Articles

La théorie du plaisir en application. Faire en s’amusant modifie les comportements

Par Denys Lamontagne , le 03 novembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 04 novembre 2009

À Stockholm, comme dans la plupart des lieux publics du monde, la majorité des gens utilisent les escaliers roulants plutôt les marches pour monter d’un étage à l’autre.

Sauf sur un escalier particulier, celui de l'Odenplan. À cet endroit, 66 % des gens utilisent les marches à la place de l’escalier roulant. Pourquoi ? Parce qu’ils ont plus de plaisir à le faire.  Ils s’amusent, ils ont de l’effet, ils créent un petit quelque chose...


Ça fonctionne aussi pour la collecte des ordures, le recyclage des bouteilles de verre, avec sensiblement le même niveau de participation.


Apprendre à lire pour accéder à des lectures intéressantes, apprendre à écrire pour produire des blogues intéressants, apprendre à compter pour manipuler des données pertinentes, apprendre à construire pour obtenir des réalisations de qualité... le plaisir et l’esthétisme sont des facteurs de motivation fondamentaux dans l’apprentissage. L'impulsion vient de l'indivdu, par sa volonté propre; pas de pressions extérieures.

Le jeu est une occasion de plaisir, et l’esthétisme est aussi source de plaisir.  Donner du plaisir,  faire avec plaisir...  L’apprentissage peut être l’occasion des deux.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné