Annonces

Rapport sur les préoccupations environnementales dans l'enseignement supérieur : « C moins » ?

Mobiliser l’enseignement supérieur pour le climat. Former les étudiants pour décarboner la société.

le 08 avril 2019

UVED - Université Virtuelle Environnement et Développement Durable

ENS de Lyon - Site Jacques Monod
46, Allée d'Italie
69364 LYON Cedex 07
France

Tél: 33(0)4 26 23 39 42

Le rapport «Mobiliser l’enseignement supérieur pour le climat. Former les étudiants pour décarboner la société.», produit par «The shift project», présente un constat clair : les institutions peinent à répondre aux préoccupations des étudiants et de la société quant aux changements clinatiques.

« L'enseignement supérieur doit préparer tous les étudiants aux enjeux climat-énergie. Seule une nation informée et formée peut réussir à atténuer l'impact du changement climatique, et préparer la France aux bouleversements énergétiques à venir.

Décarboner l'économie requiert des compétences dans tous les secteurs et pour tous les métiers. Pour commencer, la compréhension des faits est vitale.

La demande est forte chez les étudiants et lycéens. Leur mobilisation, massive et inédite, appelle à une
réponse académique profonde.

L'offre est largement insuffisante, avec seulement 11 % des formations qui abordent actuellement les enjeux climat-énergie de manière obligatoire. Le nombre de cours par formation, ainsi que leur contenu, sont fortement hétérogènes.

C'est ce que montre notre analyse inédite des formations de 34 établissements du supérieur. Cette offre est par ailleurs principalement réservée aux futurs ingénieurs et aux étudiants de certains établissements pionniers. Elle doit pourtant concerner tous les étudiants dans tous les établissements et, bien que de manière différenciée, dans toutes les disciplines.

De plus en plus d'enseignants et dirigeants d'établissements s'emparent des enjeux climat-énergie, mais sont encore trop peu nombreux et se sentent souvent bien seuls : face à l'ampleur et à la difficulté de la tâche, face au manque de soutien et de valorisation de leurs actions, face à la lenteur du changement et au manque de portage politique du sujet.

À l'issue de plus de 140 entretiens, nous pouvons témoigner qu'une préoccupation intense existe dans la communauté du supérieur : les manifestations de ces dernières semaines ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Il appartient aux acteurs, dirigeants d'établissements en tête, de transformer le frémissement actuel en mobilisation générale et durable de tout le supérieur, car c'est bien là un défi à long terme que de former des générations d'étudiants.

Il est urgent d'agir. Nombre de directions et d'enseignants en ont déjà l'envie et y voient un intérêt stratégique – pas encore tous. Le supérieur est capable d'agir à la bonne échelle, à condition de bénéficier des impulsions nécessaires, y compris de la part de l'État. Telle est la principale conclusion de l'étude du think tank The Shift Project : sommes-nous prêts ? »

Le rapport compte une centaine de pages et plusieurs tableaux intéressants. Il fait un constat peu complaisant sur la différence généralisée entre les souhaits et les pratiques environnementales, pas seulement au niveau des institutions.

Télécharger le rapport : Mobiliser l’enseignement supérieur pour le climat  .pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné