Articles

La mutualisation : pas facile mais indipensable

Par Christine Vaufrey B , le 18 novembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 20 novembre 2008

Dans son article intitulé « Mutualisation, mode d’emploi », publié par Centre-Inffo (Inffo flash n° 773), Nicolas Deguerry fait le point sur les pratiques de mutualisation telles qu’on peut les observer dans le domaine de la formation à distance.

Le terme de « mutualisation » fait partie du vocabulaire courant des pratiques en réseau et, en particulier, de la formation à distance. Comme le constate Nicolas Deguerry « les modalités de formation innovantes, basées sur la mise à distance de l‘acte pédagogique soutenu par les TIC, sont incompatibles avec la logique du « cavalier seul ». Optimisation des coûts, partage d’expériences, pratiques coopératives et collaboratives, importance de la circulation de l’information dans les e-sociétés apprenantes, tout concourt à inscrire l’e-formation dans une logique de réseaux ».

Mais N. Deguerry ajoute que les pratiques de mutualisation dans le domaine de l’e-formation n’ont pas toujours donné les résultats escomptés. Nombre de plate-formes de mutualisation de ressources pédagogiques, par exemple, souffrent d’un manque de fréquentation, et rassemblent un nombre limité de ressources.

Les contributeurs pressentis préféreraient-ils la jouer « solo » et conserver jalousement les références des ressources qu’ils utilisent régulièrement ?

La raison du manque d’enthousiasme à contribuer à l’œuvre commune tient plutôt à la difficulté de percevoir l’utilité concrète d’une telle banque de ressources, et à modifier des habitudes de travail qui ne poussent pas toujours à partager.

L'utilité en question

Mais les habitudes, précisément, sont en train de changer. C’est ce que constate Jean-Luc Peuvrier, interrogé par N. Deguerry, qui fait part d’une expérience « malheureuse » de mutualisation en 2005, à une époque où « les pratiques d’échange et de collaboration étaient au point zéro ».

J.L. Peuvrier est directeur du Gifod, une structure fédérant autour de la FOAD des centres d'apprentissage et des organismes de formation, qui vise à faciliter, développer et mutualiser l'utilisation des NTIC par ses membres. Les membres du Gifod sont désormais bien engagés dans leur entreprise de mutualisation, car celle-ci s’est construite sur la base des problèmes rencontrés, et non pas sur des avantages théoriques abstraits.

De l’article de N. Deguerry et de l’expérience du Gifod, on retiendra donc que l’effort de mutualisation doit répondre à un problématiques concrètes, porter sur des objets standardisés (exemple : documents élaborés selon des procédures communes), et être accompagné d’une forte dose de communication interne.

Du sens

Ajoutons que la mutualisation est d’autant plus forte qu’elle répond à un besoin qui n’est pas rempli par ailleurs.

La mutualisation naît souvent du manque : parce que nous ne sommes pas satisfaits du service, de l’outil… qui nous est proposé, nous allons unir nos effort, les mutualiser, pour obtenir quelque chose de mieux adapté.

Le développement des logiciels libres en est le meilleur exemple, y compris parmi ceux qui concernent directement l’e-formation. Que serait Moodle, par exemple, sans les dizaines de contributeurs bénévoles qui lui ajoutent sans relâche de nouvelles fonctionnalités ?

Enfin, la mutualisation profite largement de l’esprit communautaire : on mutualise mieux avec des personnes dont on partage les intérêts et que l’on apprécie qu’avec des inconnus…

Les sites de mutualisation de ressources pédagogiques les plus dynamiques sont ceux dans lesquels transparaît cet esprit communautaire, associé à des procédures claires permettant le recueil des pratiques et des outils.

Comme le répète souvent Richard Collin, consultant en Efficacité collective, « la confiance est la bande passante de la connaissance ».

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné