Articles

Publié le 18 octobre 2010 Mis à jour le 19 octobre 2010

Troisième âge, nouvelle vie

Le Maroc est un pays en transition démographique. Les jeunes demeurent certes majoritaires mais, baisse spectaculaire de la fécondité et allongement de l’espérance de vie aidant, les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses. Et pour elles, comme ailleurs, la retraite dont on parle tant ces dernières semaines sur les radios internationales n’est pas tout à fait le long fleuve tranquille qu’elle était autrefois. L’enjeu pour ce pays est de faire en sorte que ses séniors puissent conserver un rôle et une estime d'elles-mêmes lors de cet âge de la vie. Et ce en dépit de la compétition exacerbée que connait cette économie émergente. Les nouvelles technologies de l'information pourraient apporter des solutions pratiques.

Expertises, coopération et solidarité

La génération actuelle des retraités n’est certes pas tombée dans l’informatique lorsqu’elle était petite mais presque. De nombreux seniors s’y sont mis avec plus ou moins de résolution selon les pays. La fracture numérique s'estompe aussi avec le phénomène des jeunes retraités qui ont eux grandis entourés d'ordinateurs. Au Maroc, le fossé intergénérationnel est certes plus important qu'en Europe mais les efforts pour réduire l'analphabétisme informatique sont réels et l’installation de retraités européens en grand nombre pourrait créer l’émulation. A cet égard, la multiplication des réseaux sociaux sur le net (voir l’intéressant article que Pierre Nobis consacre à ce phénomène ici-même) abolit les distances et donne aux associations de retraités plus de visibilité.

Pour les pays en développement comme le Maroc, les réseaux permettent d’organiser beaucoup plus efficacement une forme de solidarité originale : l’aide au développement apportée par les experts seniors retraités. Les exemples d’associations dédiées à cette coopération sont nombreux et une confédération européenne des experts seniors a vu le jour. L’Agence Française de Développement (AFD) s’est engagée à favoriser le recours à leur service et a signé une convention avec trois de leurs représentants : l’Association Générale des Intervenants Retraités (AGIR), l’Office Technique d’Etudes et de Coopération Internationale (OTECI) et l’association Echanges et Consultations Techniques Internationaux (ECTI).

Pour le Maroc, cette action rejoint la politique gouvernementale d’implication des compétences marocaines expatriées à l’effort de développement du pays. Un programme ambitieux de création de 1 000 Petites et Moyennes Entreprises par les Ressortissants Marocains à l’Etranger (RME) illustre cette convergence d’intérêts.

Dans une société qui fait de l’expérience un atout – la sagesse populaire le traduit par de nombreux adages[1] -, la mission de ces compétences seniors dans tous les sens du terme est souvent facilitée. Et même s’il s’agit parfois d’associations embryonnaires comme l’Association des Compétences Professionnelles Seniors pour le Développement Rural au Maroc (ACOSDER MAROC), l’idée que les MRE retraités constituent un gisement d’expertises fait durablement son chemin.

Le secteur des nouvelles technologies de l'information en bénéficie particulièrement de cette synergie des compétences européennes et marocaines, notamment pour les opportunités de travail à distance qu’il permet. La synergie opère aussi entre la "fougue" des jeunes entrepreneurs et la pondération tout aussi nécessaire des seniors, créant ainsi le rythme approprié à une bonne conduite de projets. Le poids de l’expérience est à cet égard aussi important que l’expertise méthodologique qu’apportent des managers chevronnés.

S… comme seniors ou sages

L’autre vertu que la société marocaine accorde volontiers à ses "vieux" est la sagesse. Une vertu que semble confirmer d’ailleurs la science médicale. On connait le prestige des ainés dans les sociétés africaines. Les anciens sont ainsi les pondérateurs indispensables à la résolution de conflits et à la conduite de négociations. Dans cette interview à un site de valorisation des seniors Isabelle Reydet-Rousselet, directrice générale du très dynamique CMC2, donne une idée de l’importance de cette classe d’âge en matière de médiation et d’intermédiation.

Mais cette activité ne se limite pas au monde de l’entreprise. Elle profite également au système éducatif grâce notamment à la mise en place de centres d’écoute et de médiation scolaire. L’objectif ici est d’aider les enfants déscolarisés à reprendre le chemin des cours. Au Maroc où la tradition familiale reste forte, le soutien apparait comme un rôle naturel dévolu aux "vieux" qui sont autant de grands-pères et de grands-mères.

De manière générale, la médiation est une activité en pleine expansion au Maroc, dans de nombreux domaines. Le gouvernement a instauré des postes de médiateurs juridiques pour éviter le recours systématique aux tribunaux. Des médiateurs sociaux interviennent aussi de plus en plus dans les quartiers chauds des grandes villes pour désamorcer les tensions.

Les exemples sont nombreux. Ce qui fait lien entre ces différentes expériences est la place importante qui y occupent les seniors, les anciens ou "chibanis". Mais aussi l’influence grandissante des réseaux sociaux, dédiés aux seniors ou non, pour mobiliser le savoir-faire des personnes de troisième âge. Leur effet facilitateur pour la mise en relation a aussi pour effet de pousser à une professionnalisation de la médiation. En effet, les modes de management hérités du secteur concurrentiel induisent une description des missions et une évaluation des compétences. Des formations métiers se mettent en place et des instances voient le jour. Les nouvelles technologies sont évidemment des outils privilégiés.

En définitive, le Maroc est pour de nombreuses raisons à la fois culturelles et économiques un pays de prédilection pour les seniors actifs. Le développement du numérique dans le pays devrait accentuer cette tendance et offrir aux anciens une nouvelle vie riche d’activités, virtuelles ou non.

Photo : yplouf, Flickr, licence CC.

[1] Pour ne citer qu’un des plus connus : « Celui qui compte une nuit de plus que toi a dans sa besace une astuce de plus que toi. » Ou encore, cette autre traduction qui permet de reproduire la rime du dicton original : « Celui qui te dépasse d’un jour te dépasse aussi d’un tour » ! Il y en a bien d’autres de la même eau.


Mots-clés: Expertise Pays Expatriées Médiation Transition démographique

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !