Annonces

Chronique : “Le déclin de la revue scientifique”

André Desrochers, professeur à l’Université Laval, tient une chronique sur les difficultés rencontrées par la presse scientifique.

le 27 novembre 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 28 novembre 2013

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

André Desrochers est professeur au Département des sciences du bois et de la forêt, à l'Université Laval. Il est donc aux premières loges pour assister au spectacle du déclin du monde de l’imprimé au profit de l’écran. Dans cette chronique, il dresse un portrait du déclin de la presse scientifique.

 

“Une question de capital

Le livre, le journal et le magazine sont là pour rester, probablement. N’empêche que leur part de marché est en déclin par rapport à leurs analogues électroniques. Question de génération. Vivant dans un quartier que les retraités habitent en grand nombre, je vois encore de nombreux journaux sur le pas des portes chaque matin. Mais ailleurs, le papier se fait de plus en plus rare: je vois bien plus d’appareils de lecture électroniques que de livres, de magazines et de journaux quand je me déplace en autobus. Je passe aussi quotidiennement devant un édifice qui abritait jusqu’à tout récemment un club vidéo, et j’écoute ma musique, comme presque tout le monde maintenant, sur un iPod.”

 

Lire la suite

 



Crédit photo : Miroslaw Dziadkowiec / Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné