Annonces

Comprendre l’ironie lorsque l’on souffre de troubles cognitifs

Une équipe de chercheurs de l’Université Laval a découvert que les personnes âgées atteintes d'un trouble cognitif léger peinent à comprendre l'ironie.

le 26 janvier 2014

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Annie vient de remporter le 10 km de l'Université Laval. Son copain l'attend à la ligne d'arrivée et lui lance: «On ne peut pas dire que tu es complètement dépourvue de talent». Que voulait-il réellement dire? Voilà le type de questions qui a permis à Geneviève Gaudreau, étudiante au doctorat en psychologie, et aux professeurs Laura Monetta et Joël Macoir, du Département de réadaptation, Robert Jr Laforce et Stéphane Poulin, de la Faculté de médecine, et Carol Hudon, de l'École de psychologie, de conclure que les individus avec un déclin léger de la cognition ont de la difficulté à saisir l'ironie.

Les chercheurs arrivent à ce constat après avoir étudié 60 patients, dont la moitié souffrait d'un trouble cognitif léger. Ces sujets devaient distinguer les énoncés ironiques des énoncés mensongers contenus dans de courtes mises en situation. Les résultats, publiés dans un récent numéro de la revue Neuropsychology, indiquent que la compréhension des messages ironiques est deux fois moins bonne chez les sujets avec déficit cognitif que chez les sujets normaux.

 

Lire la suite



Crédit photo : Slawomir Kruz / Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné