Articles

Cameroun : l’Université consolide le télé-enseignement

Par Louis-Martin Essono , le 12 juin 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Il peut paraître paradoxal qu’un pays comme le Cameroun, où le réseau électrique et téléphonique n’atteint pas les zones profondes du territoire, s’engage résolument dans les nouvelles technologies et la formation à distance. La logique, bien articulée, consiste cependant à restreindre pour le moment cette option sur les universités d’État dont plusieurs représentants ont tenu, le mois dernier, à signifier la nécessité d’adopter la formation à distance comme mode privilégié d’enseignement et l’utilisation des technologies d’information et de communication dans ce mode d’enseignement.

En fait, expliquent les organisateurs de l’ Ecole Polytrechnique , avec l’expansion de ces technologies, le télé-enseignement s’impose aujourd’hui comme une alternative viable et efficace. Les techniques se décuplent autour des modèles d’enseignement et les possibilités de l’Internet lui confèrent des capacités inégalées pour l’enseignement à distance à l’exemple des CDROM, des DVDROM, des livres électroniques, de générateurs de tests, et des autres services que permet l’Internet.

Objectifs et étendue du séminaire

La tenue du séminaire de Yaoundé, qui s’est déroulé au sein de l’ Université de Yaoundé 1, visait à répondre au souci actuel de la redéfinition de l’école par rapport aux nouvelles données dont les exigences se reflètent sur l’enseignant et sur son comportement face aux nécessités de la nouvelle société de l’information et de la communication. C’est pourquoi le séminaire a insisté sur le rôle des TIC dans la formation, mais surtout en formation à distance, l’objectif étant de mettre en place un Réseau d’acteurs sur l’utilisation des TIC dans les nouvelles formes d’enseignement au Cameroun.

La rencontre s’adressait aux décideurs, responsables politiques et législateurs soucieux de modeler intelligemment le futur pour le bien des prochaines générations au Cameroun. Le réseau qui en découlera pourra être composé d’universitaires, d’enseignants-chercheurs, des gestionnaires des programmes éducatifs, des évaluateurs, des spécialistes et producteurs multimédia, des fournisseurs d’accès et de services internet, de professionnels des technologies informatiques et des télécommunications et des partenaires du développement.

Plusieurs thèmes étaient à l’étude, notamment

  • L’analyse des développements et des tendances du e-learning ;
  • Les enjeux de l’intégration de l’Enseignement à Distance, EAD, dans les formations universitaires initiales et continues
  • Les outils et plate-formes de l’EAD et les styles d’apprentissage
  • Les applications de e-learning dans l’enseignement supérieur au Cameroun
  • Les expériences africaines et les projets réalisés ou en cours à l’ENSP sur l’utilisation des NTIC dans l’éducation
  • Les conditions de faisabilité et l’élaboration d’un cadre méthodologique de mise en oeuvre de l’EAD dans notre système de formation académique
  • L’évaluation des produits, services et métiers relatifs à la formation en ligne

Ces thèmes ont été traités au cours de six sessions extrêmement intenses animés par des personnes ressources du Cameroun, de France et du Canada et exerçant, pour la plupart, dans des universités locales comme l’Université de Douala, l’ Université de Ngaoundéré où s’utilise déjà de façon plus ou moins concrète la formation à distance. Chaque session comportait une série de réflexions relative aux méthodes et aux méthodologies de l’enseignement à distance, à la faisabilité, aux applications et études de cas, à la recherche et au développement de la formation à distance en contexte camerounais, et au contenus et produits didactiques. Des analyses très intéressantes s’articulaient sur des problèmes concrets qui se posent lors de la mise en oeuvre des sessions de formation et apportaient des solutions exploitables, mais difficiles à exécuter par manque de fonds ou de politique claire de formation à distance.

Les Camerounais eux-mêmes se sont demandés quels étaient la problématique et les enjeux de l’utilisation des TIC dans le système de formation des institutions d’enseignement supérieur des pays en développement, quels étaient les enjeux didactiques de la formation à distance basée sur les Tic et quel était l’impact de ces Tic dans le système éducatif.

À l’heure où les grandes villes où sont basées les six universités d’Etat se connectent franchement au réseau, que la population scolaire frappe plus fort encore aux portes des établissements d’enseignement supérieur, que le ration étudiant/enseignant s’inverse et surtout à l’heure où les jeunes cherchent le savoir pour se cultiver et que les portes de l’étranger demeurent désespérément closes, il semble temps que l’impulsion du Ministre camerounais soit suivie des moyens susceptibles de l’aider à résoudre l’équation de la modernisation des universités qui a commencé il y a quelques années. Mais

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné