Articles

Île Maurice : les technologies d’information et de communication, moteur de l’économie du pays***

Par Louis-Martin Essono , le 24 août 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Près de 200 partenaires d’Afrique de l’Ouest et de l’Est de Microsoft étaient en conclave le 22 août dernier à Maurice, à l’occasion de la neuvième édition du Sommet annuel des partenaires africains de Microsoft. Cette rencontre vise, entre les responsables de cette firme, à échanger leurs idées et à discuter des stratégies à adopter pour l’année suivante.

Le Gouvernement mauricien, par son ministre des Technologies, a publié les mesures prises pour vulgariser l’insertion totale des Tic. Ainsi, les projets dans ce domaine seront orientés vers le citoyen, et, par Internet,

le public pourra postuler directement pour des postes vacants, demander les certificats de moralité, les extraits de naissance, ainsi que les certificats de décès.

L’informatique contribuera à l’amélioration et à l’efficacité des institutions publiques et privées. En ce qui concerne l’éducation, les établissements scolaires du secondaire et les bibliothèques publiques seront pourvus d’Internet gratuit à haut débit. Mieux encore, des mesures incitatives seront offertes aux étudiants pour leur permettre d’acheter leurs propres ordinateurs.

L’Enseignement supérieur sera aussi particulièrement gâté car

le gouvernement proposera aussi des programmes de formation aux jeunes étudiants, pour les aider à se familiariser à l’informatique

. Microsoft Corporation à été invitée à développer des programmes d’enseignement en collaboration avec les institutions locales.

L’accès à Internet à haut débit sera favorisé, un tarif raisonnable permettant d’assurer la compétitivité de Maurice dans le secteur des Tic. Le gouvernement multipliera alors, à des coûts compétitifs, les connexions haut débit dans tout le pays afin de promouvoir l’investissement dans le secteur des Tic.

Des mesures incitatives et salutaires pour la jeunesse et le public parfois très ignorants de l’avancée des technologies. Sans doute, aussi, toutes ces décisions amèneront-elles une alphabétisation plus visible et plus efficace dans un pays où le multilinguisme est une richesse, mais aussi où les langues internationales sont peu parlées par le public. L’éducation est un secteur sensible, qui doit être profondément développé dans le pays du bonheur. Que ces mesures entrent en vigueur et qu’elles y prennent racine. Pourvu que ça commence (vite) et que ça dure !

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné