Articles

Martine Jaudeau, Maat et Thot

Par Thot , le 19 janvier 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 25 mai 2011

Martine Jaudeau est décédée mardi le 13 janvier 2009 des suites du cancer qui l’a rongée en deux mois.  

Martine n’était pas du genre à larmoyer sur son sort.  Son seul regret est de n’avoir pas eu la force de se battre comme elle en avait envie.  La volonté était là, tout comme son désir de continuer à collaborer à Thot.

Car elle trouvait énormément de satisfactions dans sa relation avec vous, lecteurs réguliers et visiteurs, par votre diversité, votre richesse et vos humeurs.

Une rencontre

L’histoire entre Thot Cursus et Martine Jaudeau commence quelque part en 1997.

Le climat était à la découverte et son travail à l’Agence de la francophonie l’avait amené à s’intéresser à ce que nous faisions. En 2000 nous avons eu nos premiers échanges directs et au printemps 2001, lors d’une rencontre à Vancouver, je lui avais fait une proposition formelle de travailler pour Thot Cursus à titre de rédactrice en chef.

À partir de l’été 2001 jusqu’en octobre de cette année, Martine a écrit plusieurs milliers d’articles et plusieurs centaines d’éditoriaux.  Semaine après semaine nous partagions nos découvertes, testions divers systèmes, cours et discutions des choix de thèmes ou d’articles à traiter et ce de façon plus intensive depuis 2005, année où nous avons commencer à travailler en téléprésence plusieurs heures par semaine.

Comme nous tenions à vivre l’expérience «à distance», nous avions comme politique d’essayer de tout faire à distance.  La distance Bordeaux-Québec a été parcourue par de nombreux bits maladroits.  La créativité a été au rendez-vous durant toutes ces années, à tous les niveaux.  Comment réussir à travailler à distance, à se coordonner, à une époque où presque rien n’existait à part le courriel et le html, nous a mené à bien des tentatives sans lendemain, mais aussi à une ouverture face aux expérimentations. Ce qui nous permet aujourd’hui de travailler avec des collaborateurs d’une dizaine de pays.

L'ultime expérience

Je crois que Martine n’a jamais pensé à cette dernière expérience, celle de quitter Internet pour de bon. Des milliers de liens rompus, de préférences inutiles, d’erreurs 554, c’est ce que son départ implique pour Internet.  On se rend compte qu’Internet est composé de relations, presque uniquement de relations.  Tout comme l’essence de la vie : des expériences et des relations. Celles menant à Martine ne répondent plus.

Quoiqu’on en dise, il y a une vie dans Internet, et Martine s’y est investie de façon importante.  Ils ne sont pas nombreux encore à laisser une trace aussi variée dans l’univers virtuel, Martine fait partie de ces pionnières.

L’expérience continue : on ne quitte jamais rien totalement, il reste toujours une trace.  Celle des souvenirs, de l’organisation, des façons de faire, de la mentalité que l’on a contribué à forger.  Outre ses écrits, dont certains continueront à servir longtemps, Martine nous laisse la confiance en la valeur de ce que nous tentons d’accomplir : habiliter et responsabiliser par la diffusion et l’accessibilité de la connaissance.  Elle a souscrit sans réserve à cet objectif et je crois bien que toute l’équipe de Thot lui en est reconnaissante et aussi vous, lecteurs qui l’avez suivi pendant plus de 7 ans.

Chez Maat

Dans la mythologie dont nous nous inspirons à Thot Cursus, Maat accompagne de Thot au moment de la pesée des âmes.  

Thot est peut-être le Dieu de la connaissance, mais Maat est celle qui se sert de cette connaissance et l’applique au monde des vivants quant vient le temps de passer de l’Autre Coté.  Elle se saisit d’une des plumes qui garnissent ses bras, la dépose dans un des plateaux d’une balance à fléau, prend l’âme du défunt et la dépose dans l’autre plateau. 

Si l’âme est plus lourde que cette plume, elle la jette alors en pâture à Anubis, le Chacal, qui la dévore, Sinon, l’accès au domaine des Dieux lui est ouvert.  Maat pèse le poids des fautes.

Martine est partie.  Qui elle rencontrera, si elle reviendra, si elle pourra profiter un jour de ce qu’elle a contribué à créer, sont des questions inutiles.  Un esprit ne meurt pas, c’est la seule chose probablement qu’il ne peut pas faire. L’aventure se vit et j’espère qu’elle la vivra encore à plein.

Denys Lamontagne
Directeur de Thot Cursus



PS, vous pouvez laisser vos témoignages au bas de cet article en vous connectant
.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné