Annonces

Comment définir la fin de vie?

Un débat sur l’aide médicale à mourir s’est tenu à la Faculté de médecine de l’Université Laval

le 20 octobre 2013

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Le 15 octobre dernier, l’Université Laval accueillait un débat sur l’aide médicale à mourir, à quelques jours du projet de loi en commission parlementaire au Canada.

Un patient qui refuse les traitements et subit des souffrances intolérables peut-il recevoir une aide à mourir? Qui doit administrer ce soin? Faut-il d’ailleurs qualifier ainsi un geste qui va conduire à la mort du malade? Voilà quelques-unes des questions délicates soulevées mardi soir, 15 octobre, lors de la conférence-débat organisée sur le projet de loi 52 à laquelle assistaient près de 175 personnes. Sur l’invitation de la Faculté de médecine de l’Université Laval, un juriste, un éthicien et des médecins ont débattu de la législation sur les soins de vie et l’aide médicale à mourir sur laquelle les députés doivent se prononcer dans quelques jours.

Discuté en Commission parlementaire cet automne, ce projet de loi «bien rédigé» selon Jean-Louis Baudouin, juge à la retraite de la Cour d’appel du Québec, permet pour la première fois aux médecins de mettre fin aux souffrances physiques ou psychiques intolérables de patients au bout de leur vie, s’ils sont majeurs et aptes à prendre des décisions les concernant. Selon le juriste, les thérapeutes ne pourraient pas être accusés de meurtre selon le Code criminel fédéral, car le directeur des poursuites criminelles du Québec ne porterait pas d’accusation si les termes de la loi sont respectés.

Lire la suite

 
 
Crédit photo : Tim_Booth / Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné