Articles

Entretien avec Michel Boustani, formateur et concepteur de contenu pédagogique

Thot a rencontré Michel Boustani, fidèle lecteur, pour parler de technologies de l'information et de son métier.

Par Martine Jaudeau , le 17 mai 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 20 octobre 2013

Michel Boustani est formateur, coach et mentor depuis plus de 25 ans dont les 15 dernières en technologies de l’information. Lecteur fidèle de Thot, il contribue souvent des remarques spontanées et éclairantes sur sa manière de vivre la formation à distance sur le terrain, dans son quotidien. Voici des morceaux choisis de ses propos évocateurs. Quand un lecteur inspire l’équipe de rédaction, intéressant retour d’intérêt.

Michel Boustani :

J’ai toujours cru, oeuvré et agi dans le sens du partage des connaissances aux masses, je me suis souvent battu avec des concepts qui refusaient et continuent de le faire de croire au partage, à l’accès aux connaissances pour les gens ordinaires, les utilisateurs qui ont tous les droits de savoir et connaitre pour avoir du plaisir à utiliser, étudier, connaitre. Les idées que soulève Thot me rassurent, me disent que je ne suis pas le seul qui pense de la sorte...

Actuellement et grâce à mes fonctions et aux latitudes permises, - je suis concepteur pédagogique -, je passe le message aux membres de mon équipe, j’expose aux utilisateurs toutes les sources de connaissances, pour la première fois j’ai parlé aux rédacteurs techniques du concept "humaniciel" cette pièce manquante entre logiciel et matériel.

Ce concept ne vient pas de moi directement, mais plutôt de son initiateur Ulf Andersson qui a écrit un livre remarquable à cet effet dont voici le titre : «Humanware - practical usability engineering» par Ulf-L Andersson. Depuis que j’ai lu et continue de relire cet ouvrage, j’ai changé radicalement ma vision quant aux documents de formation, aux guides d’utilisateurs que je produis. Par contre, ce souci et ce désir de partager les connaissances au plus grand nombre de personnes qui le souhaitent est mon défi quotidien au niveau de ma profession. J’ai le privilège de former pas moins de 3 500 personnes par an pour une grande firme québécoise, d’où le loisir de partager la notion «humaine» du transfert des connaissances.  

J’apprécie la vision humaniste qui anime l’équipe de Thot et recommande sa lecture à toute personne qui est touchée dans la formation, le transfert des connaissances ou simplement leur partage... C’est un réel plaisir de pouvoir partager ces points de vue avec d’autres.

Lire entre les lignes est un plaisir qui naît avec le temps, le quotidien parfois qui nous apprend ces choses importantes. Votre communication, sa présentation, la perception des choses importantes que vous annoncez, ce en quoi vous croyez, ces choses importantes lues entre les lignes. Et puis la liste des liens toujours plus intéressants... Je trouve tout ceci confortant et réconfortant, rassurant, car dans ce quotidien qui s’appelle le monde d’aujourd’hui, trop de belles théories qui ne se construisent plus sur du vécu mais sur une logique volatile.

Je sais dans mon quotidien combien de fois je choque lorsque je dis aux analystes et autres gens des TI «Pensez humain, pensez utilisateurs, pensez partage de connaissances..». On me prend pour un gentil nounours accommodant, on sourit. Mais je ne désespère pas. Vous lire me donne aussi de quoi accepter cet état de choses. Me voici encore une fois en train d’allonger mes phrases (il faut dire que je suis un tantinet bavard, mais bon depuis le temps que je suis en formation c’est une habitude acquise).

Pouvoir communiquer et partager avec des personnes intéressantes et intelligentes est un cadeau. Dans votre récent éditorial, j’ai senti ces mots comme m’étant adressés en particulier ou en personne. Plus j’avance dans mon quotidien, plus je rencontre certains esprits au département TI, qui se confinent dans une léthargie schlérosée, qui ne veulent rien changer, ne veulent pas descendre de leur tour d’ivoire ou de tristesse, comprendre combien ils doivent cesser de penser "TI" et s’appliquer à penser "utilisateurs". Le pire ce sont les personnes aux postes-clés de gestion -- et qui possède la gestion possède (encore) le pouvoir -- une gestion contraignante, lourde, "fonctionnarisée"... Bref un vrai territoire de désolation et de déceptions.

On peut y voir une réaction de "gamin rebelle" mais il est intolérable de voir une jeunesse en âge d’agir pire que les aînés. Heureusement que des personnes savent donner, pousser, offrir une vision nouvelle... Gageons que les générations suivantes sauront s’inspirer de modèles prometteurs.

Michel J. Boustani Concepteur de Contenu Pédagogique Sites Web - Formation

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné