Articles

Cameroun : Yaoundé abrite un atelier de réflexion sur les Tic

Par Louis-Martin Essono , le 15 octobre 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

Le développement des pays de l’Afrique était le point central des deux jours de discussions et d’échanges que plus de 50 experts et les représentants de l’Union Européenne ont eu cette fin de semaine au Cameroun. Ces assises s’inscrivaient dans le cadre de l’initiative EuroAfrica-Ict.

L’objectif de cette initiative est de promouvoir la coopération scientifique et technique puis la Recherche et le Développement entre l’Union européenne et l’Afrique subsaharienne. Les différents pays qui ont accouru à Yaoundé provenaient du secteur privé et du secteur public, voire de la société civile. Ces pays, Gabon, RDC, Rwanda, Sénégal, Cameroun, représentés par des acteurs clés du domaine des Tic ont reçu des informations et des conditions leur permettant de prendre part au septième programme de cadre de recherche & développement de la commission européenne.

Il importe de rappeler que, pour cet atelier, l’Initiative EuroAfrica-Ict, qui veut favoriser des partenariats entre l’Europe et l’Afrique dans le domaine des Tic, définit un cadre stratégique pour le développement de cette coopération fondée sur une concertation accrue entre les projets et les initiatives de coopération et sur une consultation étendue et ouverte des organisations et institutions européennes et d’Afrique. L’Afrique attend de cette initiative la mise en oeuvre des services d’assistance et la mise à disposition des service de recherche de partenaires.

Plusieurs communications ont été présentées au cours de cette rencontre. Portant globalement sur l’état des lieux dans les pays africains. Elles se sont aussi focalisées sur des réflexions de fond relatives aux usages des Tic pour le développement des populations. L’analyse de la coopération entre l’Afrique et l’Union européenne a été examinée autant qu’a été passée au crible de l’analyse la situation et les enjeux de la coopération dans le secteur des Tic.

Cette voie a été suivie par plusieurs contributeurs dont l’Auf et la Coopération française, puis par des utilisations pratiques des Tic dans les écoles et les lycées ou dans le domaine de l’agriculture et dans la gestion quotidienne à travers quelques plates-formes. Les représentants de l’UE ont suffisamment traité des conditions de participation à l’Initiative en explicitant, par des travaux pratiques, les différents enjeux mis en chantier pour le deuxième appel à projet qui prendra fin au mois de juin. Six défis sont lancés cette année. Il s’agit de

  • Réseaux pénétrants et sécurisé
  • Systèmes cognitifs, interactifs et robotique ;
  • Composants et systèmes électroniques haute performance
  • Technologies avancées en santé
  • Technologies pour la mobilité, le développement durable et l’usage efficient de l’énergie ;
  • Technologies pour assistance tout au long de la vie ;
  • Librairies et documentation virtuelles.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné