipe a connu un problème technique important qui a obligé à différer le passage des tests et à proposer aux étudiants de les passer en autonomie sur la plateforme.

A l'UTC, des tests de rentrée ont été organisés pour la première année en maths, physique et chimie pour les 170 étudiants primo-entrants. Le retour d'expérience et le partage de contenu avec l'UTT a été précieux pour ces établissements aux nombreux points communs.  En chimie les 20 questions ont été reprises du projet de l'UTT. En physique toutes les questions (16) posées lors des tests ont été créées pour l'occasion par les enseignants. En maths, sur 34 questions, 14 ont été crées à l'UTC et 20 par l'UTT soit 59%UTT et 41%UTC. Les tests se sont déroulés sous moodle sans problème organisationnel ou technique.

A l'université de Nice, des tests ont été mis en place sur une centaine de question en chimie. Les tests ont été passés par groupe d'une trentaine d'étudiants sur le moodle d'Unisciel mis à disposition pour l'occasion. L'équipe enseignante n'a pas encore résolu toutes les questions liés au groupes de niveau à constituer suite au résultat des tests.

A l'université du Mans, un projet a été élaboré en biologie cellulaire et végétale avec la rédaction de soixante questions. Les difficultés sont nombreuses pour organiser le passage des tests de rentrée en L1, notamment pour des questions pratiques de nombre de salles informatiques. Comme pour certains autres projets, les enseignants ont choisi de cibler quelques points du programme de manière exhaustive plutôt que de couvrir l’ensemble de celui-ci. Cependant des tests ont pu être faits avec un petit échantillon d'étudiants de L2, qui ont trouvé  le test assez difficile, ce qui s'explique par le fait que les questions portent sur le nouveau programme de lycée qu'ils n'ont eux-mêmes pas suivi. En effet, ils ont estimé que le niveau du test était plutôt un niveau de L1 qu’un niveau Bac et affirment ne pas avoir couvert certains points en L1. Ils ont étayé cet argument en précisant que le test portait essentiellement sur la culture générale, alors qu'au lycée, l'accent était mis davantage sur la méthode. Le point fort de ce test souligné par les étudiants, est la qualité des feedbacks. En effet, ils ont affirmé que la correction leur apportait les explications nécessaires pour combler leurs points de difficulté et qu’elle leur permettait de revoir des points oubliés.

Un appel d’offre ouvert

Afin de permettre à tous les établissements qui le souhaitent de participer à ce projet, le bureau d’Unisciel a décidé de laisser l’appel d’offre ouvert toute l’année pour son volet: Banque de tests de positionnement.

Les réponses à l’appel à projets sur ce sujet peuvent bien sûr porter sur la rédaction de questions et de leurs réponses mais aussi sur l’utilisation de la banque de positionnement. L’objectif d’Unisciel étant  que les enseignants s’approprient les questionnaires de la banque de tests.

Pour toute question sur la banque de tests de positionnement, contactez Marie Peterlongo, responsable du suivi de ce projet : [email protected]

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné