Articles

Tunisie : un festival pour le Haut Débit*

Par Louis-Martin Essono , le 04 septembre 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Sous le haut patronage du Président Ben Ali, l’Association de l’Internet et du multimédia (Atim), en collaboration avec l’Association "Basma" pour la promotion de l’emploi des handicapés, la société d’étude et de développement de Sousse nord, l’Office national du tourisme tunisien et l’Office national de la poste a organisé du 19 au 22 août derniers, la 5e édition du Festival international d’été de l’Internet.

La Libye, l’Arabie-Saoudite, la Suisse, la France et l’Autriche ont également contribué à la tenue de cette manifestation culturelle et technologique où s’étaient débattus des sujets relatifs aux formes et aux fonctions des Tic. À en croire La Presse , neuf conférences ont été prononcées et des tables rondes se sont déroulées, qui ont réuni des représentants des administrations impliquées dans les Tic et la préparation des SMSI de 2005.

Sur un espace constellé de 100 ordinateurs El Kantaoui, les rencontres de l’été tunisien ont réfléchi sur plusieurs problèmes. La première rencontre, axée sur le haut débit, comportait 3 volets : la vulgarisation du haut débit, l’état des lieux en Tunisie et les contenus et applications. On a ensuite analysé le rôle effectif de la société civile et du secteur privé dans la réussite du SMSI , Sommet Mondial sur la Société de l’Information (Tunis 2005), à travers la présentation et les préparatifs du sommet, la contribution du secteur privé et les acquis générés par les Tic au profit des malvoyants.

Il est utile de souligner qu’une étude sur les nouvelles technologies «mobiles» à haut débit, avait été présentée par M. Karim Taga, directeur associé au bureau d’études mondial «ADL». Pour lui, la promotion du «Broadband» (haut débit à bandes larges) constitue un pas important pour le développement de la Tunisie.

Les participants, unanimes sur l’importance du haut débit pour le développement économique et l’échange d’informations, ont examiné également les différentes technologies et leurs applications dans le pays. Ils ont ensuite fait le point sur les programmes initiés par l’État tunisien en matière de télécommunication, dont en particulier, celui de l’ordinateur familial.

Si ces rencontres ont pris un cachet rituel, on se félicitera des thèmes abordés qui concernent affectivement l’implication et l’utilisation des Tic dans la vie familiale et dans la société. C’est le cas de la navigation libre, de la formation des handicapés, du paiement électronique, de la sécurité informatique, à l’école virtuelle de la poste, ainsi qu’à l’inscription universitaire en ligne. Ce n’est que ce qu’attend la population.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné