Articles

Université virtuelle africaine : le souffle nouveau de l’EAD du Fonds Africain de Développement***

Par Louis-Martin Essono , le 28 décembre 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

À s’y méprendre, le FAD se confondrait à la formation à distance, surtout si on le couple à l’ UVA, l’Université virtuelle africaine, que l’on ne présente plus dans nos colonnes.

Dans les options essentielles et concrètes qui visent à sortir l’Afrique de l’isolement numérique et du sous-développement, le Fonds africain de Développement, le FAD vient récemment d’offrir un don de 5 millions d’unités de compte (UC), équivalant à 7,68 millions de $ EU. C’est pour permettre à cette institution d’améliorer sa capacité à développer les ressources humaines en Afrique par l’EAD. Ce projet relève des hautes priorités des projets Tic du Nepad. Il faut aussi signaler que ce don résulte de la requête de l’UVA désireuse de réaliser son programme de travail quinquennal (2003-2007), pour faire face aux demandes croissantes pour des études de 3e cycle de qualité.

À en croire le communiqué publié à Tunis où s’est tenu le Conseil d’Administration du FAD, l’objectif sectoriel du projet vise à contribuer à l’accroissement de l’accès à un enseignement de qualité dans quelques pays africains tout en renforçant l’intégration régionale, grâce au renforcement des capacités de l’UVA et le réseau d’institutions qu’elle coordonne en vue d’offrir et gérer un enseignement de qualité assisté par les TIC et des opportunités de formation dans ces pays.

Le Projet, d’une durée de trois ans, comporte quatre phases

  • La création de centres d’enseignement libre, à distance et électronique (ODEL) et fourniture de structures de la connectivité aux institutions partenaires de l’UVA;
  • La formation des enseignants et programmes de développement;
  • L’intégration de la problématique hommes-femmes dans les activités de l’UVA
  • La gestion du projet.

Seront inclus, outre l‘équipement d’un réseau de 10 nouveaux centres ODEL et la création en Afrique de l’Est et en Afrique la présence renforcée de l’UVA en zones francophone et lusophone. L’organisation des stages pédagogiques, la très grande sensibilisation vers les populations non alphabétisées s’inséreront dans ce projet pour intégrer la problématique hommes-femmes afin d’atteindre une plus grande audience d’étudiants et de parties prenantes.

Il devient de plus en plus heureux de voir les organisations multinationales s’intéresser aux véritables problèmes de l’Afrique par la massification de l’éducation et par la prise en compte des aspects sociologiques des régions auxquelles on apporte de l’aide. Mais, il se pose encore la question sur la réalisation concrète au profit des vrais destinataires et non de ceux que l’Administration choisit sur la base des critères flous.

Le texte intégral peut être consulté dans cet article

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné