Articles

e-formation et trans-coopérations euro-méditerranéennes, quels enjeux pour les années à venir ?

Par Martine Jaudeau , le 29 novembre 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

La communauté scientifique internationale s’est réunie autour des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication dans l’Enseignement au cours du second Colloque TICE Méditerranée organisé à Nice les 26 et 27 novembre 2004. Une rencontre conviviale de mutualisation exclusivement éducative qui rassemblait les gens des départements d’universités et de recherche les plus actifs et en avance du domaine, et l’esprit du Sud.

À Nice on trouve le soleil, les palmiers, la plage Ponchette et la Baie des Anges.

Le colloque était organisé par les universités de Nice Sophia Antipolis (Délégation aux Nouvelles Technologies Educatives), Sud Toulon Var, Aix Marseille III et Gênes sur le thème « L’humain dans l’enseignement en ligne ». Il a rassemblé près de 200 chercheurs, enseignants ou praticiens du domaine de la formation ouverte et à distance pour proposer une soixantaine de mini-conférences ou assister aux débats offerts pendant ces deux jours.

Avec pour vocation d’associer des universités de l’arc méditerranéen, l’édition 2004 a tenu ses objectifs en recevant l’Algérie, l’Espagne, l’Egypte, le Maroc, la Tunisie, l’Italie et bien sûr la France mais aussi la Belgique, le Brésil et le Canada pour le reste du monde.

Les communications proposées, exposés de travaux scientifiques ou retours d’expériences, ont permis de confronter les expériences acquises dans le domaine de la formation ouverte et à distance et ainsi permettre une meilleure cohésion des pratiques des nouvelles technologies dans l’enseignement, démarche aujourd’hui encore relativement restreinte.

Le colloque, soutenu par l’Agence Universitaire de la Francophonie, était l’occasion également de faire le point sur le partage des formations et l’échange des compétences entre tous les pays du pourtour méditerranéen d’expression francophone.

En partant d’une hypothèse selon laquelle la e-formation pourrait-être une solution pour établir et améliorer les collaborations entre les pays en voie de développement et des pays plus avancés, entre des zones économiques différentes mais culturellement et géographiquement liées comme la zone méditerranée, n’y a-t-il pas là un facteur de rapprochement des peuples, de développement, l’embryon d’un modèle euro-méditerranéen étendu et exportable, et si oui, quel peut-il être ?

La table-ronde porteuse de débats sur ce thème a dressé le panorama de la situation et évoqué les perspectives du futur :

En Tunisie, la spécialisation en informatique à l’université connaît une évolution remarquable. Les Publinets montrent une utilisation de l’Internet soutenue du courriel, du chat, de la recherche d’information et des études. La prédiction à l’horizon 2010 est de 20% de l’enseignement en ligne, 500 000 personnes et 1/5 ème des matières enseignées. Une volonté de l’enseignement d’état et aussi du secteur privé.

Au Maroc, malgré les problèmes de manque d’eau potable, les coupures d’électricité et le fort taux d’analphabétisation, les universités ont entrepris une réforme des structures et de la pédagogie. Le système LMD est en chantier depuis un an. On note un renforcement des compétences des étudiants en LCI, Langue Communication et Informatique. Les questions de langue visent à renforcer le français alors que l’arabe est langue maternelle : sur le terrain, l’enseignement des langues connaît des difficultés. La structuration en TIC peine à émerger. La lutte contre la commercialisation de l’enseignement fait écho. Un campus FLE est à l’étude.

Pour l’Algérie, une volonté politique pour les TIC apparaît. 1,6 million d’étudiants pointent leur nez pour 2006, mais très peu d’enseignants pour les accompagner. Les universités étant autonomes, l’UFC, Université de la Formation Continue, réunit au niveau national 52 centres d’études. Radio, télévision, le réseau s’impose, par solution satellite et en partenariat avec les entreprises. Le LMD fait son chemin. Le souhait est de délocaliser un mastère qualité en formation des formateurs et tuteurs en vue de créer un campus numérique pour 18 000 étudiants. Le partenariat Cned, Cnam et université de Marseille a formé 10 chefs de projet dans une filière médiatisée sur une plate-forme intégrant la langue arabe. Il s’agit d’un projet pédagogique, culturel et économique qui abrite Avicenne. Le réseau souffre du manque de production. La contextualisation est nécessaire pour construire un réseau de connaissances.

En France, l’étude de l’Observatoire de l’école rurale conduit une enquête depuis 1999 et projetée sur 2007 avec 5 IUFM du Sud de la France sur 3000 élèves de collèges et lycées en zone rurale. Quel impact notable des Tices ? On apprend que le taux d’équipement Internet, Fax, visioconférence augmente proportionnellement avec l’éloignement des zones urbaines pour être plus significatif que dans celles-ci. Mais ces résultats ne sont pas pris en compte dans l’orientation à l’école. Les élèves y rentrent plus tôt et en sortent plus tard. Les technologies éducatives inversent le phénomène en faveur de l’aspect humain et culturel indispensable. Un rééquilibrage et une coproduction des connaissances se font sentir.

Pour le représentant italien, le problème est politique et culturel : quand il n’y a pas d’espace en Tice, on délocalise en Inde (en anglais). La question de colonisation culturelle est ainsi accélérée par les technologies. Il faut réagir. Dans cette concurrence acharnée, qui gagnera ? Les universités prestigieuses comme le MIT en Ligurie. Facile. Il est nécessaire de faire évoluer les règles politiques d’échange, elles sont obsolètes, faire des réseaux de cours plurilingues et proposer des labels d’apprentissage concrets. La population est jeune et le champ universitaire ouvert pour des trajectoires différenciées. Il est important de partir des besoins réels et non de l’offre commerciale.

En guise de conclusion, pointait l’organisation niçoise, les Tices permettent de travailler d’une autre manière et forcent à collaborer sur des projets précis. Non, il ne s’agit pas de magie - bien qu’il soit bon de savoir recréer dans l’apprentissage la fascination qu’elle suscite. À partir des besoins et avec des équipes organisationnelles, pédagogiques et techniques compétentes, elles aident à dépasser les problèmes culturels pour un apprentissage réussi.

Rendez-vous à Gênes, Italie, en mai 2006 pour la troisième édition du colloque Tice Méditerranée !

Lire aussi sur Thot :

Les campus numériques à l’Université Nice Sophia Antipolis

Parcours formation des professionnels de l’enseignement en ligne***Au colloque Tice Méditerranée 2004. Expériences et perspectives européennes en la matière.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné