Articles

Clair 2011 : de l'entre soi à la connexion globale

Par Christine Vaufrey B , le 08 février 2011

L'innovation pédagogique est plus souvent le fait d'enseignants isolés que de grands systèmes, ces derniers étant plus préoccupés par leur maintien en l'état que par leur évolution, surtout quand celle-ci vient des technologies qui ont déjà fait exploser les portes de nos bureaux, de nos maisons mais qui ont bien du mal à passer un orteil (le gros, de préférence) dans nos salles de classe.

Isolés, les enseignants innovants le sont de moins en moins, par la grâce des réseaux numériques qui les lient et leur apportent soutien, approbation, voire amitié.

Mais quand même. De temps en temps, un bon rassemblement physique fournit de l'énergie pour plusieurs mois et remplit les coeurs d'émotions fortes dont il fera bon se souvenir les jours sans.

C'est manifestement à un rassemblement de ce type qu'ont participé les chanceux qui sont allés jusqu'à Clair, dans le Haut-Madawaska, pour participer à Clair 2011 et y discuter de leur vision de l'éducation autrement.

La manifestation regroupait quelques têtes bien faites et bien connues des réseaux éducatifs, tels François Guité, Mario Asselin, Daniel Peraya, Laurence Juin, Sylvain Bérubé... et j'en oublie, pardonnez-moi. De nombreux acteurs éducatifs (plus de 300 personnes au total) les accompagnaient et prenaient à bras le corps les concepts, constats et propositions qui fusaient manifestement lors des conférences et des discussions à bâtons rompus. Les élèves du Centre d'apprentissage du Haut-Madawaska ont fait forte impression dans leur aisance à utliser les TIC et à parler de leurs projets.

Les meilleurs reporters de cette manifestation sont bien sûr ceux qui l'ont vécue, tels Sylvain Bérubé et Nathalie Couzon, qui ont écrit de longs billets de blogues. En lisant ces billets, on retrouve toute la chaleur de la rencontre, et cette envie de faire provoquée par un puissant effet de groupe bien connu des participants aux colloques et autres rassemblements fondés sur l'entre soi.

Oui, l'entre soi. Se remonter le moral, s'encourager et se conforter mutuellement, tant il est vrai que les réseaux du Web 2.0 et leur application aux différentes sphères professionnelles se nourrissent d'humanité.

Mais il faut bien rentrer, revenir sur terre. Retrouver son établissement, sa routine... et ceux qui étaient devant la télé, ou partis faire du ski, pendant que vous refaisiez le monde.

Chers participants à Clair 2011, expliquez-nous...

Comment vous allez tirer profit de ce moment intense,

Quelles actions vous mettrez en place,

Comment vous allez "faire boire le cheval qui n'a pas soif", comme disait Célestin Freinet, c'est à dire engager vos collègues dans une démarche de familiarisation avec les TICE et la nouvelle posture pédagogique qui va avec,

Comment vous allez nous faire profiter un peu de cette croissance organique de vos apprentissages personnels et collectifs.

Vous ne pouvez pas ne pas le faire. C'est la rançon du réseautage que de faire partager au plus grand nombre non seulement les événements eux-mêmes mais aussi leurs retombées (surtout leurs retombées) avec ceux qui vous ont imaginés, lus, suivis dans vos moindres déplacements pendant ces trois jours.

N'empêche. On aurait bien aimé y être.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné