Annonces

Lire l'avenir dans les plantes

La présence de certains végétaux est un indicateur précoce du succès de la restauration d'une tourbière.

le 24 juillet 2013

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Une tourbière dont on a extrait la tourbe a besoin d'un coup de pouce pour retrouver ses allures d'antan. Et encore là, la patience est de mise. Il peut s'écouler plus d'une décennie avant que le couvert de sphaignes reprenne ses droits sur un site exploité.

Il y aurait toutefois moyen d'être fixé plus rapidement sur le succès d'une opération de restauration, et de corriger le tir au besoin, en examinant les plantes qui se trouvent sur le site dès la troisième année qui suit les travaux.

C'est ce que démontrent des chercheurs du Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET) et du Centre d'études nordiques dans un récent numéro de la revue Ecological Indicators.

 

Lire la suite

 

Crédit photo : amenic181 / Shutterstock.com

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné