Annonces

Un nouveau tour de passe-passe du VIH ?

Une équipe de chercheurs de l’Université Laval aurait découvert comme le virus du sida contournerait le mécanisme de défense cellulaire de son hôte.

le 22 septembre 2013

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Le virus du sida (VIH) est un petit futé. Il utiliserait la machinerie cellulaire pour fabriquer des molécules empêchant les cellules infectées de se faire hara-kiri. Ce faisant, il achèterait du temps pour boucler son cycle de réplication. Voilà ce que suggère une étude que des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université Laval et du Beckman Research Institute de Californie publient dans un récent numéro de la revue scientifique Retrovirology.

Les molécules en question sont des microARN. «Il s'agit de courts segments d'ARN qui interfèrent avec la synthèse protéique en bloquant la traduction des ARN messagers, explique l'un des auteurs de l'étude, Patrick Provost. Dans le cas du VIH, les microARN viraux seraient fabriqués par les mêmes enzymes qui produisent les microARN de leur hôte.» Les travaux qu'il vient de publier avec son équipe montrent que les microARN du VIH modulent la synthèse de quatre protéines qui jouent un rôle dans l'apoptose et dans la survie de la cellule.

 

Pour en savoir plus

 

Crédit photo : C. Goldsmith/CDC pour l’Université Laval

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné