Articles

Mémoires et thèses électroniques : deux nouvelles recrues africaines

Par Falila Gbadamassi , le 10 avril 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Les universités de Witwatersrand (Afrique du Sud) et d’Addis Abeba (Ethiopie) accueillent depuis le début de l’année un projet pilote sur la production et la publication électroniques de thèses et de dissertations. Le projet est financé par l’Unesco, l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Il se décline en séminaires d’information et de formation sur les conditions matérielles et techniques pour mettre en œuvre cette publication électronique.

La démarche s’inscrit dans la volonté de l’Unesco de renforcer la production, l’accès et l’archivage de l’information scientifique en utilisant les opportunités offertes par les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). L’Association des Universités Africaines (AUA) est associée au projet. Son rôle : soutenir les deux universités dans la mise en place de programmes d’éducation et sensibiliser les autres universités au bien-fondé d’une telle démarche. Des universités sud-africaines comme celle de Pretoria ou d’Afrique du Sud appartiennent déjà au réseau Networked Digital Library of Theses and Dissertations (NDLTD) . Notons que peu d’universités francophones sont membres du réseau.

Mettre en exergue la recherche en Afrique

La bibliothèque numérique en réseau de thèses et de dissertations est née aux Etats-Unis. C’est un regroupement de plus de 150 universités et organisations assimilées. Les activités du NDLTD se concentrent sur les universités, les bibliothèques, les facultés et les étudiants du supérieur dans le but de soutenir la rédaction, l’indexation, l’archivage, la diffusion et la restauration de thèses et mémoires électroniques dans le monde entier. Chaque année se tient l’événement ETD (mémoires et thèses électroniques), le prochain est prévu pour juin 2004 aux Etats-Unis. C’est une plate-forme internationale de concertation pour définir des méthodes et des techniques internationales pour la production et la publication de thèses et mémoires de doctorat.

Promouvoir la mise en place, en Afrique, d’une documentation scientifique est une initiative bienvenue qui permettra de mettre en exergue le dynamisme et la richesse de la recherche sur le continent. Une recherche qui semble inexistante du fait de son immobilité géographique. Les thèses et travaux similaires sont généralement enfermés dans les bibliothèques universitaires et seuls leurs auteurs en connaissent l’existence. C’est donc avec plaisir qu’on découvre sur le net, lors d’une recherche quelconque un site comme Santé tropicale . Il répertorie en effet, par pays, les travaux réalisés par des chercheurs africains, dans le domaine de la médecine. Trouver sur les sites des universités africaines des travaux de recherche qui y sont réalisés est une initiative, dans ce contexte, d’autant plus pertinente.

Lire aussi : Thèses et mémoires électroniques : économies incalculables et diffusion améliorée

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné