Articles

Quand peut-on parler d’une "communauté" d’apprentissage à distance ?

Par Thot , le 24 février 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 24 novembre 2015

Charlotte Dejean-Thircuir a réalisé une étude intéressante sur les « modalités de collaboration entre étudiants et constitution d’une communauté dans une activité à distance » qu’elle a présentée lors du colloque « Echanger pour apprendre en ligne (EPAL) » organisé à Grenoble, du 7 au 9 juin 2007.

Objectif de l’étude

L’objectif de l’étude est d’identifier certaines pratiques langagières et formes d’activités communicationnelles qui soutiennent le processus collaboratif et favorisent la constitution d’une communauté en ligne.

Démarches méthodologiques

L’étude a été réalisée à travers l’analyse des interactions d’un groupe d’étudiants engagé dans une tâche collaborative, en s’appuyant sur les outils de la pragmatique linguistique interactionniste et de l’analyse conversationnelle.

La notion de « collaboration » 

L’auteur se fonde sur une définition restrictive de la collaboration, renvoyant à la réalisation par un petit groupe (en général de 2 à 5 personnes) d’une production commune, sans répartition initiale du travail, par opposition à la coopération.

La notion de « communauté »

L’auteur souligne le fait que dans le domaine de la formation et de l’apprentissage en ligne actuellement, la notion de collaboration se trouve de plus en plus souvent liée à celle de communauté, même si ces deux notions sont au départ issues d’approches différentes.

Elle considère que l’interaction entre les membres d’un groupe doit être plus intense qu’un simple échange d’informations sur le web pour qu’on puisse parler d’une communauté d’apprentissage à distance. Ainsi, la dimension relationnelle des échanges et même des aspects socio-affectifs de celle-ci doivent être pris en compte pour envisager la constitution d’une communauté en ligne.

Indicateurs de collaboration

Dejean-Thircuir poursuit son article en définissant des indicateurs pour la collaboration dans le cadre d’une activité d’apprentissage en ligne :

  • négociation entre étudiants au cours de la réalisation de l’activité
  • optimisation des outils de communication par les étudiants
  • maintien du sentiment de "présence à distance" par les étudiants

Indicateurs de la constitution d’une communauté

Ensuite elle essaie de présenter quelques indicateurs de la constitution d’une communauté :

  • Dévoilement de soi
  • Humour
  • Gestion des conflits
  • Partage de normes et construction d’un code commun

L’étude de Charlotte Dejean-Thircuir a le mérite de clarifier une notion de plus en plus utilisée dans le domaine de la formation en ligne, à savoir, les communautés d’apprentissage, en donnant des critères concrets pour rendre compte de sa constitution au sein d’un groupe engagé dans des activités collaboratives à distance.

Lire l’article «  Modalités de collaboration entre étudiants et constitution d’une communauté dans une activité à distance » (PDF, 160 Ko).

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné