Articles

Les tests d’entrée dans les universités évalués par des machines : de plus en plus attrayant*

Par Denys Lamontagne , le 03 août 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Les experts du domaine des tests prédisent que d’ici peu la correction des tests les plus importants sera, pour l’essentiel, faite par des machines pour de simples raisons de coûts et d’efficacité : les machines travaillent plus vite que les humains.

Qu’en est-il du jugement humain des essais et textes ? Actuellement les jugements humains sont comparés à ceux des machines et ceux-ci concordent en moyenne de 87 à 94 % du temps !

Les seuls qui y perdent vraiment sont les écrivains brillants et subtils : quand une machine les évalue, leurs résultats sont désastreux.

e-rater

e-rater, le logiciel le plus couramment utilisé par les universités, a été développé en 1990 et perfectionné constamment depuis.

Le système e-rater évalue la grammaire, la structure de la phrase, la force du vocabulaire et vérifie la présence des principaux éléments d’un essai bien défendu. Ultimement un humain revise les résultats de façon à ce que des auteurs ne réussissent pas à tromper la machine par des essais bien structurés mais insensés.

Il demeurera toujours des critiques, mais ceux-ci sont confrontés au fait que les évaluateurs humains ne peuvent faire face à un volume important de corrections sans variation de la qualité de leur évaluation alors que la machine le peut; ce qui assure une évaluation plus constante et meilleure en moyenne. Les critiques envers les premières versions des systèmes de correction étaient justes mais le sont de moins en moins avec les plus récentes versions.

Une utilisation hybride de ces systèmes est aussi considérée, utilisation où les professeurs évaluent les idées et l’originalité alors que la machine s’occupe de la qualité de l’écriture et de la structure.

Les étudiants généralement saisissent la différence d’évaluation et ne se plaignent pas de la technologie : les résultats sont obtenus rapidement et sont bien détaillés, sans compter que le coût des tests est bien moindre.

Pour l’article complet :

Computers Weighing In On the Elements of EssayPrograms Critique Structure, Not Ideas par Jay Mathews - Washington Post (inscription gratuite nécessaire)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné