Articles

PanAf-Édu volume 2 : état des lieux de l'intégration des TICE en Afrique

Par Thot , le 24 septembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 22 novembre 2011

Certains des lecteurs de Thot sans doute déjà familiers du Rocare, le Réseau Ouest et Centrafricain de Recherche en Éducation qui a pour mission la promotion de l’expertise africaine pour influencer positivement les pratiques et politiques éducatives.

Le Rocare comporte plusiers volets d'activités. L'actualité met en lumière l'Agenda panafricain sur l'intégration pédagogique des TIC, bien connu sous l'acronyme de Panaf. L’objectif de ce projet de recherche vise à mieux comprendre comment l’intégration pédagogique des TIC peut améliorer la qualité des enseignements et des apprentissages en Afrique. Pour y parvenir, ce volet, soutenu par le CRDI et l'Université de Montréal, a développé un observatoire des usages des TIC dans une quinzaine de pays africains. Afin de renforcer ces études, des ressources sont disponibles aussi bien pour les enseignants que pour les apprenants.C'est sur la base de cet observatoire que plusieurs chercheurs ont rédigé des articles présentant et analysant les usages pédagogiques des TIC dans des écoles et des étabissements secondaires et universitaires ciblés.

Le volume 2 de PanafEdu comporte une dizaine d'articles sur les usages des TIC dans les salles de classe. Dans cette livraison, c'est l'approche par le genre qui a été privilégiée. 

Une approche par le genre

Ainsi Alice Ndidde de l'Ouganda montre que les filles obtiennent de bonnes performances scolaires grâce aux TIC mais qu'elles sont handicapées par l'absence d'infrastructures et le manque crucial de machine. Nguessan de Côte d'Ivoire aborde l'usage féminin des réseaux sociaux dans les établissements privés du pays. Où l'on constate que, comme partout ailleurs, les réseaux sociaux y sont utilisés à des fins de loisirs. Un usage plus pédagogique de ces réseaux, initiés par les établissements scolaires, pourrait faire apparaître l'intérêt éducatifs de ces outils.

C. Gakuu et H. Kidombo du Kenya se penchent sur les différents points d'accès Internet dans les établissements scolaires, comparant les accès des filles et ceux des garcons. 90% de garcons contre 71% de filles fréquentent ces endroits avec des répercussions scolaires subséquentes que ce soit au sein de l'établissement, à la maison ou au cybercafé.  Les constats semblables s'opèrent au Cameroun dans certains établissements analysés par J. Meno qui révèle de légères disparités dans les accès au sein de l'école. Y. Tamboura dresse une analyse comparative de ce type d'accès pour les enseignantes au Mali, au Sénégal et en Côte d'Ivoire. Elle observe que les pesanteurs sociales, culturelles, économiques, éducationnelles ou politiques font en sorte que même
lorsque la volonté y est, le passage à l’acte est une autre réalité. Cet état de fait affecte beaucoup plus la femme que l’homme à s’investir dans le secteur. Dans ces trois pays, le plus grand défi pour favoriser l’utilisation efficace des TIC par les enseignantes porte sur la formation à l’utilisation des TIC, la mise à disposition d’équipement suffisants et adéquats, l’introduction des TIC dans le programme scolaire, et  le suivi du parc informatique.

Observation de l'utiisation des TIC en milieu éducatif

Une seconde série d'articles analyse les usages des TIC dans le milieu éducatif. S. Mawete du Congo analyse la perception des TIC chez les enseignants et les apprenants, proposant là une explication de la faible fréquence d’utilisation des TIC dans ce pays.Selon cet auteur, il existe un fossé entre la perception des enseignants et celles des élèves tant du point de vue de l’utilité de l’outil informatique que du point de vue de la maîtrise et des besoins à combler. De même, les enseignants ne trouvent pas dans l’outil informatique une utilité dans leurs activités quotidiennes, privilégiant d’autres problèmes fondamentaux de la vie. L.M. Onguéné Essono montre que le Cameroun a pris des mesures pour installer sur l'ensemble du territoire un dispositif technique, technologique et infrastructurel permettant d'endiguer la fuite des cerveaux en quête de la connaissance de qualité. Plusieurs établissements de FOAD accompagnent les stratégies de coopération avec les universités étrangères pour atteinde cet objectif.

Jean M’boliguipa en Centrafrique recense huit catégories de lieux d’accès à Internet et à l’ordinateur cités par les apprenants et qui sont : les cybercafés, les  téléphones mobiles, les écoles,  les domiciles, les centres culturels, les télécentres, les ONG et les restaurants. L'auteur souhaite que les établissements scolaires disposent de connexions gratuites à Internet, à large bande passante et à débit conséquent.  C'est du moins le désir des apprenants, pour le renforcement de l’apprentissage par la fréquentation massive des lieux d’accès à Internet et à l’ordinateur.

Vasco Filipe du Mozambique observe les formes d'utilisation des TIC dans un centre de formation technique, le centre Don Bosco. Il y a noté une augmentation des performances scolaires résultant de l'intégration des TIC. Il relève que la salle multimédia n'est pas accessible de la même façon par les internes et les externes, et que de plus elle n'est pas connectée à Internet. Les apprenants se rendent au cybercafé avec leurs téléphone et les ordinateurs portables pour renforcer leur apprentissage.

Ce volume nous en apprend beaucoup sur la variété des usages des TIC dans le monde éducatif. C'est son intérêt majeur, que de sortir des discours d'intention et de décrire ce qui se passe réellement.

PanafEdu, vol.2 n°2. Rocare, IDRC, Université de Montreal, septembre 2010. Téléchargeable au format pdf.

Site du Rocare.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné