Articles

Informatisation des écoles : économies récurrentes importantes par la virtualisation des postes de travail

Par Denys Lamontagne , le 08 mars 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mars 2010

La capacité de calcul des ordinateurs offerts sur le marché est sous-utilisée dans la plupart des situations éducatives.  Un traitement de texte ou un navigateur ne consomment pas une grande puissance de calcul et pourtant celle qui est disponible dans les ordinateurs est de plus en plus grande.

En conséquence, il est possible d’équiper toute une classe avec des postes de travail reliés avec un ordinateur-serveur sans même que les étudiants s’en aperçoivent et souvent avec une augmentation de la performance par rapport à des machines poussives.

Diverses solutions de virtualisation des postes de travail existent, allant de la segmentation de la capacité d’un ordinateur à la mise en réseau des capacités de plusieurs ordinateurs-serveurs au service de plusieurs centaines de postes.

Selon NComputing, des districts scolaires peuvent économiser jusqu’à 70 % sur les équipements, 75 % sur l’entretien et jusqu’à 90 % en coûts d’énergie comparativement aux installations traditionnelles.

L’origine des économies

Sans être aussi importantes que prétendues, les économies réelles sont tout de même appréciables.

  • Équipements

    100 ordinateurs coûtent beaucoup plus que 10 ordinateurs de meilleure qualité en réseau et 100 postes clients (écran - clavier - souris).  Le coût d’une installation moyenne en réseau reviendra à environ 600 à 800 $ par poste au lieu des 1 400 à 1 800 $ habituels, en incluant les licences des logiciels. La durée de vie d’ordinateurs de meilleure qualité est plus longue, il est plus facile de les mettre à jour et d’augmenter leurs capacités de mémoire au besoin. On estime que les économies à ce niveau sont les plus importantes : à l’échelle d’un campus on parlera de millions
    .
  • Maintenance

    Installer 100 logiciels sur 100 postes prend plus de temps et est plus coûteux qu’une installation unique. Avec cette dernière option, les postes clients, beaucoup résistants et moins exposés que des ordinateurs complets, demandent moins d’entretien et de déplacements
    .
  • Énergie

    10 ordinateurs consomment évidemment moins d’énergie que 100, occupent moins d’espace et produisent moins de déchets à la fin de leur cycle de vie. On estime à 30 % la réduction de la facture d'énergie dans une installation en réseau.

Des dépenses imprévues

Derrière le discours enthousiastes des vendeurs, on trouve tout de même une réalité plus nuancée.

À l’échelle d’une école complète ou d’un campus, ce genre de solutions fonctionne bien avec un réseau de bonne qualité.  Si ce n’est pas le cas, il faudra investir de ce coté.  Ensuite, si des applications gourmandes comme une application de retouche d'image, de montage vidéo ou de rendu 3D sont utilisées fréquemment, la capacité de calcul des machines sera saturée; il faut alors prévoir une alternative pour ces usages.  Enfin, qu’un ou deux ordinateurs sur 100 tombent en panne, ce n’est pas dramatique, mais qu’un serveur le fasse, les conséquences sont plus importantes. Il est donc essentiel de prévoir des serveurs de secours en cascade et des sauvegardes fréquentes des contenus de tous les bureaux des utilisateurs.

Pour ces raisons, les économies attendues ne se matérialiseront pas souvent la première année mais plutôt les années suivantes.

Une transition en douceur

Comme les utilisateurs peuvent accéder à leur bureau virtuel aussi bien à l’école qu’à l’extérieur par Internet (sur la plupart des solutions), les usagers perçoivent la virtualisation comme un progrès et, selon différents sondages, ignorent souvent qu’ils sont sur des ordinateurs virtuels...  Le plus souvent la fiabilité et les performances des machines de meilleure qualité sont supérieures à ce qu’il y avait avant la transition.

Ajoutons à cela que les ressources de support techniques sont mieux utilisées et sont plus disponibles.

En somme, la virtualisation des ordinateurs dans les écoles est à considérer, d’autant plus que les solutions sont de plus en plus efficientes.  Comme l'affirme un responsable de district scolaire américain : «J’ai de la difficulté à concevoir qu’un administrateur ne fasse pas cette transition au plus vite. C'est une évidence.»

Solutions de virtualisation :

Articles de référence

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné