Articles

Les TIC pour relier tous les acteurs de l'environnement

Par Mohamed Ouzahra , le 20 septembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 21 septembre 2010

La préservation de l’environnement, et donc de la diversité biologique, est un souci relativement récent au Maroc. Cependant, les pouvoirs publics ont pris la mesure du défi et mettent les bouchées doubles pour arrêter une stratégie globale, c'est-à-dire une approche qui traite à la fois de l’écosystème, du climat avec un plan dédié, et de la biodiversité.  

Ainsi, sur le plan international, le Maroc est-il signataire de la Convention sur la diversité biologique, mécanisme international créé au début des années 90 pour in fine « assurer la pérennité de la vie sur Terre ». Il a dans ce cadre organisé de nombreuses manifestations et publié plusieurs études recensant et décrivant la diversité biologique nationale.


Au plan environnemental, et comme de nombreux pays, le Maroc n’échappe hélas ni à la "malédiction" des sachets en plastique qui polluent espaces urbains et ruraux, ni aux prédateurs qui pillent les ressources naturelles, forestières notamment. Mais au-delà de ces fléaux contre lesquels le gouvernement tente de sévir, ce sont peut-être les petits gestes de pollution ordinaire - déversements sauvages de déchets domestiques, nuisances sonores, empiétement sur les espaces verts – qui sont difficiles à accepter et à… combattre. Changer les mentalités est affaire d’éducation. L’implication des générations montantes dans la préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité est essentielle. Il existe au moins deux facteurs de réussite :

-        un engagement clair des pouvoirs publics en faveur de la protection de l’environnement, étape incontournable pour la préservation de la diversité biologique ;

-        des projets et des outils pédagogiques cohérents impliquant donc les citoyens.

Sur le premier point, l’adoption récemment d’une très attractive Charte nationale de l’environnement et du développement durable[1] montre clairement que l’État a intégré la sauvegarde de la biodiversité dans son agenda politique. Il s’engage à faire évoluer les pratiques pour faire du cadre naturel une préoccupation de l’ensemble des citoyens et non des seuls pouvoirs publics. Or, pour changer les pratiques, il faut faire évoluer les mentalités.

Sur le second, la participation des associations est fortement sollicitée. Et de fait, les ONG prennent souvent le relais sur le terrain avec des programmes où le critère de participation des populations locales, clé de succès et de pérennité pour tout projet de développement durable, est déterminant pour l’octroi des financements.

Cependant, tous ces efforts ne pourraient aboutir sans un minimum d’information et de coordination entre les nombreux acteurs intervenants. Et l’impact de ces efforts ne saurait perdurer sans sensibilisation et formation des jeunes et sans valorisation des bonnes pratiques. Comme nous allons le voir, le recours aux nouvelles technologies de l'information est de plus en plus indispensable dans ce jeu de patience, où il faut pourtant aller très vite.


 Les TIC au secours de l’environnement

L’apport des nouvelles technologies opère à plusieurs niveaux. Celui, global, de l’État avec la mise en place d’un  Centre d’échange et d’information sur Internet destiné à faciliter la collecte d’information sur la biodiversité et fournir aux différents acteurs les données leur permettant une prise de décision rapide en matière de sauvegarde de l’écosystème. L’objectif est aussi d’encourager la coopération entre les chercheurs.

Au niveau des organismes internationaux, très présents dans le soutien associatif, l’utilisation des nouvelles technologies permet essentiellement de diffuser l’information – les études menées et les statistiques – et de relayer les réalisations et les avancées sur le terrain.

Mais au-delà de la communication, les nouvelles technologies contribuent à sensibiliser et à former au respect de l’environnement. Dans ce cadre, Enda Maghreb, une association qui se distingue particulièrement par la qualité de son approche pédagogique, a élaboré une très pertinente Stratégie nationale d’éducation et de sensibilisation à l’environnement et au développement durable. Bénéficiant du statut consultatif auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC), l’association pilote de nombreux projets et compte plusieurs publications.

D’autres organismes de moindre envergure n’en font pas moins un travail exemplaire et décisif sur le terrain. Et investissent bien entendu massivement le net pour former les citoyens, en particulier les jeunes.


Former les éco-citoyens de demain

Sensibiliser et former à la préservation de la diversité biologique ne doit laisser place à aucune improvisation. L’écologie a mis beaucoup de temps à se débarrasser de l’image d’amateurisme qu’elle trainait depuis plusieurs décennies. Aujourd’hui, la formation tente de restituer la complexité du sujet et emprunte à de nombreuses sciences. Elle bénéficie de l’apport des nouvelles technologies de l'information, notamment pour opérer de précieuses simulations. Des outils comme les Systèmes d’information géographique (SIG) deviennent incontournables pour enseigner les métiers de climatologue ou de météorologue (voir l'article "TIC comme… Technologies d’Information sur le Climat").

Les exemples d’outils logiciels facilitant la maitrise des compétences de base pour se former et former à la biodiversité sont nombreux. On peut citer sur la seule banque de l’Institut national de la recherche pédagogique français (INRP) ce tutoriel sur l’utilisation d’un portail territorial, cet outil de modélisation du cycle de l’eau ou encore des ressources sur des thématiques aussi pointues que le « code barre » du vivant.

Un autre exemple de formation in situ nous est donné par un lieu intéressant pour découvrir la richesse biologique de la planète : les Jardins exotiques de Bouknadel, près de la capitale marocaine. En combinant visites réelle et virtuelle, cet espace unique et récemment réhabilité constitue un terrain de formation et de sensibilisation exemplaire. Sa visite permet aussi de réaliser à quel point notre terre et son patrimoine vivant sont à la fois d’une beauté à couper le souffle et à la merci des vents mauvais de la cupidité et de l’ignorance.



[1] Le portail de la charte nationale est clairement orienté vers les jeunes. Il en adopte les habitudes et fourmille de jeux et d’idées de projets. Hélas, ces bonnes intentions sont desservies par un fonctionnement aléatoire, pour ne pas dire calamiteux, du site : accès impossible aux bases de données, plantages fréquents, informations obsolètes…    


Photo : Christing-O-, Flickr, licence CC.


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné