Articles

À quatre, bien plus intéressant que seul

Par Denys Lamontagne , le 12 octobre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 13 octobre 2009

Impliquées dans un échange international du Club Rotary, quatre jeunes, issues de la même région et dispersées aux Quatre coins du monde (Croatie, Thaïlande, Japon, Australie), ont décidé de créer un blogue pour ne pas trop se perdre de vue et aussi faciliter la transmission de «nouvelles» à leurs proches et amis.

Leur blogue a été monté sans qu’aucun des parents ne se soit mêlé de quoi que ce soit et sans en parler avant que tout soit bien en route. Depuis, le blogue a commencé à produire ses effets.

Indépendamment du fait que le blogue est bien écrit et fort intéressant, les amis et parents sont bien heureux de suivre les péripéties de leurs jeunes (16 à 17 ans) et de parfois les commenter.

Par ailleurs, ses auteures sentent apparemment un certain défi à sortir de leur coquille, à raconter leurs péripéties et à s’exposer à en vivre d’autres.  Ce qui est un peu le but du voyage d’échange.

Enfin, un blogue collectif est incomparablement okus intéressant qu'un blogue individuel, y compris pour les parents et amis qui connaissent les autres participantes, mais aussi pour nombre d'inconnus qui les lisent assidûment et les commentent parfois.

Mais il y a autre chose.

Changements institutionnels

Pour le Club Rotary, historiquement Internet a eu plus de désavantages que d’avantages au niveau du succès des échanges.  Identifié comme principal responsable de plusieurs échanges ratés et de retours précipités, ses bénévoles ne savaient plus trop comment gérer le phénomène.

De ce point de vue, Internet a la fâcheuse qualité de faciliter les communications entre personnes éloignées.  Des enfants qui ne veulent pas couper les liens avec leur famille, des parents qui ne peuvent pas couper le cordon avec leurs enfants, des jeunes qui s’isolent et chattent toute la journée avec leurs amis dans leur langue, n’apprennent que très peu la langue dans leur pays hôte et ne s’intègrent pas à la communauté, etc.  Et tout ça sans que le Club qui parraine l’échange ne soit au courant ou ne puisse rien y faire.

Mais en voyant le blogue des «Quatre coins», les gens du Rotary ont pu mesurer presque en direct à quoi servent leurs efforts et comprendre mieux que jamais ce que les jeunes peuvent vivre. 

De plus, les parents sentent moins le besoin de communiquer avec leurs enfants; ce qu’ils ont à savoir se passe sur le blogue.  Enfin, il s’agit d’une publicité indirecte de premier ordre pour le Club Rotary et leurs membres apprécient cette forme de retour et de remerciement.

Ainsi le maintien d’un blogue pourrait bien se retrouver parmi les exigences de participation aux échanges. Bien sur il y a une différence entre la contrainte et le volontariat, mais le gestion du «problème Internet» dans le cadre des échanges étudiants pourrait bien être résolu en partie de cette façon : en offrant un canal de communication public aux parents et amis, canal qui a pour effet du même coup de réduire le temps que passent les jeunes à communiquer avec eux personnellement.

Quatre coins

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné