Annonces

L'argent, la meilleure motivation en entreprise ?

Une étude établirait que le moins bon moyen de motiver des employés serait l’argent.

le 02 novembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 05 novembre 2012

UQAM - Université du Québec à Montréal

405, rue Sainte-Catherine Est
Case postale 8888, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada
H2L 2C4

Tél.: 514 987 3000

Offrir des primes, voilà qui est monnaie courante dans toutes les entreprises pour stimuler la productivité de ses employés. Et pourtant, d’après le professeur Jacques Forest du Département d’organisation et ressources humaines, de l’UQAM, l’argent serait le moyen le moins efficace de motiver des employés. Dans un article publié dans le journal de l’UQAM, le professeur détaille sa théorie.

Les études sur la motivation démontrent que l’être humain est d’abord motivé à accomplir une tâche ou à pratiquer un sport s’il éprouve du plaisir et de l’intérêt à le faire, ou bien s’il a la vocation. C’est la même chose qui poussera une personne à faire son travail,
même si cela n’est pas nécessairement agréable, comme donner le bain à une personne très malade par exemple. «Pourquoi l’être humain serait-il tout à coup différent dans son milieu de travail ? demande Jacques Forest. Ce n’est pas vrai qu’il travaille seulement pour l’argent ou pour atteindre un objectif bien précis comme devenir le meilleur vendeur dans son département. Oui, il peut travailler pour de telles raisons, mais l’argent et l’égo n’expliquent pas tout.»

Logique, les employés qui accomplissent leur travail avec plaisir auront tendance à être plus efficace. À noter toutefois que le salaire a une importance non négligeable pour un employé ; s’il n’est pas suffisant, le niveau de vie de l’employé sera trop bas pour que celui-ci puisse apprécier pleinement son activité. L’article explique également que les primes peuvent avoir un effet pervers et entraîner un esprit de compétition néfaste à la bonne entente entre collègues. Mr Forest déclare à ce propos : «Plus les disparités de revenus sont grandes, plus la performance
diminue. Ceux qui ne reçoivent pas de primes seront portés à croire qu’il est justifié que les employés récompensés restent après les heures de bureau ou aient plus de tâches à accomplir en un même laps de temps.»

Pour lire tout l’article.

Crédit photo : EricGjerde via photopin cc

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné