Articles

Le Maghreb, un avenir qui se dessine

Par Om El Khir Missaoui , le 22 mars 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 27 août 2012

La chaîne de télévision France2 a consacré le numéro de février 2011 de Géopolis, web-magazine de géopolitique, au Maghreb. A travers des reportages, des exposés de données historiques et socio-économiques, une appréciation des acteurs et des  perspectives de changement, c'est une tentative de se donner les clés pour comprendre une situation en pleine mutation en ces temps des révoltes et révolutions qui embrasent le Maghreb et le monde arabe.

Les choix éditoriaux effectués par les responsables de l'émission témoignent des représentations du Maghreb telles qu'elles existent dans l'opinion publique et médiatique française.

Choix cruciaux et décisifs

Les flammes d'une jeunesse instruite mais marginalisée

Accablée par des régimes usés jusqu’à la corde, la jeunesse arabe  "cherche la liberté et la reconnaissance, lutte contre le mépris des puissants à son égard et surtout cherche de l’espoir dans ses propres pays et en même temps de l’emploi". Cette jeunesse majoritaire démographiquement et idéalisée présentement en Egypte, en Tunisie et ailleurs pour son rôle et les moyens utilisés (révolte pacifique de rue, investissement des réseaux sociaux, détermination intrinsèque, etc.) découvre les joies de la démocratie et ses outils politiques. Elle devra réussir également la préservation des acquis, aussi maigres qu'ils apparaissent à ses yeux dans l'euphorie révolutionnaire : expérience de ses aînés, réalisations sociales et économiques des régimes actuels ou déchus. Espérons que son souci de faire écouter sa voix soit associé à l'écoute des régions et de toutes les sensibilités politiques sans exclusive ou marginalisation. Un reportage sur la migration clandestine vers l'Europe traduit le désarroi face à un destin qui, bien que prometteur à plus d'un titre, reste incertain.

La condition féminine

Le Code du statut de la femme en Tunisie est réellement un acquis national et historique,  quoique ce soit surtout en milieu urbain que l'émancipation de la femme se traduise réellement. Cet acquis qu'on rêve de voir se généraliser aux peuples maghrébins et arabes reste à sauvegarder et à consolider face des réactions antiféministes diffuses et sporadiques. On voit mal  les jeunes gens qui mènent les luttes côte à côte contre les despotismes soutenir des discriminations sexistes mais ce type de combat n'est jamais gagné à l'avance. Paradoxalement, dans ce cas précis, ce n'est point la jeunesse d'âge ou le genre qui détermine les choix féministes mais bien la jeunesse d'esprit et la foi d'hommes et de femmes imbus de valeurs égalitaires.

La politique et la religion

Une attention particulière est portée dans ce dossier aux choix politiques et socio économiques qui se dessinent actuellement. L'intégrisme religieux y est évoqué et la teinte de phobie de l'irrationnel y est décelable. Reste que réellement, la menace de l’intégrisme, réelle ou supposée, alimente le débat dans nos pays. Les partisans du courant islamiste ont été réprimés en Tunisie, en Algérie l’hégémonie de ce courant refait de temps en temps surface et tout le Maghreb arabo-musulman mais aussi berbère cherche encore ses marques entre cette  identité revendiquée et un modernisme qui se réclame d’autres composantes de la personnalité maghrébine, parmi lesquelles figurent l’appartenance à la francophonie et aux valeurs universelles d’égalité et de démocratie. En Tunisie par exemple où plusieurs acquis pour l’éducation et la libération de la femme plaident en faveur d’une vision tolérante envers tous les types de croyance et pour l’exercice des libertés individuelles, un débat passionné entre tenants de la laïcité et défenseurs d’un état musulman se joue sur le net et dans la place publique. Dans cette période de reconstruction chacun y va de son plaidoyer avec trop souvent hélas des clichés et des idées reçues de part et d’autre. C’est peut-être le nécessaire tribut à payer avant d’amorcer un vrai débat; les gens s’expriment spontanément et violemment parfois à la mesure des craintes qui les animent contre un courant ou un autre. Ces discussions peu maîtrisées ont néanmoins du bon, car la crainte des représailles a trop longtemps tué le dialogue. Espérons que la pléthore de partis et d’associations qui fleurissent de jour en jour arriveront à se fédérer et à structurer les échanges.

Les médias sociaux

Une attention particulière a été portée dans ce dossier de Géopolis aux relations par Internet qui existent entre le nord de l’Afrique et l’Europe, relations qui se soldent parfois par les mariages dits "gris" mais qui permettent surtout la circulation et l'échange de l'information. Des espaces interactifs tels que Facebook, Youtube, etc. ont assuré la mutualisation des témoignages sur les revendications populaires et les exactions policières, un échange horizontal entre peuples à l'instar des conseils entre révolutionnaires (les Tunisiens partageaient leurs "trucs et astuces" avec les Égyptiens pour contourner la répression et autres pratiques des autorités, ce qui a constitué une participation interactive au mouvement de libération égyptienne). L'exemple des Marocains qui filment avec des tels portables des scènes de corruption de fonctionnaires et les diffusent sur Youtube montre également comment on peut être acteur de changement par la diffusion et le partage de données prohibées.

L'initiative prise par France2 pour documenter la situation favorise la réflexion fructueuse qui participera à faire du printemps arabe un fleuron de plus dans la concrétisation des libertés individuelles et collectives.

L'émission est accessible à tous, d'un côté et de l'autre de la Méditerranée, et peut donc être utilisée comme suport de cours ou de réflexion.

Géopolis

La page "Reportages" dans l'émission consacrée au Maghreb

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné