Articles

Des grains d’interview

Par Franck Henry , le 27 janvier 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 15 juin 2011

Suite à l’article " Des E-crit(s) aux grains", Thot a demandé à Pascal Cheval, responsable d’un nouveau dispositif de formation de formateurs sur l’appropriation des TIC en pédagogie dit "Grains des E-cri(t)s, de nous apporter des précisions sur cette offre de formation à distance mixte. A en juger par l’argumentation développée, l’homme n’est pas avare de ces grains d’e-crits.  

Thot : Sur un plan de positionnement commercial et pédagogique, Les grains des E-cri(t)s, en tant que nouvelle offre de formation à distance, ne se surajoutent-ils pas à un marché relativement confiné et couvert par bons nombres de formations existantes (universitaires, cabinets conseils en e-learning, offreurs de plateforme...) ? Qui plus est pour une formation "longue" (300h de formation estimé sur une durée de 6 mois)...

Pascal Cheval : Il est clair que l’offre du marché relative à la professionnalisation des acteurs de la formation pour l’acquisition des compétences nécessaires à l’intégration des TIC dans leur pratique pédagogique (précisément ;-) reste forte dans sa globalité. Pour s’en convaincre il suffit de demander sur Foademplois (1), qui de la liste peut lui indiquer cette catégorie de formation pour découvrir la diversité et le volume de l’offre existante. En tête de liste, on trouvera les formations universitaires (DU, DESS principalement) que vous évoquez. En revanche on y voit peu celle des offreurs de plate-forme et encore moins celle des cabinets-conseils . Ce n’est pas un hasard. Deux raisons principales à ce constat. La première, économique, est connue de tous. Tous ces dispositifs ne s’autofinancent pas uniquement sur cette offre. En général les premiers d’entre eux bénéficient d’une perfusion financière de type européenne et/ou nationale et/ou régionale. Aide que les petits organismes de formation ont du mal à capter compte tenu de la mobilisation en interne de ressources humaines pour constituer ces dossiers toujours lourds et chronophages. Sans compter le lobbying nécessaire pour espérer une réponse positive. Une solution alors peut consister à développer de nombreuses maquettes de formation pour diversifier l’offre. En l’occurrence pour la majorité des acteurs universitaires de ce marché, cette nouvelle offre vient s’ajouter à une palette déjà bien fournie. C’est ce que font certains autres et rares offreurs privés ceux-là avec leur "catalogue de formation". Enfin les éditeurs de plate-formes proposent cette offre plus comme un service d’accompagnement et d’assistance à l’utilisation de leur produit mais ce n’est pas là l’essentiel de leur chiffre d’affaire. Sauf bien sûr dans des cas rares bien spécifiques ou l’approche marketing peut consister à éditer une plate-forme d’apprentissage libre de droit (open source) et vendre le service de formation de formateurs à son usage. La seconde est liée à la nature de l’offre. Et que remarquons-nous ? Que les dispositifs qui se lancent, s’ancrent et finalement prennent leur place sur ce marché de professionnalisation des acteurs de la formation, sont d’abord des parcours de formation qualifiants, diplômants. Il est clair que la motivation à s’investir dans un tel parcours relève aussi de cet aspect. Même si l’on pouvait nourrir de furieux débats sur l’importance du papier face à la réalité des compétences acquises, il reste que le diplôme, tout du moins en France, est un critère de choix prégnant pour celui ou celle désireuse d’entamer un parcours de formation, tout comme pour l’OPCA qui pourvoit à son financement. Certaines prises en charge financière ne sont d’ailleurs possible que si la formation permet au stagiaire d’obtenir une qualification. C’est le cas, en France, du Congé Individuel de Formation par exemple. C’est donc face à ce double constat que nous nous sommes positionnés. Nous différencier économiquement d’abord puisque notre offre reste l’une des plus compétitives du marché. Cette possibilité est bien sûr liée aux caractéristiques pédagogiques intrinsèques et (in)novatrices des Grains d’e-cri(t)s. Précisons aussi, justement pour "tenir compte du marché", que ce n’est pas par hasard non plus si nous proposons un "tarif spécial demandeurs d’emploi" puisque comme vous le savez peut-être le taux de chômage de la profession, est estimé en France à 13% pour un taux national de 9.6%. Pour un parcours de professionnalisation des acteurs de la formation, ne pas tenir compte de cet aspect reviendrait à ne pas prendre en compte la réalité du marché. Quant à la longueur du parcours, les DESS sont généralement réalisés sur une année entière et nous estimons qu’il est impossible de professionnaliser nos stagiaires en dessous d’un certain temps pédagogique d’activités d’apprentissage. En tenant compte ensuite de la spécificité du parcours des Grains, 6 mois nous paraissent la durée nécessaire pour expérimenter la distance sous toutes ses facettes. Par ailleurs cette planification correspond à un investissement pour les apprenants d’une dizaine d’heures hebdomadaire, ce qui nous semble compatible avec la poursuite d’une activité professionnelle. Nous différencier par la nature de la qualification ensuite. Notre stratégie a alors consisté à nous positionner sur une reconnaissance professionnelle et donc différente de celles que nous évoquions précédemment pour y préférer une certification par le Titre de Formateur(trices) Professionnel(le) d’Adultes, qui vient d’être renouvelé en Octobre 2003 par le Ministère du Travail et de l’Emploi. Renouvellement dont l’objectif principal a, justement, été d’intégrer dans le référentiel des activités-emplois types des formateurs professionnels (REAC), les compétences des formateurs à l’usage des TIC dans leur pratique pédagogique. De manière plus générale nous pouvons constater que le marché de la formation échappe largement aux règles de la libre concurrence. Deux exemples. Sur le plan financier, certains organismes de formation, ou organismes dits consulaires sont dispensés de facturer la TVA. Les autres sont dans l’obligation de faire une demande d’exonération en espérant qu’elle leur soit accordée. Sur le plan de la certification de la certification, certaines organisations sont agréées d’office à délivrer au nom du ministère certains titres ou qualifications. Pour les autres il convient d’en faire la demande. Or ceux qui sont chargés d’enquêter pour valider le bien fondé de cette dernière sont ceux-là mêmes qui sont agréés de manière constitutionnelle. En d’autres termes, des concurrents potentiels. Original non ? Alors le marché de la formation continue, un marché concurrentiel ? Pour compléter mon propos, nous ne pouvons que vous renvoyer vers cet article de l’Express (Novembre 2003) qui dresse un portrait général du marché de la formation continue pour le moins emprunt d’une certaine (im)pertinence.(2)

Thot : L’antériorité des E-cri(t)s de Charlie, le slogan "Parcours (im)pertinent de professionnalisation des acteurs de la formation", l’appellation même "Grains des E-cri(t)s" du dispositif, au-delà d’une stratégie marketing de différentiation, ne vous donnent-ils pas une image peu crédible dans un monde de la formation très cadré ?

P. C. : Stratégiquement le terme parcours a été préféré à celui de dispositif parce qu’il nous semblait le mieux exprimer le “ chemin ” pédagogique - ou chemin de faire - que les stagiaires devront emprunter. C’est ce même concept qui a, par exemple, servi à l’élaboration de nos documents commerciaux qui se présentent comme un plan de jeu pour renforcer l’aspect ludique du parcours. Thot d’ailleurs publiait il y a peu un article à ce sujet. Quant à la crédibilité demandez-vous comment Freinet et “ sa ” pédagogie furent accueillis alors que tout le monde, sans exception, reconnaît désormais son efficacité. Seconde question : est-elle utilisée pour autant ? Il est clair en revanche que vendre de l’innovation pédagogique reste, dans notre culture de l’éducation, de l’apprentissage et de la formation un vrai chemin de croix. Enfin j’aimerais juste vous rappeler que lors de la naissance de l’e-zine (im)pertinent de veille sur la (e)formation, de nombreuses lettres d’informations sur le e-leurrening.. existaient déjà. Cette “ offre ” n’a pas empêché les e-cri(t)s de Charlie de faire et de prendre leur place parmi elles. Si cette relative notoriété a pu se construire et nous autorise désormais à nous appuyer dessus - au sens ou il n’y a de motivation à e-crire que si l’on se sait lu - elle prouve aussi que le “ décalage ” que vous évoquez peut, bien au contraire, permettre un positionnement efficace. Notre objectif est de reproduire le décalage des e-cri(t)s de Charlie mais cette fois-ci dans le champ de l’offre de formation pour la professionnalisation de ses acteurs.

Thot : La spécificité du concept de type "Freinetienne" (faire produire des articles à des personnes inscrites en formation continue, en vue d’une diffusion publique, dans le cadre d’une formation-action) correspond-elle à une démarche de formation auprès d’un public d’adultes en formation professionnelle. ?

P. C. : Demandons-nous si le but d’un groupe de formateurs en cours de professionnalisation est de réaliser un journal ? On serait bien sûr tenter de répondre par la négative. Cependant plusieurs théories de l’apprentissage nous invitent à penser le contraire. D’abord on retient mieux les savoirs que l’on produit que ceux que l’on reçoit. Bien sûr il convient, afin de permettre une appropriation maximale, de donner du sens à cette production. C’est le rôle du journal et de sa diffusion. Ensuite qu’est-ce qu’un acte de formation si ce n’est d’abord un acte de communication. N’est-ce pas l’objet principal d’un journal ? Plus avant encore, l’intégration des Tics dans les dispositifs de formation impacte sensiblement les modalités de communication en passant majoritairement par l’écrit : chat, forum, mail etc.. N’est-ce pas la modalité principale de production d’un journal ? Il nous semble, bien au contraire, que savoir porter un regard critique sur ses pratiques, que savoir critiquer de manière argumentée celles des autres, ou voir les siennes mises à l’épreuve de l’évaluation de et par ses pairs sont autant de compétences qui témoignent de cette action de professionnalisation. Mais le principe des Grains d’e-cri(t)s s’il emprunte pour partie la théorie Freinet, dans la mesure ou les stagiaires utiliseront en formation les outils dont ils auront également l’usage dans la “ vraie vie ” (d’où le choix d’interfaces gratuites pour leur permettre une ré-appropriation dynamique dans le cadre de leur activité professionnelle) est fondé sur plusieurs autres principes pédagogiques. D’abord une pédagogie de projet. Pour être mobilisateur ce dernier doit aboutir à une production concrète et socialement valorisante. Or nous pensons que la réputation des e-cri(t)s peut atteindre ce degré de valorisation. Le relais et le soutien de Thot participent tout autant à cet aspect. Ensuite, une pédagogie dite de la maîtrise, dans le sens ou de nombreux choix sont laissés aux apprenants dans le cadre de leurs parcours (choix des rubriques à publier par exemple) ce qui favorise à la fois l’appropriation et la personnalisation du parcours, toutes deux créatrices de sens et donc favorables à l’apprentissage. Mais aussi, un parcours de la découverte puisque les activités qu’il nécessite permettent l’intégration et l’usage d’une kyrielle d’applications. Enfin une autre caractéristique du parcours des Grains d’e-cri(t)s relève des modalités pédagogiques du Compagnonnage. Car il s’agit bien pour chacun de nos apprenants de parvenir en 6 mois à la production de leur Chef d’œuvre. Aboutissement concret de leur apprentissage qui passe, par exemple, par des modalités particulières de tutorat entre pairs pour vivre, de manière simultanée, les rôles de tutoré et de tuteur ce qui d’une part leur permet un ancrage des savoirs, savoir-faire et savoir-être (effet tuteur), et d’autre part leur permet de mesurer la distance qui sépare ces deux postures. Par ailleurs on nous fait souvent la remarque que ce dispositif pourrait s’adresser à un public de… journalistes en formation. Il nous faut donc encore rappeler que cette activité n’est que le prétexte à la création de contextes qui ont pour objet de mobiliser les compétences que l’on souhaite voir développer. La véritable question est de savoir s’il en serait de même avec un journal dont la thématique éditoriale serait tout autre ? Si l’on considère uniquement les compétences transversales que le projet mobilise on serait tenter de répondre que oui. Savoir animer une séance de régulation pédagogique à distance nécessite des compétences pratiques qui sont sans rapport avec le champ didactique investi. C’est d’ailleurs l’objet de ce parcours puisque la certification qualifie la compétence du formateur et non sa spécialité. En revanche écrire, lire, produire du contenu sur la (e)formation a des vertus formatives puisqu’il s’agit alors d’exercer un regard critique : se distancier de ses propres objets d’apprentissage. (3)

Thot : Quelle ingénierie pédagogique multimédia avez-vous développé pour construire le référentiel de formation des "Grains des E-cri(t)s" ?

P. C. : Pour des raisons de validation et de certification du parcours nous avons utilisé le référentiel qui détermine le Titre de Formateur(trice) Professionnel(le) d’Adultes et que nous présentons dans nos documents.(4) Le travail d’ingénierie pédagogique a alors consisté à concevoir des activités mobilisatrices des compétences identifiées puisqu’il n’y a de compétence qu’à agir. Prenons par exemple la compétence d’ “ animation de séances en format collectif à partir d’un scénario en présentiel et/ou à distance ” (4). Il s’agit ici de créer une activité synchrone dans le parcours. Nommée à ce jour “ point presse ” elle oblige celui qui la réalise (en fonction de sa posture, de son rôle et de sa position dans le parcours) à animer - à distance et/ou en présentiel - cette étape du chemin de faire dans l’objectif de production du prochain numéro des e-cri(t)s. Elle peut consister par exemple à faire le point sur l’ensemble des informations utilisées pour la rédaction d’une interview ou encore de capitaliser des liens pertinents pour la rédaction d’une rubrique particulière dont l’animateur a la charge par exemple. Vu sous un angle pédagogique cette action consiste finalement à l’animation d’un instant de régulation pédagogique synchrone médiatisé. Elle n’est que le prétexte à la création d’un contexte mobilisateur des compétences visées. L’ensemble du parcours des Grains d’e-cri(t)s fonctionne sur ce principe de simulation. Le journal devient “ plate-forme de formation à distance ”, le contrat pédagogique se transforme en “ carte de presse ”, le chemin de fer en “ chemin de faire ”, les postures d’apprenants (auteur, modérateur, animateur, accompagnateur, tuteur, veilleur…) en fonctions journalistiques (pigiste, chroniqueur, journaliste, rédacteur etc..), le module devient “ la rubrique ”, le grain devient “ l’article ”, les forums de discussion, les chats de régulation sont autant de “ conférences de rédaction ”, de “ point presse ” ou de “ compte rendu de pige ” etc, etc.. En résumé deux objectifs principaux ont guidé notre ingénierie pédagogique. 1- Faire que le parcours illustre et démontre, de, par et pour la pratique qu’une intégration des TICs dans un parcours de formation est pertinente et efficace. 2- Démontrer, à nouveau, que ce n’est pas l’outil (ici le journal) qui est pédagogique, mais bien l’usage qu’on en a. Tels sont les Grains d’e-cri(t)s que nous souhaitons voir germer et pousser. (1) Liste de foademplois : http://fr.groups.yahoo.com/group/Foademplois/ (2) Lire “ La dérive d’un système ”- Express Novembre 2003 : http://www.lexpress.fr/emploi/travail/carriere/dossier/formation/dossier.asp?ida=412828 (3) Lire à ce sujet l’article de Corinne Fatmi [Une écriture singulière ] dans “ Regards croisés sur des pratiques de formation ouverte et à distance ” Editions Champ contre Champ par l’Espace Formateurs Rhônes-Alpes : http://www.espace-formateurs.org/p1.htm (4) Lire le référentiel compétence http://www.cabinet-soufflot.com/images/Grains/Grains2.pdf

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné