Articles

Les 100 premières universités du monde : l’Afrique invisible

Par Louis-Martin Essono , le 20 septembre 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

Les habitudes ne sont pas encore acquises en Afrique pour procéder aux évaluations et aux émulations des universités. On connaît certes les universiades au Cameroun où les établissements d’enseignement supérieur rivalisent annuellement sur un thème donné. Mais, même dans le monde, l’exercice est rare et c’est la cinquième fois consécutive que survient cet exercice, attendu, généralement, par les universités du Nord.

L’Université de Shanghai, créée en 1994, est le résultat d’une fusion de quatre universités. Financée par la municipalité de Shanghai, elle dénombre près de 30 000 étudiants, tous cycles confondus et figure parmi les 45 meilleures universités chinoises sur plus de 1600 établissements.

L’Institut of Higher Education de l’ université Jiao Tong de Shanghai vient donc de publier un classement thématique des 100 meilleures universités au monde. Entrent

en compétition

cinq catégories de disciplines:

  • sciences de la terre et mathématiques,
  • sciences de l’ingénieur et sciences informatiques,
  • sciences agronomiques,
  • sciences médicales
  • et
  • sciences sociales

Le classement de l’université de Shangaï se fonde essentiellement sur des critères de performance en recherche et développement. Selon l’Internaute, ce choix découle de l’histoire même de ce classement, lancé à l’origine pour "comprendre les causes du fossé qui séparent les universités chinoises des grandes universités américaines. La recherche est rapidement apparue comme l’un des facteurs clés de la réussite des meilleures universités du monde".

Selon ces critères, on relève que sur les 100 meilleures universités du monde, 54 sont américaines. Harvard porte toujours le maillot jaune, suivie par l’Université de Stanford et de celle de Berkeley. Les Etats-Unis occupent donc les 3 marches du podium.

Au total, sur les 10 meilleures universités du monde, huit sont américaines. Les universités européennes obtiennent elles aussi un classement mitigé, l’Angleterre figurant parmi le peloton de tête.

Il ne serait pas ridicule de voir à quelle place apparaîtrait l’Afrique au regard de ces critères et des fonds qui sont alloués à l’enseignement supérieur. On pourrait alors prendre conscience de beaucoup de choses et voir pourquoi il y a en permanence la fuite de cerveaux vers ces universités qui tiennent le haut du pavé.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné