Annonces

Découvrir l'environnement grâce au programme de volontariat Katimavik

L'Université Laval présente le projet Katimavik, qui permet aux étudiants de découvrir l'environnement sur la base du volontariat.

le 21 février 2014

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Eh oui, Katimavik existe toujours, malgré les coupes fédérales de 2012 qui a mis fin au volet pancanadien du programme qui avait vu le jour en 1977. Depuis 2008, le Secrétariat à la jeunesse du Québec finance le volet environnemental de Katimavik, appelé Éco-stage, un programme d'employabilité qui s'adresse aux jeunes de 18 à 35 ans et qui a cours dans trois régions du Québec: Québec, Montréal et Bas-Saint-Laurent. Cet été, Éco-stage s'ouvre à une quatrième région: les Cantons-de-l'Est.

Ce programme, qui permet à des jeunes de vivre une expérience de travail en environnement, se divise en deux volets. Le premier consiste à travailler à temps plein dans un organisme sans but lucratif à mission environnementale et sociale. Le deuxième volet vise à bâtir un projet collectif dans la communauté avec l'aide des autres écostagiaires de la région. 

Jusqu'ici, plusieurs étudiants de l'Université Laval ont pu profiter de l'expérience. Parmi eux, Anne Beaudoin est diplômée de la maîtrise en sciences géographiques. Faisant partie de la cohorte de l'automne dernier, elle a réalisé son stage à l'Association pour la protection de l'environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (L'APEL). Son mandat comprenait le suivi de la qualité de l'eau et des cyanobactéries, ainsi que la rédaction de rapports scientifiques et de diagnoses pour le lac Saint-Charles. Pour elle, il n'y a pas de doute: Éco-stage lui a permis de vivre une expérience concrète sur le marché du travail et d'acquérir de nouvelles connaissances qui complètent bien sa formation universitaire. «Selon les domaines, il peut y avoir une grande marge entre la formation universitaire et le marché du travail. Éco-stage permet de faciliter la transition entre ces deux mondes» précise-t-elle.


Lire la suite de la chronique


Crédit photo : ©DR - L'équipe d'éco-stagiaires de Montréal durant leur projet collectif qui consistait à faire une corvée de nettoyage sur le canal de Lachine.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné