Articles

Etudier à l’étranger pour accroître sa formation et décrocher un diplôme international

Par Michel Berhin , le 09 juin 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 02 juillet 2009

Qu’il s’agisse de vous-mêmes, de vos élèves, de vos propres enfants ou de vos neveux ou nièces l’information est bonne à prendre. A l’heure où la formation professionnelle entre dans la mondialisation et prend une tournure " tout au long de la vie ", la possibilité de suivre une partie de ses études hors des frontières de son système scolaire national devient une chance à saisir.

Certes, on le sait, les institutions internationales proposent des formules d’échanges au sein même du parcours scolaire, la plupart du temps, pour une partie de l’année. Ainsi, la Commission Européenne, par exemple, organise ce type de programmes sous les appellations "  Eramus", pour les échanges d’élèves et " Socrates " pour les échanges d’enseignants.

Mais il est également possible de compléter son parcours scolaire en s’expatriant, le temps d’un cursus complémentaire, dans un autre système d’enseignement. Se pose alors la question des compatibilités, des examens d’entrée ou des test de capacités (notamment linguistiques). Et celle, non moins importante, du financement.

Transfac.fr est un site internet qui rassemble en quelques écrans, les réponses principales à ces questions. Prenons par exemple le système scolaire américain. Il n’a pas grand chose à voir avec son homologue européen. Non seulement les appellations ne concordent pas, mais le nombre d’années d’études n’est pas identique à ce que l’on connaît sur le vieux continent. Dès lors, disposer d’un descriptif des filières d’enseignements " made in USA " s’avèrent des plus intéressants pour le candidat à l’expatriation vers le pays de l’Oncle Sam. Qu’il s’agisse d’ajouter une année à son programme d’études européen, à titre de " bonus " ou d’entreprendre un cycle diplômant complet.

La chose est également envisageable au départ de l’hexagone (oui, c’est un site " .fr ") vers d’autres destinations. A vous de naviguer dans les écrans suivants et de choisir la destination qui convient à votre souhait d’orientation.

Toutefois, un passage obligé sera à envisager vers les tests de capacités linguistiques qui peuvent être relativement globaux (TOEFL : Test Of English as a Foreign Language) mais qui peuvent aussi se doubler d’un niveau d’exigence plus spécifique (TOEIC : Test Of English in International Communication, TWE : Test of Written English ou TSE : Test of Spoken English). Si le score est bon pourquoi ne pas tenter l’aventure, d’autant que les filons pour solliciter des bourses d’études ou obtenir des subventions vous sont également décrits à cette même adresse web.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné