Articles

Bibliothèque virtuelle interconnectée en Afrique de l'Ouest

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 14 février 2011

En matière de technologies de l'information et de la communication, les universités ouest-africaines ne sont pas les mieux loties du continent. Qui plus est, dans certains pays de la sous-région, sinon dans la plupart, le taux d'équipement TIC dans les universités est largement en-deçà des besoins. Idem pour l'accès à Internet, qui n'est parfois pas garanti. Il va de soi que dans ces conditions l'utilisation des TIC dans l'enseignement est une gageure.

C'est dans ce contexte que l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) et l'Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) viennent de signer un accord en vue de la réalisation d'un projet d'utilisation des technologies de l'information et de la communication dans les universités ouest-africaines.

Cet accord porte entre autres sur :

  • la création d'une bibliothèque virtuelle interconnectée au niveau régional ;
  • l'équipement des universités concernées en fibre optique et en salle d'accès à internet (haut-débit) d'au-moins 200 ordinateurs par campus ;
  • la mise en place d'un cyber-institut offrant des cours en ligne ;
  • la réalisation d'une base de données permettant de calculer l'accumulation des crédits des étudiants de toutes les universités publiques.

L'UEMOA est l'organisme financeur du projet tandis que l'UNESCO apporte son expertise à sa mise en oeuvre. En effet, l'UEMOA n'est pas à son coup d'essai en matière de soutien aux universités ouest-africaines, et notamment celles de ses huit pays membres. Cette institution sous-régionale, qui fait de l'intégration sous-régionale son leitmotiv, apporte son appui à la grande réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) de l'enseignement supérieur en Afrique de l'Ouest dont la finalité est d'harmoniser les normes académiques et de faciliter la mobilité des étudiants.

Gageons au regard des expériences concluantes de l'UEMOA dans le monde universitaire ouest-africain, que ce projet de vulgarisation des TIC remporte un franc succès. Lequel ne serait pas le fruit d'une appropriation locale spontanée mais des importants moyens de suivi qui seront déployés.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné